Archives de catégorie : Expositions

Nathalie Parain (1897-1958)

Un très bon billet sur l’oeuvre magistrale de Nathalie Parrain ici : https://fslavesbdl.hypotheses.org/757

Voir aussi l’EXPOSITION DU 13 AVRIL AU 30 JUIN 2016

Bibliothèque  17 RUE SORBIER
75020 PARISx274_dc47-jeux-en-images

Une exposition en partenariat avec les éditions MeMo et le fonds patrimonial Heure Joyeuse.

A l’occasion de ses 80 ans, la bibliothèque Sorbier souhaite rendre hommage à Nathalie Parain (1897-1958), grande illustratrice jeunesse de la première moitié du XXe siècle. Natalia Tchelpanova fait ses classes aux Ateliers d’Etat de Moscou, et, avec d’autres artistes, s’occupe d’affiches, d’éducation et de livres pour la jeunesse. Elle s’installe en France après son mariage avec le philosophe français Brice Parain. Nathalie Parain rencontre alors Paul Faucher, qui mûrit un projet de collection de livres pour enfant aux éditions Flammarion. Pour Paul Faucher, l’image devait devenir un langage à part entière, et le jeu était un élément essentiel au bon développement de l’enfant. En 1931, Nathalie Parain publie ses premiers albums dans la collection du Père Castor qui encouragent les plus jeunes à une démarche créatrice par le jeu, le pliage, le découpage et le collage. Ses influences de la mouvance constructiviste sont bien présentes dans ses illustrations. Elle marque définitivement de sa modernité l’édition jeunesse, par la composition de ses pages, l’utilisation des aplats de couleur ou encore ses formes simplifiées, issues de la géométrie.

 

Les artistes juifs de l’avant-garde russe et le livre pour enfants : 1890-1945

JPG - 25.1 koJPG - 27.5 koExposition conçue, réalisée et présentée par Ida PapiernikArtistes Juifs avant-garde russe livres enfants affiche

 

Derniers jours de l’exposition… Je reprends ci-dessous le texte de présentation sur le site du centre MEDEM (52 rue René Boulanger 75010 Paris 01 42 02 17 08 centre-medem.org ) :

Si ces artistes juifs sont célèbres pour leurs tableaux, leurs sculptures leurs poèmes, ce que l’on sait moins, c’est qu’ils ont participé à la révolution des idées, et à l’éducation des masses populaires à travers le livre pour enfants. Cette révolution fut tant littéraire que picturale. En toute bonne foi, ils ont œuvré aux côtés des révolutionnaires bolcheviques dans la jeune Union Soviétique, ayant été reconnus comme citoyens à part entière, à égalité avec l’ensemble des peuples de l’Union. Ils ont participé à la grande œuvre d’éducation des futurs citoyens à l’aide d’outils nouveaux : l’image depropagande et le livre.

Et ils ont ressenti le besoin de faire fructifier leur double culture : russe et yiddish.

Que reste-t-il de cette époque glorieuse de l’histoire de l’art ? Des poèmes encore appris dans les écoles, des rééditions de livres pour enfants, y compris en français. Des expositions comme celle-ci, aux Etats-Unis, en Europe, et même au Japon.

A écouter sur le site de Judaïque FM une interview d’Ida Papiernik en date du 23 décembre 2014 à 9H15

MP3 - 14.1 Mo

L’exposition est référencée désormais sur le site la BNF

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/clientBookline/service/reference.asp ?instance=JOIE&DOCID=ACTUALITE_5308&DOCBASE=SIM_ACTUALITE&PORTAL_ID=bookline_view.xml

Et voici également un article paru dans le blog de Véronique Chemla

http://www.veroniquechemla.info/2015/02/les-artistes-juifs-de-lavant-garde.html

Le MAHJ, il y a quelques années, a présenté leur œuvre en yiddish. Le Centre Medem, quant à lui, à l’ambition d’en faire découvrir son aspect « universel » russophone. L’  » idylle  » entre artistes et pouvoir n’aura qu’un temps. Nombreux, seront les artistes qui payeront leur liberté de leur vie. La  » Nuit des poètes assassinés  » (l’un des tableaux phares de l’exposition suivante du Centre Medem sur le CAJ – Comité Antifasciste Juif) verra l’aboutissement d’un long processus meurtrier de mise au pas.

Albums – Bande dessinée et immigration. 1913-2013

Une très belle et importante exposition. Je reprends ci-dessous l’essentiel des éléments donnés par le Musée de l’histoire de l’immigration. Des documents passionnants complètent ces premiers éléments en allant sur le site dont l’adresse figure ci-dessous. Il va sans dire que cette exposition s’inscrit dans nos préoccupations concernant les carnets et les relations (voir Ici et ailleurs. Avec François Place, L’atelier du grand tétras, 2012, ainsi que ces billets : http://ver.hypotheses.org/777  ; http://littecol.hypotheses.org/343). Je reviendrai ultérieurement sur cette exposition.

À travers plus de 500 pièces et documents originaux, planches de bande dessinée, esquisses et croquis préparatoires, films d’animation, entretiens filmés et autres photographies et documents d’archives, l’exposition se propose d’envisager le phénomène migratoire dans la bande dessinée. Elle est présentée du mercredi 16 Octobre 2013 au dimanche 27 Avril 2014.

Trois séquences rythment le parcours :

  • La première étudie, au regard de l’histoire des migrations depuis le début du XXe siècle, les trajectoires spectaculaires de certains auteurs. De Georges McManus à Marguerite Abouet et Clément Oubrerie en passant par René Goscinny et Albert Uderzo, Enki Bilal, Farid Boudjellal, Clément Baloup ou Marjane Satrapi…
  • La deuxième envisage les enjeux de la représentation d’une question sensible et le choix des genres utilisés : de l’auto-fiction à la BD-reportage. Elle détaille les sources de documentation, les références visuelles et les différentes ébauches nécessaires à l’élaboration de la planche de bande dessinée.
  • La troisième enfin, envisage images et archétypes de la figure du migrant et analyse les constantes de représentation des différentes phases migratoires.
  • La conclusion est donnée par l’œuvre de Shaun Tan, Là où vont nos pères, récit onirique et métaphore universelle du parcours du migrant.

Le catalogue est une co-édition Musée de l’immigration/ Futuropolis, octobre 2013, 26€

Coordination scientifique : Vincent Marie et Gilles Ollivier • Avant propos de Pascal Ory
Très richement illustré, le catalogue de l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration 1913-2013 constitue une première tentative d’établir une chronologie precise, didactique et richement illustrée de la manière dont la bande déssinée s’est emparée du thème de l’immigration, les parcours des auteurs personnellement liés ou non à l’immigration, les mécanismes et caractéristiques de la « fabrique » du sujet « immigration » dans la BD, et les représentations et imaginaires que ce corpus véhicule, suggère, invente etc.

  • Lire l’introduction du catalogue de Vincent Marie et Gilles ollivier (commissaires de l’exposition), BD et immigration, une histoire de contacts Télécharger
  • Lire l’article de Vincent Marie, Quand la bande dessinée témoigne des migrations : entre autobiographie et reportage Télécharger