Archives de catégorie : livres et revues

Cahiers Robinson n° 38 : Civiliser la jeunesse

couv_robinson n°38Cahiers Robinson n°38, deuxième semestre 2015

Civiliser la jeunesse

sous la direction de Christian Chelebourg et Francis Marcoin

 

Introduction :

Christian Chelebourg                     La rage de civiliser

  1. La morale sens dessus dessous

Max Butlen                                      La réaction morale face à la littérature de jeunesse

Marie-Hélène Inglin-Routisseau   Renversements éthiques dans les romans pour la jeunesse

Francis Marcoin                              L’éducation des parents par la littérature de jeunesse : Erich Kästner dans la lignée de Berquin

Laurent Déom                                    L’emprise du Bien : discours critiques et présupposés moraux

Christian Chelebourg                     Mais où sont les Blanche-Neige d’antan ? Étude culturelle d’un conte socialisé

  1. Bien penser, mal penser

Laurence Olivier-Messonnier        L’inculcation du sentiment patriotique dans les albums de Guy Arnoux

Mariella Colin                                  La littérature de jeunesse et la formation des « Italiens nouveaux » sous le fascisme

Marianne Bérissi                               Manuela Draeger ou la mélancolie du looser

Noémie Budin                                   Comment le Petit Peuple féerique subvertit les adolescents

III. Les métamorphoses de la morale

Lydie Laroque                                 Jonas : de la morale religieuse à l’éthique

Pierre-Louis Fort                              Variations esthétiques, transformations morales ? Le théâtre de Bruno Castan

Lauriane Perzo                                  Le théâtre jeune public : un divertissement didactique ?

Daniella Di Cecco                             Journal intime et roman pour adolescentes : du didactisme à la Teen chick lit

Édith Perry                                       Petit séjour en animalie ou une morale pour des temps difficiles

  1. Leçons de vie

Chantal Lapeyre                               Roman historique et exemplarité : le cas de la série Les Colombes du Roi-Soleil d’Anne-Marie Desplat-Duc

Caroline Klensch                             « There’s no place like home… » : à la redécouverte des valeurs de la famille dans Le Magicien d’Oz

Serge Meitinger                               De l’« association » comme moyen de civiliser la jeunesse

Sébastien Bertrand                          Adolescence et mythologie : Saint Seiya, manga et anime éducatifs

Geoffroy Brunson                           Paratopie de l’imaginaire tolkienien : l’influence du Seigneur des Anneaux sur le jeune lectorat

Le Clézio : deux nouvelles enfin disponibles

Le Mercure de France réédite le 3 avril 2014 « »Mydriase » suivi de « Vers les icebergs »», deux courts textes qui relèvent, selon Le Clézio, de sa «période Michaux». (voir l’entretien  de Le Clézio dans Libération du 26 avril 2014 : http://www.liberation.fr/livres/2014/03/26/ecrire-ajoute-des-jours-a-ma-vie_990470)

J’ai écrit un article à propos d’une de ces deux nouvelles initialement publiées dans la revue de Georges Lambrichs, les Cahiers du Chemin : « Une relation critique : la voix du poème (Vers les icebergs de J.M.G. Le Clézio) », Roman 20-50 n° 55 (« J.-M. G. Le Clézio »), Presses universitaires Septentrion, juin 2013, p. 103-111. On peut le lire ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/search/label/Le%20Clézio

 

Entretenir l’attention avec le linge

Ce sont vingt-cinq légendes, petites histoires au présent des sensations, racontées par Amandine Marembert qu’accompagnent les encres bleues de Valérie Linder. Le titre met les gestes du côté du linge : on le sait, il « sèche » et il a  une « peau » mordue par les pinces qui « sont lèvres ». Mais il faut aussi mettre les gestes du côté du livre – ce qu’il nous fait à nous lecteurs, lectrices :  gestes d’écoute à ce qui l’est si rarement. Alors ce livre est une attention à celle qui « trie », « détache » puis à toutes « les mains des mères » qui « viennent plier repasser ». Ce livre est aussi une attention à des gestes continués : de mère à fille, de grand-mère à petite fille et de mère à mère dans des gestes qui « se superposent ». Ce livre touche par tous ses plis aux corps qui touchent au linge pas seulement pour s’en vêtir ou y dormir mais aussi pour l’entretenir : ce livre touche juste et on espère qu’il touchera aussi ceux qui ne touchent au linge qu’une fois lavé, repassé, rangé… Ce livre est un livre d’entretien : une voix nous tient dans les voix de celles qui font « le ménage du linge » ou « une heure de repassage ». Et le livre nous dit de répondre aux gestes du linge : il demande à toutes les mains de le lire en relation. C’est un poème parce qu’un poème ça sert à vivre mieux.

 

Amandine Marembert, Valérie Linder, Les gestes du linge, Esperluette éditions, 2013.

 

Présences animales dans les mondes de l’enfance

1521501_585128434869780_2046442599_n

Le n° 34 des Cahiers Robinson (deuxième semestre 2013), Présences animales dans les mondes de l’enfance, sous la direction de Florence Gaiotti, est paru.

Quatrième de couverture :

La présence de l’animal dans la culture d’enfance s’impose comme une évidence, qui ne saurait empêcher une véritable réflexion sur la signification et les enjeux de cette permanence. Figure de l’homme ou du petit homme, véhicule de transmission morale, objet transitionnel, l’animal assume de multiples fonctions.
A partir d’exemples multiples – des contes traditionnels au théâtre contemporain, des mémoires d’animaux à la fantasy, du roman scolaire au documentaire animalier – ce numéro pose des jalons pour de nouvelles interrogations. Les réflexions rassemblées ici prennent aussi appui sur les études contemporaines concernant la question animale pour tenter de définir la manière dont l’enfant est invité à se construire à travers l’animal ou avec lui, dans une proximité qui interroge sa part fondamentale d’animalité.

Sommaire :

Florence Gaiotti : Présences animales dans les mondes de l’enfance

Bochra Charnay : Les animaux reconnaissants dans le conte oral traditionnel

Valentine Depauw : La figure de la bête dans les contes des XVIIe et XVIIIe siècles

Guillemette Tison : Le bestiaire des écoliers de la IIIe République

Michel Manson : Quand les animaux écrivent pour les enfants

Eléonore Haimade : A bord de quelques arches de Noé

Laurence Messionnier : La Grande Guerre et l’exploitation de l’animal

Eric Bartatay : Vivre la Grande Guerre avec le chien Flambeau

Jlie Saint-Hillier : L’enfant et la bête chez Kessel

Serge Martin : La voix animale, une reprise d’oralité (on peut lire une version de cet article ici : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2013/12/la-voix-animale-une-reprise-doralite.html)

Sandrine Le Pors : Le théâtre jeune public à l’épreuve de l’animal

Marie Garre-Nicoara : L’animal dans la marionnette contemporaine

Isabelle Casta : L’animalité métaphorique en dark fantasy

Isabelle Olivier : Animaux philosophiques chez Philip Pullman

Christine Prevost : Le discours éthologique à hauteur d’enfant

Varia

Roland Carrée : L’enfant, le regard et l’eau dans le cinéma italien (1990-2000)

 

n°ISSN 1253-6806
prix: 16 euros
vente et abonnement au:
Secrétariat Recherche Lettres, Cahiers Robinson
Université d’Artois
9 rue du Temple, 62030 Arras Cedex
tél : 03 21 60 38 26/ fax : 03 21 60 37 29
la revue paraît deux fois par an

tarifs
16 euros franco (18 euros hors U.E.) à partir du n°23
14 euros (16 euros hors U.E.) du n°1 au n°22
abonnement (deux numéros) : 30 euros (34 euros hors U.E.)
tarif réduit pour les particuliers : 28 euros (30 euros hors U.E.)
règlement par chèque bancaire ou postal libellé à l’ordre de l’agent comptable de l’Université d’Artois

 

Rires en francophonie

Rires en franco couv 2

 

Dans cet ensemble Rires en francophonie rassemblé par Violaine Houdart-Mérot dans la collection CRTF des éditions Encrage Université, on peut lire quelques contributions qui concernent plus particulièrement la littérature de jeunesse:

– Anne-Marie Petitjean y analyse « l’humour anglais pour enfants français » ;

– Serge Martin y associer « Benjamin Rabier et Philippe Corentin » autour d’une « vache qui rit jaune » ;

– Patrick Joole associe « rire et lire » pour observer « le rire réflexif dans la littérature francophone pour la jeunesse » ;

– Pierre-Louis Fort observe « le rire au service du conte dans le théâtre jeunesse de Jean-Claude Grumberg ».

Mais c’est vers l’ensemble de ce collectif qu’il faut s’adresser pour concevoir des définitions problématiques et évolutives du rire, penser la fonction insurrectionnelle et la fonction cathartique et enfin associer rire et coopération du lecteur.

Un très bel ensemble qui affiche un détail de « l’intrigue » de James Ensor en couverture pour mieux y aller voir…

Dictionnaire du livre de jeunesse

Dirigé par Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot, cet ouvrage de référence riche de 1 034 notices vient de paraître aux éditions du Cercle de la librairie.

C’est en 2001 qu’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot ont décidé de s’atteler à une publication d’envergure: un Dictionnaire du livre de jeunesse, dont aucun équivalent actualisé n’existait. Cet ouvrage de mille pages, d’«Abécédaire» à «Zozo la tornade» vient de paraître aux éditions du Cercle de la librairie.

Alors que la majorité des 1034 notices évoquent principalement auteurs et illustrateurs, le dictionnaire consacre aussi des passages aux éditeurs et collections qui ont compté pour le livre de jeunesse.

Dans l’introduction, les directeurs soulignent que l’ouvrage est à destination des «simples curieux […] amateurs de livres anciens, professionnels du livre et plus largement de la communauté des chercheurs».

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

Vient de paraître le numéro 5 de la revue Strenae que j’ai dirigé avec ma collègue Florence Gaiotti – nous y avons travaillé pendant deux ans et voici le résultat que je suis heureux de présenter aux lecteurs du carnet. J’y ai rédigé deux articles dont le premier constitue une lecture du texte de Benjamin, « Le raconteur », ainsi qu’une tentative de théorisation de la littérature par ce concept offert par Benjamin et qu’à ma connaissance personne n’a à ce jour vraiment poursuivi en théorie de la littérature. Un long article sur le modèle du « Raconteur » de Benjamin tente de poursuivre cette théorisation avec une oeuvre singulière, celle de Malika Ferdjoukh. Bien évidemment, je tiens à souligner la qualité et la diversité des contributions qui constituent cette revue et à encourager chacun à feuilleter et à étudier ces travaux nombreux et divers rassemblés autour du texte de Benjamin.

On peut donc lire ou télécharger la revue en ligne à cette adresse:

http://strenae.revues.org/953

Je reproduis le sommaire ici – ce qui permet d’accéder directement à chaque article :

Strenae n° 5 | 2013

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

Grimm, Afanassiev : connus et oubliés

Actes du colloque organisé le 29 septembre 2011 par la BnF / Centre national de la littérature. Ce colloque organisé à l’occasion de la publication de la première édition critique de l‘édition de 1856 des contes des Frères Grimm et d’une nouvelle édition corrigée et augmentée des contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev a permis de découvrir ou redécouvrir des écrivains qui se passionnèrent pour le conte populaire, collectionneurs ou collecteurs allemands, autrichiens, russes, roumains, français qui contribuèrent à transmettre ces récits traditionnels et ouvrirent le chemin de nos collectages contemporains. C’est aussi l’occasion de s’interroger sur les diverses formes d’écritures, réécritures, transcriptions, traductions, délicats et parfois douloureux passages de l’oralité à l’écriture. Un cahier d’illustrations couleurs et une sélection de contes de Grimm et d’Alexandre Afanassiev ponctuent l’ouvrage.

23 €

 

sommaire

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/sommaire_coll_grimm.pdf

 

avant-propos

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/intro_coll_grimm.pdf

 

bon de commande

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/bdc_grimm.pdf

La littérature pour la jeunesse du Royaume-Uni

 

Journée d’étude

14eme Journée des livres en V.O. : le Royaume-Uni

La littérature pour la jeunesse du Royaume-Uni a toujours eu une très grande influence en France mais aussi dans le monde. Aujourd’hui encore ce sont les livres britanniques qui arrivent largement en tête des traductions. D’où vient cette hégémonie, qu’est-ce qui fait la force des raconteurs d’histoire d’Outre-Manche ? Comment cette littérature évolue-t-elle ? Quel est le poids des best-sellers, des concentrations éditoriales ? Comment ce patrimoine est-il conservé, valorisé ? Quelles sont les passerelles qui existent entre les deux pays ? L’anglais est la langue la plus enseignée en France mais la lecture de livres pour la jeunesse ne peut-elle pas, en particulier grâce à l’action des bibliothèques, offrir une action originale et efficace ? Comment favoriser cette lecture en V.O. ?

Le programme complet à cette adresse: http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/formation/2013/je_lire_vo_2013.pdf

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse

Le dernier numéro de La Revue des livres pour enfants offre un beau dossier à ce propos. Sommaire complet à cette adresse :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/revues/sommaire269.pdf

Vers une didactique de la culture écrite avec Jean-Louis Chiss : un itinéraire intellectuel

Je suis vraiment heureux de présenter le nouvel ouvrage de Jean-Louis Chiss : L’Ecrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, Paris, L’Harmattan, « Enfance & langages », 2012 (achevé d’imprimer en mars 2013 ?).

Cet ouvrage vient, comme le dit son auteur, composer un itinéraire de plus de vingt-cinq ans d’écriture et de recherche (1980-2005) et ainsi reprend dix-huit études et interventions qui ont construit une démarche de linguiste et de didacticien. Autant de « problèmes » comme « chaque fois une contribution à la grande problématique du langage qui s’énonce dans les principaux thèmes traités » – je viens de citer Benveniste dans son « avant-propos » à ses Problèmes de linguistique générale 1  : les théories de la lecture, de l’écriture et plus généralement de la culture dont la littérature, et les didactiques de ces mêmes activités dans les contextes scolaires de la maternelle à l’université – comme on dit à la revue Le Français aujourd’hui dont Jean-Louis Chiss a été rédacteur en chef au début de la période considérée.

Dans une réciprocité constitutive et une subjectivation singulière qui associent un individu et des communautés, cet itinéraire intellectuel engage un sujet de la recherche et de l’intervention dans les controverses de cette époque tant au niveau des institutions académiques que des débats dits de société, et un objet de la recherche qui peu ou prou s’est constitué comme une démarche heuristique plus qu’un domaine délimité, en regard de bien des « questions » de l’enseignement, de l’apprentissage, de la culture. Un tel itinéraire, pour penser ces pratiques et ces théories, n’a cessé de penser les implications nécessaires à concevoir chaque fois situées, d’une théorie du langage et d’une pensée du continu des langues et des cultures, des théories et des didactiques.

L’ouvrage propose ainsi comme quatre moments de l’itinéraire qui offrent quatre lieux critiques à la fois successifs mais également concomitants et inséparables:

– les typologies textuelles/discursives et la didactique de l’écrit;

– l’oral et l’écrit sous le rapport de leur diversité et de leur qualité;

– la lecture et l’Ecole;

– le passage (voire les passages) des théories de l’écriture à la littératie vers une didactique de la culture écrite dans le contexte français et francophone.

On comprend bien qu’il me faudra revenir sur cet itinéraire, sur les moments et les lieux critiques qui impliquent son lecteur…

En attendant, le souhait est qu’avec la lecture de ce livre s’ouvre dans nos actualités (la création des ESPE, les débats sur les curricula, les fondamentaux, les méthodes, les disciplines et leurs sous-disciplines, les cultures, la mondialisation…) l’indispensable réflexion rétrospective pour que les urgences ne masquent pas les enjeux depuis longtemps au travail et qu’on ne peut esquiver sous peine de répétitions pénibles ou d’engouements trompeurs.

Cet ouvrage est un phare pour aujourd’hui parce qu’il agrandit ses possibles et augmente la réflexion sur ses enjeux.