Archives de catégorie : 1. Conceptualisations

Le racontage : un fil rouge pour un passage d’expérience

eva-ou-le-pays-des-fleurs-3187732Impossible de conceptualiser le racontage autrement qu’en lisant tel album dans telle situation… C’était le 29 septembre en salle L au troisième étage du 46, rue Saint-Jacques avec presque quarante étudiants… et voilà que je reprends l’album de Rascal/Joos dont on peut lire une lecture ici : https://littecol.hypotheses.org/448.

Continuer la lecture de Le racontage : un fil rouge pour un passage d’expérience

La grande panthère noire : une chorégraphie et une anthropologie…

Retour sur un album de 1968…

9782081601215

On peut lire quelques commentaires sous les diapos de l’album dans ces trois pdf et on complètera avec ce billet déjà publié : https://littecol.hypotheses.org/575

1 : panthere-1

2 : panthere-2

3 : panthere-3

On peut aussi retrouver un long paragraphe autour de l’album  dans Quelle littérature pour la jeunesse? (Klincksieck, 2009), p. 13-14. On pourrait rebondir à partir de cette phrase : « S’il y a mélange des genres avec la littérature de jeunesse, c’est quand elle fait oeuvre, c’est-à-dire quand elle n’est plus un genre mais une activité qui fait événement autrement qu’à se retourner vers le passé ou à préparer un futur. Ce mouvement de la reprise est l’invention d’un présent d’une enfance toujours active. » (p. 14)

Rythmes du racontage chez Tomi Ungerer

Ce billet a été rédigé par Sun Nyeo KIM, doctorante, et Serge Martin, professeur à Sorbonne nouvelle Paris 3.

Une théorie critique du langage, qui retravaille le rythme non plus comme alternance métrique, mais comme l’organisation du sens en mouvement, l’historicité du sens, dans le discours comme activité des sujets, passe par une critique de la socialisation des rythmes.

Henri Meschonnic[1]

Tomi Ungerer est certainement un des grands raconteurs en albums. Nous partirons de la proposition qui engage la conceptualisation du racontage empruntée à Walter Benjamin et à son texte « Le Raconteur » de 1936 : « Et ce qu’il raconte, à son tour, devient expérience en ceux qui écoutent son histoire[2] ». Nous la croiserons avec la conceptualisation du rythme empruntée à Henri Meschonnic et à son maître-ouvrage de 1982, Critique du rythme : le rythme comme « disposition, organisation de la signifiance » serait le « correspondant par excellence de la voix », laquelle « est relation », c’est-à-dire « une signifiance qui ne finit plus[3] ». Ces deux conceptualisations permettent de penser le continu théorique et pratique de l’oralité, dans et par l’écriture-lecture comme historicités toujours en cours ou comme réénonciations continuées : d’une part, elles contestent le grand partage entre une littérature savante et une littérature populaire, une littérature écrite et une littérature orale, et d’autre part elles impliquent le primat de l’oralité dans l’écriture comme « rythme » qui n’est pas que pour l’oreille mais « pour tout le sujet[4] ». Plus précisément, ces deux conceptualisations permettent de penser la trans-subjectivation, ou passage de voix comme passage d’expérience, que le rythme du racontage dans sa pluralité et sa criticité engage. Il n’y a pas plus concret qu’une telle trans-subjectivation avec Ungerer : non seulement parce que cet auteur touche son lecteur en albums et donc en visions colorées et vivantes par un tourne page qui opère toujours dans les deux sens, vers la droite et vers la gauche, où les mouvements de la surprise et de la reprise s’emmêlent au cœur même de chaque double page. Le livre ouvert sur une double page est également toujours un montage de voix en textes et en images dans et par leurs reprises, « passés cités[5] » en survivances actives comme le propose Georges Didi-Huberman, et leurs surprises en petits atlas de défamiliarisation. C’est exactement cette aventure rythmique et donc critique qu’offre chaque album de Tomi Ungerer. Nous allons tenter d’en suivre quelques motifs dynamiques : dans un premier temps, nous partirons de ce qui motive souvent les intrigues dans les histoires, le trésor, et verrons comment Ungerer fait de l’or un rythme critique et jubilatoire ; puis nous explorerons un autre motif récurrent, celui des ombres nocturnes que le pan bleu prolonge en approfondissant ses valeurs rythmiques. Ces motifs permettront ainsi de suivre le mouvement d’une parole en album qui ne demande qu’à être repris et relancé dans et par le racontage continué. Continuer la lecture de Rythmes du racontage chez Tomi Ungerer

Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

Avec Un Papillon dans la cité (Sépia, 1997), Gisèle Pineau interroge la relation de la métropole à la Guadeloupe et d’une génération à l’autre. Son écriture qu’il s’agirait de faire vivre, c’est-à-dire d’accompagner jusque dans la classe de littérature, de géographie, d’histoire et jusque dans la vie des élèves de partout, met à vif une mémoire toujours au présent dans et par la relation féminine. J’aimerais lancer quelques propositions pour continuer une poétique de la relation en didactique de la littérature (en cycle 3 ou au collège).

Continuer la lecture de Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

François Place : archéologie et cartographie dans et par le racontage

Arrivé depuis peu, et tout à fait ignorant des langues de l’Orient, Marco Polo ne pouvait s’exprimer autrement qu’en sortant des objets de ses valises : tambours, poissons salés, colliers de dents de phacochères, et les montrant par des gestes, des sauts, des cris d’émerveillement ou d’horreur, ou bien en imitant l’aboiement du chacal et le hululement du hibou.

[…] Mais ce qui rendait précieux à Kublai chaque fait ou nouvelle rapporté par son informateur muet, c’était l’espace qui restait autour, un vide que ne remplissaient pas des paroles. Les descriptions des villes visitées par Marco Polo avaient cette qualité : qu’on pouvait s’y promener par la pensée, s’y perdre, s’y arrêter pour prendre le frais, ou s’en échapper en courant.

Italo Calvino (1974 : 49-50)

 

Continuer la lecture de François Place : archéologie et cartographie dans et par le racontage

Actes de la journée d’études Reims 16/11/2010 : enseigner la littérature aujourd’hui

On peut lire les actes en ligne à l’adresse suivante :

http://oblit.hypotheses.org/communications-ell

L’argumentaire est ici:

http://oblit.hypotheses.org/argumentaire-ell

Remarques rapides à partir de cet argumentaire – il faudrait ouvrir des discussions bien plus larges :

1. Choisir la notion d’ « objet littérature » (de « littérature » au singulier) constitue une orientation faible et réductrice (la notion de « discipline » est ainsi évoquée) puisqu’elle renouvelle les opérations traditionnelles de « défense » et « repli » au lieu de penser des reconfigurations nécessaires:

le cinéma, le théâtre, le performances et autres « faits littéraires » nombreux et pluriels, traditionnels et contemporains, lointains et proches, indus voire infimes et commercialisés… demanderaient de repenser non en termes d’objet qui, plus est, au singulier : il en manque toujours (d’où la schizophrénie entre empilement dans des programmes inapplicables et le réductionnisme sourd se repliant sur un conservatisme) ; par ailleurs, on présuppose alors une maîtrise possible qui ouvre à fou sels scientistes et technicisées pédagogiques… Je préfèrerais qu’on parle donc de faits littéraires comme relation sujets, au pluriel, car il faudrait observer les constellations de subjectivations à l’oeuvre entre sujets du savoir, sujets de l’apprentissage, sujets de l’institution littéraire, sujets du langage… Du moins, parlons de littératures…

2. La pédagogie est toujours aperçue comme « approche » et non comme pratique ou mieux « expérience » au sens de John Dewey. On suppose donc toujours qu’il y a discontinuité et non continuum entre des points de vue dont l’enjeu reste le « pouvoir » (pour ne pas voir les points de vue, les conflits, les hétérogénéités, les singularités…) et non le « pour voir » et donc l’expérience des relations qui engagerait alors les transmissions dans une relation de relations.

Notes trop rapides mais je reviendrai sur quelques pistes de réflexion offertes par ce travail de réflexion tout à fait bienvenu à condition qu’il historicise bien d’autres réflexions déjà conduites dans le passé ici et là – un peu gêné par la seule référence à Genette dans cet argumentaire…

Rires en francophonie

Rires en franco couv 2

 

Dans cet ensemble Rires en francophonie rassemblé par Violaine Houdart-Mérot dans la collection CRTF des éditions Encrage Université, on peut lire quelques contributions qui concernent plus particulièrement la littérature de jeunesse:

– Anne-Marie Petitjean y analyse « l’humour anglais pour enfants français » ;

– Serge Martin y associer « Benjamin Rabier et Philippe Corentin » autour d’une « vache qui rit jaune » ;

– Patrick Joole associe « rire et lire » pour observer « le rire réflexif dans la littérature francophone pour la jeunesse » ;

– Pierre-Louis Fort observe « le rire au service du conte dans le théâtre jeunesse de Jean-Claude Grumberg ».

Mais c’est vers l’ensemble de ce collectif qu’il faut s’adresser pour concevoir des définitions problématiques et évolutives du rire, penser la fonction insurrectionnelle et la fonction cathartique et enfin associer rire et coopération du lecteur.

Un très bel ensemble qui affiche un détail de « l’intrigue » de James Ensor en couverture pour mieux y aller voir…

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

Vient de paraître le numéro 5 de la revue Strenae que j’ai dirigé avec ma collègue Florence Gaiotti – nous y avons travaillé pendant deux ans et voici le résultat que je suis heureux de présenter aux lecteurs du carnet. J’y ai rédigé deux articles dont le premier constitue une lecture du texte de Benjamin, « Le raconteur », ainsi qu’une tentative de théorisation de la littérature par ce concept offert par Benjamin et qu’à ma connaissance personne n’a à ce jour vraiment poursuivi en théorie de la littérature. Un long article sur le modèle du « Raconteur » de Benjamin tente de poursuivre cette théorisation avec une oeuvre singulière, celle de Malika Ferdjoukh. Bien évidemment, je tiens à souligner la qualité et la diversité des contributions qui constituent cette revue et à encourager chacun à feuilleter et à étudier ces travaux nombreux et divers rassemblés autour du texte de Benjamin.

On peut donc lire ou télécharger la revue en ligne à cette adresse:

http://strenae.revues.org/953

Je reproduis le sommaire ici – ce qui permet d’accéder directement à chaque article :

Strenae n° 5 | 2013

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

Des gestes arrêtés prêts à être mis en mouvement, les livres

Une étudiante, dans le cadre de sa recherche pour son mémoire, m’envoie un mail avec ce passage :  » j’aurais aimé avoir le témoignage d’un adulte qui aime justement posséder ses propres livres et ne pas les prêter. D’après votre intervention en cours, il me semble que vous êtes dans ce cas et je vous demande par conséquent si vous pouviez m’expliquer cette raison, votre attachement à vos livres. » Je lui ai répondu ce qui suit et la remercie de m’avoir donné l’occasion d’en dire un peu plus sur une pratique quotidienne :

Miquel Barceló, « Bibliothèque avec cigarette », 1984, peinture sur toile, 200 x 300 cm

© ADGP

Les livres sont comme des moments de vie ou des gestes arrêtés prêts à être mis en mouvement : on ne peut à proprement parler ni les classer, ni les étiqueter parce qu’ils continuent sans qu’on sache vraiment pourquoi ni comment, au plus profond de notre corps-esprit, dans des zones rêveuses ou ombreuses. 

Toutefois il y aurait les livres lus et ceux qui attendent de l’être. Les premiers parfois annotés dans les marges ou dont la lecture vient nourrir des carnets attendent d’être repris et quand je les aperçois ici ou là dans la maison, je sais qu’ils sont tout autre chose qu’un poids de papier, qu’en eux résonnent des voix avec des espaces et des temporalités, qui font entendre et voir autrement chaque moment. Il y a aussi parmi ces livres, ceux qui ont été lus par les proches et qu’on sait qu’ils font en partie et parfois pour l’essentiel notre relation jusque dans l’intime extérieur. Restent les livres que je n’ai pas encore lus: il y a parmi eux des livres qui vivent très fort cette attente et parfois j’ai un malin plaisir à reculer le temps de leur lecture à moins que ce soit eux qui augmentent ma réticence parce qu’ils sont trop brûlants ou pas assez chauds… En fin de compte, les livres ne sont pas des objets – peut-être comme tout ce qui nous entoure et qu’on a bien tort de réduire ou d’instrumentaliser – mais des sujets ou des moyens de devenir sujet, encore plus sujet, encore plus sujet-relation. On peut dire aussi qu’il y a des livres qui ne sont pas des livres… mais je suis persuadé que n’importe quel livre jusque dans les refus qu’il peut engager nous apprend à considérer tout ce qu’on est dans des amplitudes toujours plus vastes et paradoxalement toujours plus infinies parce qu’on n’en a jamais fini avec les livres comme avec la vie – ou alors c’est la mort mais même de ce côté là, on sait combien ça continue… dans les livres. 

Dernière remarque : il y a des livres qui existent même disparus, brûlés, censurés, interdits voire inexistants: les livres de nos rêves, les livres qu’on aimerait écrire. La bibliothèque – la mienne comme celle d’un lecteur débutant – est toujours la possibilité de l’infini ici et maintenant. C’est pourquoi on est autant fait par les livres qu’on les fait – les lire c’est continuer à les faire. Aussi pédagogiquement, je crois indispensable de faire des livres souvent (une feuille plié en quatre avec quelques notes dedans et un titre, quelques dessins…) ou, du moins, de permettre qu’on sache qu’on les fait en les lisant, qu’ils nous font dans notre pluralité infinie.

« Le Conteur » de Walter Benjamin : les 19 pièces d’un manifeste du racontage

Walter Benjamin, « Le Conteur. Réflexions sur l’oeuvre de Nicolas Leskov » traduit par Pierre Rusch (Oeuvres III, Paris, Gallimard, 2000, p. 114-151)

On trouvera ci-dessous les 19 « chapitres » du texte de Benjamin résumés par un titre, le tout organisé en six parties pour constituer ce que j’appelle une anthropologie poétique du racontage. On peut retrouver une analyse plus précise de ce texte de Benjamin dans cet article en ligne : http://strenae.revues.org/961

Carte de lecteur de Walter Benjamin à la Bibliothèque Nationale, Paris, pour l’année 1940-1941

 

Une anthropologie poétique du racontage

Le conte, qui, aujourd’hui encore, reste le premier conseiller de l’enfance, parce qu’il fut jadis le premier conseiller de l’humanité, se perpétue secrètement dans l’art du récit. (p. 140-141)

A. Entre disparition et apparition

1. L’activité vivante du racontage : échanger des expériences de bouche en bouche.
2. Une petite histoire du racontage : généalogie de l’interpénétration des laboureurs et navigateurs.
3. Leskov : biographie d’un raconteur qui « se sentait chez lui dans le lointain ».
4. Le raconteur porte conseil dans et par le racontage continué.

B. Les antinomies : tensions culturologiques
5. Racontage et roman : l’écoute commune vs. le solipsisme sourd.
6. Racontage et actualités : l’amplitude vs. l’explication.
7. Racontage et informations : la dormance vs. l’actualité.

C. Le racontage : un art pour vivre
8. L’écoute ensommeillée : le don de prêter l’oreille.
9. Le racontage : un artisanat de la reprise infinie.

D. Le racontage : un art de mémoire
10. La mort au cœur du racontage : l’inoubliable expérientiel.
11. L’autorité du racontage par un agrandissement de la mort à tous les temps et espaces.
12. Le raconteur, un chroniqueur et non un historien : un art du continu des hommes et d ela nature.
13. La mémoire comme tenue des histoires multiples du racontage : un vaste répertoire comme une constellation de souvenirs divertissants.

E. Les antinomies poursuivies : tensions poétiques
14. Le racontage et sa morale vs. le roman et le sens de la vie : l’infini du racontage vs. le fini du roman.
15. Le racontage comme passage et écoute dialogique vs. le roman comme engloutissement d’une solitude.

F. La force du racontage ou le continu poétique-éthique
16. Le racontage gravit tous les échelons de l’expérience : une complicité généralisée pour se protéger du mythe.
17. Avec le racontage, vivre l’amplitude et la pluralité des humains et trouver le juste hors de tout ensorcellement mythique.
18. L’amplitude et la pluralité des voix dans et par le racontage : une casuistique parfois burlesque plus qu’une ontologie du bien et du mal.
19. L’incorporation dans et par le racontage d’une éthique et d’une poétique : voix et main (chironimie) mêlées, du proverbe au conte, du cas fabuleux à la vie entière.

Fil rouge et fond noir : une rose, un racontage

eva-ou-le-pays-des-fleurs-3187732

Je ne reprends pas ici l’article publié dans la revue Argos qu’on peut lire à cette adresse: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2012/11/la-petite-marchande-dimpossible-eva-au.html, mais je tente une relecture (le texte de l’album est en fin de billet)…

Le fond noir ou la litanie de la nuit

Il y aurait dans cet album un ange baudelairien de la nuit : petite fille qui vend des fleurs. Le décor est un intime extérieur : la ville la nuit, qui brille d’une négativité dont la prosodie fait toute la force – qu’elle soit visuelle ou textuelle. Le privatif (« plus de parents ») comme le restrictif (« rien que la nuit ») constituent avec les reflets nocturnes des paysages la litanie d’un fond noir : les parents morts, un tuteur de la bassesse d’un M. le maudit…

Le fil rouge ou la litanie des interdits

Le « mais » est tranchant dans son paradoxe (« Mais il n’a pas son pareil pour faire rire Eva aux éclats ») comme les taches rouges des grandes pages noires tranchent par le vif qui est à la fois le vivant et l’arrêt de vie ou de mort… Au coeur du noir, le rêve vit (les présentatifs agissent comme une pragmatique du rêve qui fait ce qu’il voit: « C’est là, c’est un pays ») : le futur qui organise le centre du racontage est à la fois un inaccompli moteur et un futur du passé – ce sera le ton de la dernière phrase (« elle est déjà partie »), de la rose d’adieu.

Le renversement ou la transmission de vie et de voix

Le « mais » renversif organise le racontage trois fois : « mais il n’a pas son pareil »; « mais Eva ne le croit pas »; « mais aujourd’hui, personne. » De la même manière, le prénom et le rêve rime dans un mouvement renversant le réel (« vend » devient « rêves » et « Eva« ) qui rend comme un présent (cadeau et temps présent) la rose d’adieu alors même que la fin réitère le consonantisme en /p/ qui tient la tension sémantique entre ouverture/clôture, négation/espoir : « portes », « descend pas » / « partie », « Pays ».

La main du lecteur reprend la rose déposée in fine et Eva vit dans sa voix qui raconte encore et encore l’histoire du « pays des fleurs », cette Alice dans les villes, petite passante de Baudelaire.

( p. 2 ) À l’heure où les enfants s’en vont au doux pays des rêves,

Eva commence son travail.

( p. 4 ) Eva vend des fleurs.

( p. 5 ) Pas des fleurs en plastique à des poupées de chiffon,

mais de celles que s’offrent les couples de la nuit .

( p. 6 ) Des gargotes de la kermesse du Midi aux tavernes du Quartier du Nord,

( p. 7 ) des grands boulevards aux impasses,

Eva promène ses dix ans sous la lune et les néons.

( p. 8 ) Manger sur le pouce ou prendre le métro à l’œil,

( p. 9 ) avec le temps, Eva a appris à se débrouiller toute seule.

( p. 10 ) Plus de parents. Plus d’amies. Plus de soleil.

( p. 11 ) Rien que la nuit. Rien que Momo.

( p. 12 ) Momo c’est Monsieur Maurice.

Quand les parents d’Eva sont morts, c’est lui qui l’a recueillie

et emmenée dans ce pays trop gris.

( p. 13 ) Monsieur Maurice, il dit que le travail le rend malade

et que les fleurs lui donne de l’urticaire.

Mais il n’a pas son pareil pour faire rire Eva aux éclats.

( p. 14 ) Lorsque la ville s’endort peu à peu, Eva pense aux Pays des Fleurs.

( p. 15 ) C’est là qu’un jour Momo l’emmènera.

( p. 16 ) C’est un  pays

où le soleil est bien plus grand, bien plus chaud que par ici.

( p. 17 ) Les nuits y sont si courtes que la lune n’ose s’y montrer.

Il paraît que les fleurs y poussent partout. Belles et sauvages.

( p. 18 ) Eva y trouvera de nouveaux parents. C’est sûr.

Ils vivront tous les trois dans une jolie maison couleur lilas.

Elle retournera à l’école et y aura plein d’amies.

( p. 19 ) Momo le lui a promis.

Mais Eva ne le croit plus depuis qu’il s’est acheté

cette grosse voiture américaine avec leurs économies.

( p. 20 ) Comme chaque matin, Eva vient d’arriver sur la Grand-Place.

C’est là que Momo l’attend d’habitude pour aller manger

des  croissants devant deux chocolats chauds.

( p. 21 ) Mais aujourd’hui, personne.

( p. 22 ) Eva a pris le premier tram pour la banlieue.

Rue du Charroi, la Cadillac est là, rangée devant la caravane.

( p. 23 ) Eva se lève et aperçoit Monsieur Maurice entre deux gendarmes.

( p. 24 ) Le tram ouvre ses portes. Eva ne descend pas.

( p. 25 ) Une rose d’adieu jetée sur le bitume, un signe de la main,

Eva est déjà partie pour son Pays des Fleurs.

Enseigner les classiques de la littérature en évitant le triangle des Bermudes

Les quelques lignes qui suivent venaient en réponse à un appel à communication (« Manières de critiquer, manières d’enseigner la littérature : quelles conceptions, quelles places et quelles approches des « classiques » dans la construction d’une culture commune ? ») ; proposition refusée et travail toujours en cours…

J’appelle triangle des Bermudes pour l’enseignement de la littérature scolaire l’éclectisme dominant qui met cet enseignement tantôt dans la schizophrénie interprétative d’un passage inconsidéré et réversible de l’autoritarisme au subjectivisme, tantôt dans le tourniquet explicatif du formalisme et du thématisme pour imposer de la maternelle à l’université, la logique du discontinu et de la déshistoricisation des écritures comme des lectures au travers d’instrumentalismes variés. Le point de vue du discontinu oblige en effet l’enseignement à considérer les œuvres des arts du langage comme autant d’exemples qui viennent illustrer l’un ou l’autre des trois sommets du triangle didactique naturalisé depuis fort longtemps et confirmé par Paul Aron et Alain Viala (L’Enseignement littéraire, PUF, « Que sais-je? », 2005) : « la langue, l’esthétique et l’histoire ».

Ces trois sommets assurent la puissance du réalisme contre le nominalisme, c’est-à-dire des genres contre les œuvres, des modèles contres les expériences, des outils contre les aventures, et donc du connu contre l’inconnu qui fait l’aventure du rapport de la vie et du langage.

Aussi est-il nécessaire de reconsidérer le problème sous l’angle des classiques littéraires dans l’enseignement. Leur historicisation fait à la fois la preuve de leur instrumentalisation continuée par les institutions et stratégies culturelles et donc scolaires mais également de leur force imperturbable et imprévisible.

Je prendrai deux exemples au long cours : les Fables de La Fontaine et les Contes de ma mère l’Oye de Charles Perrault, qu’il faut aussitôt démultiplier dans la diversité des instrumentalismes comme des aventures du langage. Je tenterai de montrer comment l’attention aux historicités des écritures et lectures comme à celles des dispositifs et expériences, permet d’opposer au régime du discontinu promu tantôt par le moralisme tantôt par le scientisme, celui du continu. Le régime du continu attentif à l’oralité de l’écriture ouvrirait alors à une théâtralité de la lecture pour que la pluralité des voix s’entendent au cœur d’une systématicité relationnelle[1]. S’en suivrait une critique de la didactique de la littérature et peut-être même de la didactique générale, ne serait-ce que dans le rapport aux choses du passé puisque le continu demande de les considérer comme des activités qui modifient les catégories du temps et du sujet. En fin de compte, les classiques scolaires, comme présent rendu au présent, seraient des œuvres et donc des situations de lecture qui agissent au maximum pour que le sujet de la lecture soit présent à son activité, c’est-à-dire attentif à l’inconnu de l’œuvre, à la part d’inconnu qu’elle continue d’engager. Les classiques scolaires n’auraient d’intérêt que si les lectures travaillent à montrer un futur du passé et d’abord à vivre un présent du passé. C’est le défi des classiques du point de vue du continu quand habituellement elles ne servent qu’à célébrer le connu, le passé du passé et au mieux le passé du présent. L’enjeu de ce défi maintenu par une didactique critique est considérable : le patrimoine ou la défense des classiques n’est pas à laisser à ceux qui font tout pour conjuguer passé, présent et futur au passé quand il faut les conjuguer au présent voire au futur. Et au-delà, l’enjeu n’est-il pas celui qu’on peut appeler plus généralement l’attention au langage et, quant à la formation des enseignants, l’interaction entre la littérature et la théorie du langage ?


[1] Voir Le Français aujourd’hui n° 150 (« Voix. Oralité de l’écriture »), septembre 2005, disponible intégralement à cette adresse : http://www.armand-colin.com/revues_num_info.php?idr=16&idnum=271488