Archives de catégorie : livres et lectures dans les livres

Ecrire, dessiner avec François Place

Ecrire avec François Place, cela peut commencer par s’immiscer dans son racontage de deux manières (au moins) :

1. En augmentant son racontage (voir ci-dessous sur la première page des Derniers Géants);

2. En donnant la parole aux personnages (voire aux objets ou éléments de paysage) de ses illustrations et surtout aux sans-voix qui sont si nombreux quand on regarde bien pour entendre leurs voix (paroles prononcées dans le fil du racontage ou pensées qui lui répondent)…

3. On peut aussi prolonger son écriture en dessinant : des culs-de-lampe par exemple !!! ou des études préparatoires qui recommencent le racontage… (voir son site)

Ayuna Contoli (M2) propose ci-dessous une augmentation de la première page des Derniers géants :

C’est au cours d’une promenade sur les docks, arpentant un à un des dizaines de présentoirs  aux couleurs tout aussi chatoyantes qu’odorantes. J’entendais également le cliquetis des mats de navires amarrés. Au cœur de la criée, se faisaient entendre des cris, des élévations de voix qui ne cessaient de valoriser tantôt des épices, tantôt des poissons ou encore d’autres marchandises venues de contrées lointaines, comme des rouleaux de tissus moirés, brillants, soyeux, colorés sans doute arrivés des Indes. Subitement, je ne sais par quelle attraction que je ne m’explique toujours pas, je me dirige vers un homme barbu, sa chevelure grise au vent coiffée d’une casquette de marin vendant des objets apparemment anciens.  Un présentoir qui ne manqua pas d’interpeller l’ethnologue (nom du personnage) que je suis. C’est ainsi que j’achetai l’objet qui devait à jamais transformer ma vie : une énorme dent couverte de gravures étranges. Je ne manquai pas d’accepter avec  une frénésie curieuse la loupe que me tendit alors le « marin-vendeur ». J’observai ainsi le moindre des détails de cet objet qui ne manqua pas de me laisser perplexe, interrogatif, de par sa texture, sa couleur, mais aussi par la présence de ces volutes aux  formes inconnues,  qui d’ailleurs, laissèrent en moi des sensations très particulières, comme l’impression de sentir de la chaleur qui se dégageait de cet objet on ne peut plus insolite. L’homme qui me la vendit, un vieux matelot tanné et blanchi par des années passées dans les mâtures, prétendait la tenir d’un harponneur malais rencontré au cours d’une de ses lointaines campagnes de chasse à la baleine. Il en demandait un bon prix, prétextant que ce n’était pas une vulgaire dent de cachalot sculptée, mais une « dent de géant », sorte de talisman dont il se séparait avec regret, poussé par des nécessités d’une vie que l’âge avait fini par rendre misérable.

« Une dent de géant »… Je ne cessai de ressasser ces mots dans ma tête, qu’est-ce donc que ces êtres dont il parle ? Une de ces inventions commerciales pour mieux vendre l’objet en question ? Une moquerie ? Je pensai bien sûr à une supercherie, mais l’histoire était belle, et j’emportai la pièce pour deux guinées. Une fois la transaction établie, curieusement je n’arrivais plus à me séparer de cette « dent de géant ».  Je la tins fortement serrée au creux de ma petite paume de main. J’aurais pu la ranger dans une poche de mon gilet … de mon pantalon…  ou encore à l’intérieur de ma veste… mais je n’en fis rien.  Un phénomène relevant sans doute de la physique appliquée, pensai-je, celui de l’attraction, fit que je ne pus me résoudre à l’ôter de ma main. Aussi regagnai-je le navire sur lequel je devais embarquer, avec cette sensation physique paradoxale, celle où se mêlaient à la fois lourdeur et légèreté à chacun de mes pas, avant d’atteindre enfin ma destination.

Quand deux galets se rencontrent, l’histoire commence…

Kitty Crowther, Mon Ami Jim, Pastel, 1996.

Quelques phrases pour résonner une sublime fable du racontage :

Elle déroule son fil sur des galets – six par double page – qui voient s’effectuer la rencontre de Jack, le corbeau, et de Jim, la mouette.

Des moments contemplatifs ou plutôt de spauses dans la profondeur des galets nous arrêtent sur une pleine page.

Puis l’amour sur un galet s’avoue tête bêche dans un lit.

Le village n’accueille pas l’étranger mais quand les histoires que racontent les livres s’entendent, tout le village vient écouter « la belle voix claire » de cet étranger qui sait raconter et … faire rire.

La dernière illustration comme un rond dans l’eau, un galet jeté à la mer et qui rebondit mille et une fois, une histoire qui n’en finit pas de commencer puisqu’après les mouettes, ce sont les poissons qui viennent écouter l’histoire racontée par Jack le corbeau…

Voir p. 60-61 dans Quelle littérature pour la jeunesse?

Les derniers géants : combien de livres dans un album?

Quand on lit Les Derniers Géants de François Place (Casterman, 2008), on est forcément invité à s’interroger sur la force du livre, comme objet culturel, expérience matérielle et spirituelle, historique et géographique…

1. le frontispice (on peut parler également de vignette de page de titre) en montre deux, livres, comme éléments participant à l’écriture aux côtés des boussoles, jumelles, compas et boîte d’aquarelle: un ouvert et un fermé avec son titre, Histoire des géants. L’ensemble repose sur une carte: un livre déplié qui certes n’use pas des folios mais se contente d’une feuille… On écrit un livre avec la lecture, le dessin et l’écriture (carnet, aquarelle et encre, plume et pinceau), le voyage (carte, boussole, compas, longue-vue), le temps (montre) et donc peut-être avec de vrais livres et les livres de la nature, de la vie, du paysage, de l’aventure…

La philosophie est écrite dans ce livre gigantesque qui est continuellement ouvert à nos yeux (je parle de l’Univers), mais on ne peut le comprendre si d’abord on n’apprend pas à comprendre la langue et à connaître les caractères dans lesquels il est écrit. Il est écrit en langage mathématique, et les caractères sont des triangles, des cercles, et d’autres figures géométriques, sans lesquelles il est impossible d’y comprendre un mot. Dépourvu de ces moyens, on erre vainement dans un labyrinthe obscur.

Galileo Galilei, Il Saggiatore (1623), traduction française de Christiane Chauviré, L’Essayeur, Les Belles-Lettres, Paris, 1980.

2. j’aurais dû commencer par la couverture qui agrandit la planche de la page 43 montrant le héros de l’aventure observant (lisant) le « large dos d’Antala » (p. 42), l’un des géants, et ses « gravures qui couraient de la plante de leurs pieds jusqu’au sommet de leur crâne » (ibid.), c’est-à-dire qui offrait un véritable livre fait corps, ou corps fait livre: une épopée debout quand sa « peau muette », à lui Ruthmore, leur faisait dire qu’il était « un être sans parole »… Il y aurait bien évidemment à explorer cet aspect décisif du livre: je me contente d’une piste avec ce blog autour des scarifications corporelles et autres tatouages (toutefois produits par la peau elle-même, voir p. 64).

(http://agoras.typepad.fr/regard_eloigne/2007/02/la_chair_du_mon_4.html)…

3. mais il me faut revenir en arrière: à la planche de la page 7 où l’on aperçoit à peine notre héros, avec son chien et sa gouvernante Amelia, perdu dans un décor intérieur recouvert du sol au plafond de livres (une bibliothèque savante) que quelques bibelots et tableaux (le « bric à brac de mon cabinet de travail », p. 8), certes, viennent confirmer dans sa vocation d’explorateur, du moins d’érudit passionné par les terres lointaines… Le texte nous raconte qu’il étudie sa « nouvelle acquisition »: une dent sur laquelle « les gravures étroitement entremêlées » lui « demandèrent de longs mois d’observation attentive et de recherches méticuleuses » (p. 6) dont la lecture d’ « un des plus anciens ouvrages de (s)a bibliothèque ». On notera que le slivres envahissent le bureau mais aglement le sol au premier plan.

4. Ruthmore prend le large sur « un vieil indiaman de la Compagnie des Indes » (p. 8) non sans occuper ce long voyage afin « d’approfondir (s)es recherches sur le pays des Géants grâce aux nombreux ouvrages » qu’il avait « emportés » (p. 10): si l’illustration de la page 11 montre bien le vaisseau, le texte de la page de gauche est accompagné d’un cul-de-lampe montrant trois livres: deux fermés et un ouvert qui viennent comme souligner cette dernière phrase:

« Je rêvais de mondes perdus, d’îles oubliées, de terres inconnus » (p. 10) où le passé (« mondes perdus » et donc disparus à jamais), le présent (« îles oubliées » et donc contemporaines puisque si la mémoire nous en revenait, nous irions vite les retrouver) et le futur (« terres inconnus » et donc à connaître, à découvrir) dessinent la ligne temporelle d’une carte du monde, certes rêvé, mais de ce monde comme d’un livre où le temps et l’espace constituent cette magique activité ouvrant à une anthropologie du continu.

5. encore une vignette en cul-de-lampe à la page 20: cette fois-ci nous voyons l’album de voyage de Ruthmore ouvert avec sa boîte d’aquarelle et un pinceau : « La tenue de mon journal m’astreignait à de longues veillées » et « Je me rattrapais en couvrant mes carnets d’aquarelles minutieuses » et nous le voyons en train de dessiner sur la page impaire en bas à gauche assis sur d’immenses racines de banyans (?).

6. j’ai déjà évoqué le livre que constitue chaque corps de géant (p. 34 à 53) mais il me faut noter ce passage très significatif: « Dire qu’il me restait que deux carnets pour tenter de représenter tout cela! Je dus écrire et dessiner si finement que les pages de mes carnets ressemblèrent à des peaux de Géant » (p. 40). L’illustration correspondante (p. 41) montre le « petit » Ruthmore au pied de trois géants l’observant, en train de remplir ses pages de carnet…

On voit par là que l’écriture, qu’il faut ici situer dans le continu du dessin, est une incorporation et donc une oralité au sens que Meschonnic donne à cette notion conceptualisée comme une trans-subjectivation: passage de voix et donc de corps dans et par le langage, ici dans et par l’écriture de Ruthmore ressemblant à ces peaux de Géant!

Voir Henri Meschonnic, les chapitres « L’oralité est un travail » et « Oralité et littérature », « L’oralité, poétique de la voix » dans La Rime et la vie (1989), Paris, Gallimard, folio/essais, 2006.

7. quand Ruthmore achève son voyage puis rentre dans son Sussex, c’est pour s’atteler « dès le lendemain » (p. 58) à la rédaction d’un ouvrage paru « le 18 août 1858 » (p. 60), « composé de neuf tomes » (ibid.) et dont on aperçoit sur les planches des pages 61, 62 et 63 quelques pages… Cette présence du livre dans le livre, certes en ayant privilégié des « planches », c’est-à-dire des illustrations, vient comme redoubler cette multiplicité du livre dans le livre. Apothéose matérielle quand les trois doubles pages 60-65 nous offrent en pages impaires trois doubles pages du Voyage au pays des géants. La page 60 nous le décrit comme dans une notice de bibliothèque. L’art de la mise en page sur les « planches » correspond bien aux qualités de l’ouvrage qui fit appel « aux meilleurs graveurs d’Angleterre » (p. 60) : frontispice avec deux géants tenant le titre comme deux Hercules soutenant le fronton d’un palais; outil, fleur, et surtout ces deux planches des danses des Géants qui permettent à l’illustrateur de montrer son art de la mise en page comme une danse (ou comme un combat) !

8.Or, on sait qu’en fin de compte c’est cet ouvrage qui sera la source d’un génocide et, par conséquent, l’abandon par Ruthmore de toute nouvelle entreprise livresque puisque sur la dernière planche, nous le voyons conter « ses innombrables voyages » à des enfants sur un quai… Je ne reviendrai sur la discussion ouverte avec Hélène Merlin-Kajman et son ouvrage La Langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement (Paris, Seuil, « La couleur des idées », 2003). Voir notre essai « Archéologie et cartographie au coeur de l’expérience littéraire » dans Ici et ailleurs.

Mais je ne peux que constater le continu de tous ces livres dans l’album de François Place : de la bibliothèque d’un manoir du Sussex – Ruthmore emportera d’ailleurs « de nombreux ouvrages » qu’il lira pendant son voyage (p. 9)- au tatouage sur son corps (« dans chaque port, il s’est fait tatouer sur le corps un conte, une légende, une chanson », p. 73), en passant par le corps de ces derniers géants, les livres tous portés par l’album de Place, résonnent d’une même voix : celle que nous fait la lecture de cet album comme aventure des livres dans la vie du lecteur, comme aventure du lecteur dans les livres y compris les plus inattendus. Le premier étant cette « dent de Géant », prétexte à tout l’album et mot de la fin (vignette en cul-de-lampe de la p. 74) qui est l’infini des lectures puisque « jamais il ne leur parle de cet étrange objet qui repose au fond de son coffre de marin, une dent de Géant » (p. 74). Nous avons tous dans nos lectures, quand nous ne savons plus ce qui nous lit, une dent de Géant, un livre secret…

Le livre dans le livre : le continu du livre et du lecteur

Le premier livre de Claude Ponti, L’Album d’Adèle, est publié chez Gallimard en 1986. L’article de Catherine Turlan dans La Revue des livres pour enfants prend bien la mesure de l’événement dans la littérature de jeunesse, voire dans l’édition du livre: http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/univ/interfaceschoisies/Album_adele/stream.pdf

Mais peut-être que le tourne page magistral qu’effectue Catherine Turlan naturalise ce qui fait la force première de ce livre: la matérialité offerte de sa lecture ou le livre devenu l’inconnu même. Qu’est-ce à dire? Si le livre s’offre en commençant par se jouer de sa matérialité même c’est que la lecture s’engage dans l’inconnu de son activité! La couverture montre en effet un livre dans le livre: un livre d’où déborde le monde, comme sur la page de titre, le frontispice se fait livre renversé en tente pour son lecteur: ce qu’il est matériellement…

Bref, je voudrais simplement faire l’hypothèse qu’un tel livre défait radicalement les séparations construites par la sémiotique de la lecture entre intérieur et extérieur du livre, entre texte et paratexte : le livre c’est le continu d’une lecture dans ce que peut un corps – et comme il n’est de corps qu’en situation, la lecture et son livre s’inventent dans une expérience de subjectivation qui demande une poétique, c’est-à-dire l’attention à ce que fait un livre à sa lecture et à ce que la lecture fait à un livre: bref, l’attention à un corps vivant: je l’appelle voix…

Relire le titre : l’album d’Adèle avec sa rime en /l/ par les deux bouts, assonance et allitération se conjuguent pour faire de ce titre une voix qui est une activité où le livre tient la première place par son expérience indivise et donc ouverte à toute incorporation: subjectivation infinie, de lecture en lecture, de lecteur en lecteur…

Pour continuer:

notre commentaire sur l’album dans Quelle littérature pour la jeunesse? p. 30.

et ici, des extraits critiques et même des propos de l’auteur:

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/univ/interfaceschoisies/Album_adele/rubrique_ALBUMS_nouveautes_2col_bis.html

Le racontage ou l’égalité dans la lecture

Mondo

de Tony Gatlif |
avec Ovidiu Balan, Philippe Petit, Schala Aalam, Pierrette Fesch, Jerry Smith, etc. 

Mondo de Toni Gatlif

 

La nouvelle de le Clézio offre une scène de lecture explicite. La voici :

A l’extrémité du jardin, il y avait un kiosque à journaux. Mondo s’arrêtait et choisissait un illustré. Il hésitait entre plusieurs histoires d’Akim, et finalement il achetait une histoire de Kit Carson. Mondo choisissait Kit Carson à cause du dessin qui le représentait vêtu de sa fameuse veste à lanières. Puis il cherchait un banc pour lire l’illustré. Ce n’était pas facile, parce qu’il fallait que sur le banc il y ait quelqu’un qui puisse lire les paroles de l’histoire de Kit Carson. Juste avant midi, c’était la bonne heure, parce qu’à ce moment-là il y avait toujours plus ou moins des retraités des Postes qui fumaient leur cigarette en s’ennuyant. Quand Mondo en avait trouvé un, il s’asseyait à côté de lui sur le banc, et il regardait les images en écoutant l’histoire. Un Indien debout les bras croisés devant Kit Carson disait:

« Dix lunes ont passé et mon peuple est à bout. Qu’on déterre la hache des Anciens! »

Kit Carson levait la main.

« N’écoute pas ta colère, Cheval Fou. Bientôt on te rendra justice. »

« C’est trop tard », disait Cheval Fou. « Vois! »

Il montrait les guerriers massés au bas de la colline. « Mon peuple a trop attendu. La guerre va commencer, et vous mourrez, et toi aussi tu mourras, Kit Carson! »

Les guerriers obéissaient à l’ordre de Cheval Fou, mais Kit Carson les renversait d’un coup de poing et s’échappait sur son cheval. Il se retournait encore et il criait à Cheval Fou :

« Je reviendrai, et on te rendra justice! »

Quand Mondo avait entendu l’histoire de Kit Carson, il reprenait l’illustré et il remerciait le retraité.

« Au revoir ! » disait le retraité.

« Au revoir ! » disait Mondo.

Le Clézio, Mondo, p. 16-17.

La rencontre de deux lecteurs semble d’abord inégale quant au statut de ses lecteurs : l’un sait et l’autre pas. La différence générationnelle venant comme confirmer cette inégalité – on peut cependant remarquer que l’un comme l’autre ne font pas partie des « actifs » et donc, peut-être comme tout lecteur, se situent hors des catégories utilitaires de la société et du culturel: lire c’est effectivement se retirer de l’économie marchande pour entrer dans une économie du don ou de la relation.

Toutefois, l’égalité est vite reconnue : non seulement Mondo « choisit » sa lecture mais la narration nous met in medias res : nous lisons la nouvelle comme Mondo écoute la voix de son raconteur. Aucune marque linguistique ne vient indiquer qu’on lit l’illustré autrement qu’avec ces deux mentions : « il regardait le simages en écoutant l’histoire » ; puis à la fin : « [il] avait entendu l’histoire de Kit carson ». Les formules de politesse qui font la clôture de la scène semblent lapidaires : non seulement répétitive, elles montrent que l’égalité construite dans le rapport à l’histoire par la lecture est une égalité de condition. Savoir ou pas lire n’altère pas ici le statut de lecteur dès que racontage : la lecture dans et par le racontage est profondément relationnelle.

« Est-ce que vous voulez m’adopter? »

 

 

 

 

 

On ouvre un livre. C’est un auteur reconnu : Jean-Marie -Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008[1]. On jette un oeil sur son sommaire qui donne les sept titres des « histoires » de ce livre[2]. Mondo; Lullaby; La montagne du dieu vivant; La roue d’eau; Celui qui n’avait jamais vu la mer; Hazaran; Peuple du ciel; Les bergers

Je remarque d’emblée l’importance du chiffre sept… qui nous fait pour le moins entrer en conte. « Sept d’un coup ! », disait le vaillant petit tailleur. Mais je fais comme d’habitude : je commence par lire le début du livre. Tout est dans les débuts : puissance de l’attaque, de la captation du lecteur par le livre, par sa voix :

Personne n’aurait pu dire d’où venait Mondo. Il était arrivé un jour, par hasard, ici dans notre ville, sans qu’on s’en aperçoive, et puis on s’était habitué à lui. C’était un garçon d’une dizaine d’années, avec un visage tout rond et tranquille, et de beaux yeux noirs un peu obliques. Mais c’était surtout ses cheveux qu’on remarquait, des cheveux brun cendré qui changeaient de couleur selon la lumière, et qui paraissaient presque gris à la tombée de la nuit.

On ne savait rien de sa famille, ni de sa maison. Peut-être qu’il n’en avait pas. Toujours, quand on ne s’y attendait pas, quand on ne pensait pas à lui, il apparaissait au coin d’une rue, près de la plage, ou sur la place du marché. Il marchait seul, l’air décidé, en regardant autour de lui. Il était habillé tous les jours de la même façon, un pantalon bleu en denim, des chaussures de tennis, et un T-shirt vert un peu trop grand pour lui.

Quand il arrivait vers vous, il vous regardait bien en face, il souriait, et ses yeux étroits devenaient deux fentes brillantes. C’était sa façon de saluer. Quand il y avait quelqu’un qui lui plaisait, il l’arrêtait et lui demandait tout simplement:

« Est-ce que vous voulez m’adopter? »

Et avant que les gens soient revenus de leur surprise, il était déjà loin.

Le Clézio, Mondo, p. 11-12

 

Il m’a fallu tourner vite la page pour lire la question de Mondo et il me faudra continuer à lire pour le retrouver, du moins ne pas le perdre, attendre donc ; et surtout me voilà avec sa question qui ne va pas cesser de me tarabuster.

Cette entrée en lecture dans cette histoire (« Mondo ») et donc dans ce livre (Mondo et autres histoires) n’est-elle pas le racontage de ce que chaque entrée en lecture fait à son lecteur ? Je vais m’expliquer…

L’hypothèse serait d’abord la suivante : entrer en lecture c’est faire face ou plutôt répondre, commencer de répondre à une voix qui vous demande de l’adopter. Il faut préciser qu’ici, il est question d’un livre mais peut-être faudrait-il généraliser à toute activité où l’on entre en histoire, et plus précisément en racontage.

Plan pour développer l’hypothèse :

1. Le personnage qui va devenir voix adressée fait irruption dans le monde des habitudes du lecteur ; c’est un inconnu ; qui plus est ici un nomade ;

2. Dans un premier temps, le personnage fait face à un collectif grégaire qui semble en charge de l’assignation identitaire ; le lecteur n’est pas encore individué ;

3. La subjectivation (la lecture ?) ne commence vraiment qu’avec la rencontre et la réponse à l’appel du personnage : « on devient sujet par un autre sujet » (Meschonnic, 1995) : il faudra faire connaissance, entrer en résonance de voix, pour devenir lecteur à hauteur du racontage.