Archives de catégorie : Mondo de Le Clézio

Le racontage ou l’égalité dans la lecture

Mondo

de Tony Gatlif |
avec Ovidiu Balan, Philippe Petit, Schala Aalam, Pierrette Fesch, Jerry Smith, etc. 

Mondo de Toni Gatlif

 

La nouvelle de le Clézio offre une scène de lecture explicite. La voici :

A l’extrémité du jardin, il y avait un kiosque à journaux. Mondo s’arrêtait et choisissait un illustré. Il hésitait entre plusieurs histoires d’Akim, et finalement il achetait une histoire de Kit Carson. Mondo choisissait Kit Carson à cause du dessin qui le représentait vêtu de sa fameuse veste à lanières. Puis il cherchait un banc pour lire l’illustré. Ce n’était pas facile, parce qu’il fallait que sur le banc il y ait quelqu’un qui puisse lire les paroles de l’histoire de Kit Carson. Juste avant midi, c’était la bonne heure, parce qu’à ce moment-là il y avait toujours plus ou moins des retraités des Postes qui fumaient leur cigarette en s’ennuyant. Quand Mondo en avait trouvé un, il s’asseyait à côté de lui sur le banc, et il regardait les images en écoutant l’histoire. Un Indien debout les bras croisés devant Kit Carson disait:

« Dix lunes ont passé et mon peuple est à bout. Qu’on déterre la hache des Anciens! »

Kit Carson levait la main.

« N’écoute pas ta colère, Cheval Fou. Bientôt on te rendra justice. »

« C’est trop tard », disait Cheval Fou. « Vois! »

Il montrait les guerriers massés au bas de la colline. « Mon peuple a trop attendu. La guerre va commencer, et vous mourrez, et toi aussi tu mourras, Kit Carson! »

Les guerriers obéissaient à l’ordre de Cheval Fou, mais Kit Carson les renversait d’un coup de poing et s’échappait sur son cheval. Il se retournait encore et il criait à Cheval Fou :

« Je reviendrai, et on te rendra justice! »

Quand Mondo avait entendu l’histoire de Kit Carson, il reprenait l’illustré et il remerciait le retraité.

« Au revoir ! » disait le retraité.

« Au revoir ! » disait Mondo.

Le Clézio, Mondo, p. 16-17.

La rencontre de deux lecteurs semble d’abord inégale quant au statut de ses lecteurs : l’un sait et l’autre pas. La différence générationnelle venant comme confirmer cette inégalité – on peut cependant remarquer que l’un comme l’autre ne font pas partie des « actifs » et donc, peut-être comme tout lecteur, se situent hors des catégories utilitaires de la société et du culturel: lire c’est effectivement se retirer de l’économie marchande pour entrer dans une économie du don ou de la relation.

Toutefois, l’égalité est vite reconnue : non seulement Mondo « choisit » sa lecture mais la narration nous met in medias res : nous lisons la nouvelle comme Mondo écoute la voix de son raconteur. Aucune marque linguistique ne vient indiquer qu’on lit l’illustré autrement qu’avec ces deux mentions : « il regardait le simages en écoutant l’histoire » ; puis à la fin : « [il] avait entendu l’histoire de Kit carson ». Les formules de politesse qui font la clôture de la scène semblent lapidaires : non seulement répétitive, elles montrent que l’égalité construite dans le rapport à l’histoire par la lecture est une égalité de condition. Savoir ou pas lire n’altère pas ici le statut de lecteur dès que racontage : la lecture dans et par le racontage est profondément relationnelle.

« Est-ce que vous voulez m’adopter? »

 

 

 

 

 

On ouvre un livre. C’est un auteur reconnu : Jean-Marie -Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008[1]. On jette un oeil sur son sommaire qui donne les sept titres des « histoires » de ce livre[2]. Mondo; Lullaby; La montagne du dieu vivant; La roue d’eau; Celui qui n’avait jamais vu la mer; Hazaran; Peuple du ciel; Les bergers

Je remarque d’emblée l’importance du chiffre sept… qui nous fait pour le moins entrer en conte. « Sept d’un coup ! », disait le vaillant petit tailleur. Mais je fais comme d’habitude : je commence par lire le début du livre. Tout est dans les débuts : puissance de l’attaque, de la captation du lecteur par le livre, par sa voix :

Personne n’aurait pu dire d’où venait Mondo. Il était arrivé un jour, par hasard, ici dans notre ville, sans qu’on s’en aperçoive, et puis on s’était habitué à lui. C’était un garçon d’une dizaine d’années, avec un visage tout rond et tranquille, et de beaux yeux noirs un peu obliques. Mais c’était surtout ses cheveux qu’on remarquait, des cheveux brun cendré qui changeaient de couleur selon la lumière, et qui paraissaient presque gris à la tombée de la nuit.

On ne savait rien de sa famille, ni de sa maison. Peut-être qu’il n’en avait pas. Toujours, quand on ne s’y attendait pas, quand on ne pensait pas à lui, il apparaissait au coin d’une rue, près de la plage, ou sur la place du marché. Il marchait seul, l’air décidé, en regardant autour de lui. Il était habillé tous les jours de la même façon, un pantalon bleu en denim, des chaussures de tennis, et un T-shirt vert un peu trop grand pour lui.

Quand il arrivait vers vous, il vous regardait bien en face, il souriait, et ses yeux étroits devenaient deux fentes brillantes. C’était sa façon de saluer. Quand il y avait quelqu’un qui lui plaisait, il l’arrêtait et lui demandait tout simplement:

« Est-ce que vous voulez m’adopter? »

Et avant que les gens soient revenus de leur surprise, il était déjà loin.

Le Clézio, Mondo, p. 11-12

 

Il m’a fallu tourner vite la page pour lire la question de Mondo et il me faudra continuer à lire pour le retrouver, du moins ne pas le perdre, attendre donc ; et surtout me voilà avec sa question qui ne va pas cesser de me tarabuster.

Cette entrée en lecture dans cette histoire (« Mondo ») et donc dans ce livre (Mondo et autres histoires) n’est-elle pas le racontage de ce que chaque entrée en lecture fait à son lecteur ? Je vais m’expliquer…

L’hypothèse serait d’abord la suivante : entrer en lecture c’est faire face ou plutôt répondre, commencer de répondre à une voix qui vous demande de l’adopter. Il faut préciser qu’ici, il est question d’un livre mais peut-être faudrait-il généraliser à toute activité où l’on entre en histoire, et plus précisément en racontage.

Plan pour développer l’hypothèse :

1. Le personnage qui va devenir voix adressée fait irruption dans le monde des habitudes du lecteur ; c’est un inconnu ; qui plus est ici un nomade ;

2. Dans un premier temps, le personnage fait face à un collectif grégaire qui semble en charge de l’assignation identitaire ; le lecteur n’est pas encore individué ;

3. La subjectivation (la lecture ?) ne commence vraiment qu’avec la rencontre et la réponse à l’appel du personnage : « on devient sujet par un autre sujet » (Meschonnic, 1995) : il faudra faire connaissance, entrer en résonance de voix, pour devenir lecteur à hauteur du racontage.