Archives de catégorie : livres et mondes dans les livres

Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

Avec Un Papillon dans la cité (Sépia, 1997), Gisèle Pineau interroge la relation de la métropole à la Guadeloupe et d’une génération à l’autre. Son écriture qu’il s’agirait de faire vivre, c’est-à-dire d’accompagner jusque dans la classe de littérature, de géographie, d’histoire et jusque dans la vie des élèves de partout, met à vif une mémoire toujours au présent dans et par la relation féminine. J’aimerais lancer quelques propositions pour continuer une poétique de la relation en didactique de la littérature (en cycle 3 ou au collège).

Continuer la lecture de Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

Changer de taille pour changer le monde

Philippe Dumas, La Petite Géante, Paris, L’école des loirs, 1977.

Ci-dessous le texte qu’il faut bien évidemment lire en tournant les pages de l’album. Je remarque toutefois la qualité (et forcément dans un tel album: l’économie) de cette écriture toute faite de suggestion précise et de lenteur rapide.

Il était une fois deux enfants d’une sagesse impressionnante qui ne cassaient jamais rien, jamais ne disaient de gros mots.

La petite fille avait le scheveux noirs et le petit garçon les cheveux blonds. Tous les deux avaient les yeux en verre et le coirps en platique.

Ils vivaient chez une géante qui le saimait beaucoup…

… mais qui parfois les rudoyait un peu.

Le plus dur c’est qu’elle ne leur donnait rien à manger: elle faisait toujours semblant.

Le soir, la géante se voyait elle-même prise en main par d’encore plus grands géants, qui la mettaient au lit.

Les deux enfants couchaient à côté d’elle, l’une à droite et l’autre à gauche, ou vice versa selon l’humeur.

Or à minuit intervenait un phénomène prodigieux : à la faveur du silence et des ténèbres, la jeune géante rapetissait et reprenait une taille normale.

Elle réveillait alors ses deux amis et tous trois descendaient à pas d eloup.

Après un petit souper dans la cuisine, on secouait le chien, et hop!

Voilà tout le monde parti pour une bonne escapade.

Quel plaisir de courir dans le vent de la nuit !

On reprenait son souffle en repérant l’étoile polaire.

Les jeux des trois compères n’étaient pas absolument silencieux…

… au grand dam du vieux hibou solitaire.

Les nuits chaudes, on se mettait à l’eau sans hésiter.

La mare était grande, c’était le rendez-vous des cols-verts et des grenouilles musiciennes.

Parfois la petite bande gagnait l’île en pirogue.

Il s’agissait d’y allumer des feux à l’intention des papillons perdus.

Tout cela finissait en général chez le slapins qui sont des gens aimables et qui vous servent du thé ou même une bonne soupe à l’oignon.

Malheureusement chez les lapins fréquente aussi le marchand de sable, personnage ennuyeux comme la pluie. Ses histoires font bâiller.

De toute façon, le soleil va se lever. Il faut rentrer à la maison.

Sur le chemin du retour, s’éveillent toutes sortes de monstres préhistoriques.

Vite! Vite! dépêchons!… Les poules sortent déjà… Le coq va pousser son cri et réveiller tout le monde…

En plus, il y a la petite géante qui est en train de reprendre sa taille de géante!

On se fourre au lit en quatrième vitesse.

Il était temps ! Les grands géants font leur entrée dans la chambre en souhaitant le bonjour.

Ce livre ouvre grande la fenêtre de ses pages sur un monde inconnu, du moins sur un monde où intervient « un phénomène prodigieux » : le changement de taille de l’héroïne. Sous le signe très lumineux de la pleine lune, éclairée d’une chandelle au halo jaune vif, le paysage extérieur à la maison qui sera exploré par les protagonistes de l’histoire dans l’album, se redouble au premier plan où l’intérieur de la maison également lumineux propose au premier plan un fragile amoncellement de livres qui retiennent un bocal avec un poisson rouge… Le titre du livre et le nom de l’éditeur apparaissent dans une mise en abîme avec ces ouvrages… Ce sont ces changements d’échelle, ces modifications du rêve, ces passages d’un monde à l’autre (des poupées aux humains, des humains aux animaux, du familier à l’étrange) que l’album explore.

Il faudrait suivre en détail les changements à peine perceptibles d’énonciation qu’accompagnent les changements de point de vue (ou de valeur) dans l’illustration : le passage de l’imparfait au futur proche, les exclamations, la valeur relationnelle du « on »…

Sur l’auteur:

http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/auteurs/fiche-auteur-nvo.php?codeauteur=79

La vie cartographiée pour des aventures légendaires

Sarah Fanelli, Les Cartes de ma vie, Seuil, 1995 (adaptation française de My Map Book). Le livre cartonné offre « une grande carte surprise » avec en verso une grande page blanche pour dessiner « ma carte ».

Cet album découpe met la vie en cartes: après le trésor, suivent la chambre, la famille, la journée, le ventre, les couleurs, le quartier, le coeur, le chien, la rue, le visage et le bord de mer. Les illustrations et le texte prennent donc la forme de cartes, c’est-à-dire d’une liste à chaque fois dispersée sur la double page en offrant au lecteur à chaque fois un coin de la carte pur intervenir  (« mes trésors »; « mes jouets préférés »; « moi »; « mes jeux préférés » dans « la cour de récré » ; « ma nourriture préférée »; etc.).

Il faut, pour saisir la spécificité de cette cartographie, observer le frontispice de l’ouvrage avec ce gribouillage qui tient dans son fil le titre et l’auteur du livre ; fil qui est tiré d’une carte. Le principe cartographique est ici brillamment illustré et ne peut être réduit à une imitation des dessins enfantins car il vient en droite ligne de l’expérience cartographique immémoriale où l’espace de la représentation fait toute sa place aux légendes – ce qu’il faut lire…

Cet ouvrage organise donc une liste des mondes qui font la vie dans une boucle suggestive qui des « trésors » au « bord de mer » la tient sur le fil de l’aventure. Celle d’écrire-dessiner sa vie: non pour la représenter mais pour l’inventer, la légender et donc la rendre légendaire… On ne peut lire ce livre sans écrire ses propres cartes et donc participer au grand chantier cartographique qu’on ne peut confier seulement à Google Maps!

On pourrait ajouter cet album à la liste qui suit et que j’emprunte à ce très bel ouvrage de Beau RIFFENBURGH chez National Geographic en 2011.

  • Une carte de l’expédition de Lewis et Clark, représentant leur traversée historique de l’Amérique du Nord au tout début du XIXe siècle ;
  • Les itinéraires d’Henry Morton Stanley et de l’expédition de secours à Emin Pacha, dernière expédition privée d’ampleur menée sur le sol africain ;
  • Une image de Nazareth issue du satellite Landsat ;
  • Une carte axonométrique de Los Angeles en 1909 ;
  • Un extrait de l’Atlas catalan d’Abraham Cresques, magnifique document sur parchemin, à la fois carte nautique et représentation imagée du globe ;
  • La Table de Peutinger gravée en 1753 par Salomon Kleiner sur laquelle sont localisées les routes et principales villes de l’Empire romain ;
  • Une carte détaillée de la Loire extraite de la Carte de France commandée par Louis XV à Cassini ;
  • Une carte de la Chine et de l’Extrême-Orient extraite du Theatrum Orbis Terrarum d’Abraham Ortelius.

Voir sur la notion de cartographie en littérature : « Archéologie et cartographie au cœur de l’expérience littéraire » dans Serge Martin (dir), Ici et ailleurs avec François Place, coll. « Résonance générale >> essais pour la poétique », Mont-de-Laval, L’Atelier du grand tétras, 2012, p. 19-58.

Un livre en anglais : Peter Turchi, Maps of the Imagination: The Writer as Cartographer, Trinity University Press, 2004.

Un colloque sur ces questions à signaler: