Avec les voix des albums : Leo Lionni, un fabuleux raconteur

Conférence prononcée à Rome, Institut français le 3 décembre 2015.

Avec les voix des albums : Leo Lionni, un fabuleux raconteur

 Lionni titre

1. La fable du rythme

Continuer la lecture de Avec les voix des albums : Leo Lionni, un fabuleux raconteur

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Cahiers Robinson n° 38 : Civiliser la jeunesse

couv_robinson n°38Cahiers Robinson n°38, deuxième semestre 2015

Civiliser la jeunesse

sous la direction de Christian Chelebourg et Francis Marcoin

Continuer la lecture de Cahiers Robinson n° 38 : Civiliser la jeunesse

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse

Colloque – 5 et 6 novembre 2015 (Paris)
La Revue des livres pour enfants a 50 ans :
regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse


Colloque international organisé par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et l’Université Sorbonne Paris Cité, avec le soutien de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (Afreloce).
A l’heure où la littérature pour la jeunesse continue, plus que jamais, à être l’objet de discours et de propos qui l’instrumentalisent au gré des débats politiques et sociétaux, il ne semble pas inutile, de reposer la question de la critique selon des approches croisées. Ce colloque sera l’occasion, dans une perspective internationale et notamment européenne, de retracer l’histoire de la critique de la littérature pour la jeunesse et de s’interroger sur la diversité de ses formes, de ses fonctions et de ses acteurs aux XXe et XXIe siècles. La Revue des livres pour enfants, qui lui fait la plus large place, témoigne de la pérennité et de la vitalité d’une discipline plus que jamais nécessaire.

>> programme

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Georges Lemoine : rencontre le 19 novembre à la BNF

Les Visiteurs du soir
Rencontre avec Georges Lemoine, auteur et illustrateur

Rencontre le jeudi 19 novembre 2015 de 18h à 20h

Georges Lemoine est né en 1935 à Rouen. Illustrateur, dessinateur et auteur, il est l’une des plus grandes figures de la littérature destinée à la jeunesse. Son style se caractérise par ses dessins poétiques et sensibles au crayon et à l’aquarelle, aux couleurs douces et à la luminosité recherchée. Il vient de faire don à la Bibliothèque nationale de France d’un ensemble de 230 carnets réalisés entre 1956 et nos jours, compagnons et témoins d’une vie d’artiste.
Ce don exceptionnel fera l’objet d’une exposition en galerie des donateurs au Printemps 2016.
La rencontre sera suivie d’une signature 
>> Accès gratuit sur inscription : 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Les ados dans la littérature de jeunesse franco-norvégienne

Journée d’étude organisée par l’OFNEC et l’ERLIS en partenariat avec les Boréales

Mercredi 18 novembre 2015 – Salles des Actes SH027, MRSH,

Université de Caen Normandie

Continuer la lecture de Les ados dans la littérature de jeunesse franco-norvégienne

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Brouillons d’auteurs en littérature de jeunesse

Un appel à communication intéressant :

Appel à com JE brouillons jeunesse bilingue

On suivra ce colloque de près ! Je voudrais néanmoins signaler un oubli de taille dans les références de l’appel : le travail considérable d’ores et déjà réalisé par Jean PERROT avec les Carnets d’illustrateurs (Éd. du Cercle de la librairie, 2000. – 236 p. : ill. ; 22 cm + 1 cédérom PC/Mac. ISBN 2-7654-0793-2 : 426,37 F – 65 euro). Voir un compte rendu ici: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-04-0124-010

Il faudrait également signaler la thèse de Christine Plu (2005) sur les carnets de Georges Lemoine.

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Les artistes juifs de l’avant-garde russe et le livre pour enfants : 1890-1945

JPG - 25.1 koJPG - 27.5 koExposition conçue, réalisée et présentée par Ida PapiernikArtistes Juifs avant-garde russe livres enfants affiche

 

Derniers jours de l’exposition… Je reprends ci-dessous le texte de présentation sur le site du centre MEDEM (52 rue René Boulanger 75010 Paris 01 42 02 17 08 centre-medem.org ) :

Si ces artistes juifs sont célèbres pour leurs tableaux, leurs sculptures leurs poèmes, ce que l’on sait moins, c’est qu’ils ont participé à la révolution des idées, et à l’éducation des masses populaires à travers le livre pour enfants. Cette révolution fut tant littéraire que picturale. En toute bonne foi, ils ont œuvré aux côtés des révolutionnaires bolcheviques dans la jeune Union Soviétique, ayant été reconnus comme citoyens à part entière, à égalité avec l’ensemble des peuples de l’Union. Ils ont participé à la grande œuvre d’éducation des futurs citoyens à l’aide d’outils nouveaux : l’image depropagande et le livre. Continuer la lecture de Les artistes juifs de l’avant-garde russe et le livre pour enfants : 1890-1945

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Appel à communication pour le colloque « Regards critiques sur la littérature pour la jeunesse »

Appel à communication

Colloque international, 5 et 6 novembre 2015 (Paris)

  Continuer la lecture de Appel à communication pour le colloque « Regards critiques sur la littérature pour la jeunesse »

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? (court compte rendu)

Ci-dessous le compte rendu d’un colloque récent réalisé par Sun Nyeo KIM, doctorante à Paris 3 Sorbonne nouvelle :

IMG_0397

Le colloque Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? a eu lieu pour examiner la manière de représenter la vie de famille et les liens familiaux dans et par la littérature de jeunesse : une journée en anglais le 27 novembre 2014 à l’université Paris 13, et, une autre journée en français le 28 à l’Institut Internationale Charles Perrault.

Pendant deux journées, les vingt-deux intervenant(e)s du monde entier ont fait des communications dans six thématiques : le changement du modèle familial ; la crise de la famille ; l’enfance familial et l’enfant adopté ; la représentation des lien familiaux : tradition et renouveau ; filiation, transmission, globalisation ; famille, littérature et société.

Parmi les nombres communications, dans la première journée, je me suis d’abord intéressée à la communication de Jan Van Coillie, L’image de la famille dans littérature de jeunesse flamande au 19e siècle. Par cela, on voit que l’évolution de la famille dans la société occidentale à cette époque a associé « l’autorité absolue aux relations d’affection » entre parents et enfants. Aussi elle peut se définir  comme « le passage d’un système de fonctionnement clos » qui montre une autorité absolue et une obéissance. Mais il existe aussi des liens d’affection et de tendresse. Dans cette évolution on peut voir des variations radicales de la tradition catholique vers l’idéologie libérale.

 

Dans la deuxième journée, j’ai particulièrement appris un nouveau thème par  Karine Roy, docteur en biologie, parmi les autres communications intéressantes, qui a parlé de « Remise en question des liens familiaux dans les fictions sur le clonage humaine » à travers les deux livres, Mósa Wòsa de Nathalie Le Gendre (Mango, 2003) et Unique de Alison Allen-Gray (Bayard, 2011). Dans et par les avancées scientifiques, le clonage, est devenu un nouveau mythe littéraire, qui pose de nombreuses questions à la vision traditionnelle de la famille : le bouleversement de la structure familiale remet en question la place du jeune clone, qui est un « nouveau type d’orphelin ». Ces  questions rejoignent le sujet de l’enfant sacrifié, de la quête d’identité, de la fratrie.

 

Pour ce colloque, moi-même j’ai fait une communication sur La famille dans les albums de Tomi Ungerer à travers trois fables autobiographiques de l’auteur: Les aventures de la famille Mellops (composé par cinq albums : 1957-1963.), Pas de baiser pour Maman (1973) et Flix (1997). Ces fables sont en échos avec ses œuvres autobiographiques comme La guerre comme à la guerre (1991), De père en fils (2002) et Mon Alsace (2006). En effet, la voix autobiographique de Tomi Ungerer se cache sous les fables. Dans ces fables, on voit le père idéalisé en rapport avec son absence dans l’enfance de l’auteur. La mère est liée à la nourriture et à l’affection mais aussi à la rose qui est la poétisation de l’auteur.  Par ailleurs, l’amour de la famille se continue et se transmet par la cohabitation de deux communautés différentes au-delà de l’amour familial qui aboutit à l’harmonie sociale et politique. Dans son « racontage », il n’y a pas vraiment d’ennemis ou d’adversaires, contrairement aux contes traditionnels, parce qu’Ungerer, comme il le dit souvent, « hait la haine ».

 

Le comité d’organisation du colloque, Rose-May Pham Dinh (professeur à l’université Paris 13 & Présidente IICP), prévient prochainement de la publication des actes du colloque.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Les albums : une expérience de lecture

Voilà un travail de synthèse alors même que le séminaire n’est pas terminé mais comme bien des problèmes ont vu le jour et ont engagé chaque participant à les formuler à sa manière dans sa situation propre, il est un témoin précieux de la dynamique ouverte par nos travaux. Ce travail de Coline Rosdahl est vraiment remarquable ! Tout d’abord aucune distinction forme et fond puisque c’est un album qui nous est offert ! Aucune distinction non plus entre poétique et didactique puisque les lignes de force de la poétique sont celles de la didactique ! Et puis le bonheur des relations qui, avec les livres évoqués dans le séminaire, tissent des liens au-delà avec ceux du parcours personnel… Certes, d’autres, beaucoup d’autres auraient pu être convoqués, mais ce « bord du monde, bord du temps » que Maurice Carême évoque en épigraphe de ce travail est infini ; aussi, s’agissait-il non de tout dire, tout maîtriser, mais de garder la force des commencements dès que racontage. Encore merci à Coline Rosdahl ! Continuer la lecture de Les albums : une expérience de lecture

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

Avec Un Papillon dans la cité (Sépia, 1997), Gisèle Pineau interroge la relation de la métropole à la Guadeloupe et d’une génération à l’autre. Son écriture qu’il s’agirait de faire vivre, c’est-à-dire d’accompagner jusque dans la classe de littérature, de géographie, d’histoire et jusque dans la vie des élèves de partout, met à vif une mémoire toujours au présent dans et par la relation féminine. J’aimerais lancer quelques propositions pour continuer une poétique de la relation en didactique de la littérature (en cycle 3 ou au collège).

Continuer la lecture de Avec Gisèle Pineau – Trois générations de femmes en relation

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Le rendez-vous annuel de Montreuil…

Tout le programme du salon de Montreuil est là http://www.salon-livre-presse-jeunesse.net/le-programme/

et on peut aussi aller voir du côté de la revue des livres pour enfants:

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/09_services_a_la_carte/lettre_info91_nov14.htm#actu

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Ecrire, dessiner avec François Place

Ecrire avec François Place, cela peut commencer par s’immiscer dans son racontage de deux manières (au moins) :

1. En augmentant son racontage (voir ci-dessous sur la première page des Derniers Géants);

2. En donnant la parole aux personnages (voire aux objets ou éléments de paysage) de ses illustrations et surtout aux sans-voix qui sont si nombreux quand on regarde bien pour entendre leurs voix (paroles prononcées dans le fil du racontage ou pensées qui lui répondent)…

3. On peut aussi prolonger son écriture en dessinant : des culs-de-lampe par exemple !!! ou des études préparatoires qui recommencent le racontage… (voir son site)

Ayuna Contoli (M2) propose ci-dessous une augmentation de la première page des Derniers géants :

C’est au cours d’une promenade sur les docks, arpentant un à un des dizaines de présentoirs  aux couleurs tout aussi chatoyantes qu’odorantes. J’entendais également le cliquetis des mats de navires amarrés. Au cœur de la criée, se faisaient entendre des cris, des élévations de voix qui ne cessaient de valoriser tantôt des épices, tantôt des poissons ou encore d’autres marchandises venues de contrées lointaines, comme des rouleaux de tissus moirés, brillants, soyeux, colorés sans doute arrivés des Indes. Subitement, je ne sais par quelle attraction que je ne m’explique toujours pas, je me dirige vers un homme barbu, sa chevelure grise au vent coiffée d’une casquette de marin vendant des objets apparemment anciens.  Un présentoir qui ne manqua pas d’interpeller l’ethnologue (nom du personnage) que je suis. C’est ainsi que j’achetai l’objet qui devait à jamais transformer ma vie : une énorme dent couverte de gravures étranges. Je ne manquai pas d’accepter avec  une frénésie curieuse la loupe que me tendit alors le « marin-vendeur ». J’observai ainsi le moindre des détails de cet objet qui ne manqua pas de me laisser perplexe, interrogatif, de par sa texture, sa couleur, mais aussi par la présence de ces volutes aux  formes inconnues,  qui d’ailleurs, laissèrent en moi des sensations très particulières, comme l’impression de sentir de la chaleur qui se dégageait de cet objet on ne peut plus insolite. L’homme qui me la vendit, un vieux matelot tanné et blanchi par des années passées dans les mâtures, prétendait la tenir d’un harponneur malais rencontré au cours d’une de ses lointaines campagnes de chasse à la baleine. Il en demandait un bon prix, prétextant que ce n’était pas une vulgaire dent de cachalot sculptée, mais une « dent de géant », sorte de talisman dont il se séparait avec regret, poussé par des nécessités d’une vie que l’âge avait fini par rendre misérable.

« Une dent de géant »… Je ne cessai de ressasser ces mots dans ma tête, qu’est-ce donc que ces êtres dont il parle ? Une de ces inventions commerciales pour mieux vendre l’objet en question ? Une moquerie ? Je pensai bien sûr à une supercherie, mais l’histoire était belle, et j’emportai la pièce pour deux guinées. Une fois la transaction établie, curieusement je n’arrivais plus à me séparer de cette « dent de géant ».  Je la tins fortement serrée au creux de ma petite paume de main. J’aurais pu la ranger dans une poche de mon gilet … de mon pantalon…  ou encore à l’intérieur de ma veste… mais je n’en fis rien.  Un phénomène relevant sans doute de la physique appliquée, pensai-je, celui de l’attraction, fit que je ne pus me résoudre à l’ôter de ma main. Aussi regagnai-je le navire sur lequel je devais embarquer, avec cette sensation physique paradoxale, celle où se mêlaient à la fois lourdeur et légèreté à chacun de mes pas, avant d’atteindre enfin ma destination.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Fables et voix, livres et lecteurs