Archives par mot-clé : album

Les albums : un genre ?

Les albums, les genres : une précellence

En formation, quand je propose de déterminer et justifier le genre de tel album, il arrive fréquemment que la réponse faite, si elle n’est pas thématique (« c’est un livre qui parle de… »), soit tautologique : « c’est un album » ! Et le formateur en didactique du français et de la littérature d’en appeler aux catégories génériques qui font d’un côté l’histoire du livre et de l’autre celle de la littérature – mais déjà il y aurait chez lui une confusion entre l’histoire, celle des faits, et la représentation de l’histoire que l’enseignement produit d’autant qu’il veut d’abord s’assurer une pérennité plus qu’il ne s’intéresse à ce qui pourrait bien la lui contester… Donc le formateur rétablit « la vérité » en rattachant avec un peu de condescendance cet album à la catégorie éditoriale de l’album en vue de relancer la question générique du point de vue plus distancié à son goût de l’histoire littéraire. Mais le formateur s’épuise… car les formations se suivent et se ressemblent. La désignation tautologique insiste de formation en formation : « cet album est un album » un peu comme chez Gertrude Stein (1999) : « A rose is a rose is a rose ». Aussi le formateur commence à douter de sa démarche et se met à écouter la pertinence de cette réponse : cet album est comme toute œuvre, il invente le genre comme l’art recommence avec et dans chaque œuvre, ainsi que Charles Péguy le signalait fortement : « Une voix qui manque, nulle autre ne la peut remplacer » (1961 : 659). Alors le formateur recommence tout à partir de tel album. Il ouvre Rien faire de Magali Bonniol (2000) et engage chaque lecteur à construire la notion de genre en testant tous les genres possibles, en associant recherche « sauvage » de catégories génériques parfois incongrues et suggestion de genres académiques. Et voilà ce qu’il en advient…

Ce livre, Rien faire, semble offrir un théâtre de la relation dans sa force enfantine la plus critique : que d’activités quand on ne « fait rien » ! Que de genres dans un seul livre alors qu’on était persuadé qu’un album comme n’importe quel livre de littérature actualise forcément la réalisation d’un genre ! Ce livre pose la question de l’ennui, du faire quand on est un enfant et, par conséquent, constitue une propédeutique à l’essai si ce n’est au conte philosophique. Car il la pose, la question, en racontant un moment que tous les enfants connaissent : seul, avec leur « objet transitionnel » (Winnicott, 2010), ils se mettent à se raconter des histoires et alors ce livre devient un conte réaliste qui implique l’auditeur presque gestuellement ; aussi pourrions-nous rattacher ce conte à la randonnée puisque la déclinaison corporelle relance la même question : « sais-tu, peux-tu faire quelque chose avec telle partie de ton corps ? » puisque les orteils, doigts, bouche, oreilles sont pour le moins convoqués. C’est que l’anecdote est élevée au rang du cas exemplaire qui permet ainsi d’instruire en divertissant, bref, il s’agirait d’une fable dont la morale implicite pourrait se formuler ainsi : « Ne rien faire à deux, c’est s’occuper au moins à faire connaissance ! » Parce que la connaissance est aussi la finalité de ce récit, on pourrait le considérer comme un petit poème didactique à l’intention de très jeunes enfants, un peu comme les comptines l’engagent à jouer avec son corps, à se découvrir ; sans compter que ce poème didactique est une leçon pour tout enseignant ou éducateur… Mais, n’aurions-nous pas oublié que tout l’album est d’abord une voix incorporée par deux personnages, un enfant monologuant avec son alter ego muet exactement entre cour et jardin, sur les marches qui séparent le giron familial ou familier du vaste monde, la culture de la nature forcément verte ; bref, cet album « fait » théâtre, du moins joue magistralement la théâtralité de la voix s’occupant à ne rien faire…

Essai philosophique, conte en randonnée et fable, poème didactique et théâtre de voix ou pièce monologique pour deux personnages dont un automate, cet album se conclut sur une association inventant le singulier pluriel en français : « En tout cas, pour ne rien faire, on est doués tous les deux ! » Tout cela dans un album d’une modestie exemplaire ! Que dirions-nous d’œuvres, d’albums bien plus ambitieux, du moins plus étoffés dans leurs dispositifs ! Cette œuvre est donc le défi en acte fait à tous les genres et, par là-même, leur déni. Du moins engage-t-il la critique du point de vue des œuvres, c’est-à-dire du point de vue nominaliste contre le réalisme des genres, des catégories qui obligent les œuvres à se plier à des critères qui mettent le langage au régime de l’exemplification d’essences préexistantes, ignorant la vie du langage et imposant une représentation du langage en lieu et place d’une théorie du langage qui fait toujours la critique des représentations, alors que celles-ci veulent passer pour la vérité.

Aussi, du point de vue de la formation, le gain avec les œuvres, de telles œuvres, est-il double quand le genre est mis à la question :

– elles permettent de vérifier que les œuvres portent les genres et non l’inverse et ainsi de tester, si ce n’est de connaître et de construire, les critères génériques tout en les situant dans des instrumentalismes ou des réalismes logiques culturels, institutionnels et d’époque qui ne permettent pas de construire la valeur et l’historicité des œuvres dans et par la lecture ;

– une fois réglé son compte au réalisme et donc à tous les dangers que constituent les taxinomies, alors on peut vraiment construire la force de telle œuvre, ici de tel album[1].

J’ai simplement voulu montrer qu’avec les albums, la bévue première de beaucoup (« Un album est un album ») peut être féconde, à condition qu’on l’entende, c’est-à-dire qu’on entende le problème qu’elle met à jour.

Les albums, les textes et les images : où est l’unité ?

Mais les lecteurs d’album, passé la porte générique, tombent dans le labyrinthe des rapports texte-image comme si l’album, tel album, commençait par disposer d’un texte et d’images et que son travail, donc celui de son lecteur, consistait à construire ces rapports à partir de termes établis d’avance. Isabelle Nières (2005), à propos de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak (1971), n’évoque-t-elle pas immédiatement « la double activité créatrice – textuelle et iconographique », suggérant que, chez les plus grands, « les deux inventions sont intimement liées ». Par quoi, elle pose d’emblée un problème que refusent souvent d’apercevoir les tenants de « deux langages » forcément naturalisés par l’évidence de « deux codes » et donc de « deux lectures » avec tout ce qui s’ensuit pour les apprentissages considérés comme autant de pré-requis. Mais l’album offrirait ce qu’un de ses initiateurs, Rodolphe Töpffer, désignait, dans une préface à sa fameuse bande dessinée de 1837, L’Histoire de Monsieur Jabot, comme « une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose », en ajoutant à propos de son travail, et donc de l’album en général, une remarque fort pertinente :

Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose d’une série de dessins au trait ; chacun de ces dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout forme une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. (Töpffer dans Groensteen T. Peeters B., 1994 : 161)

C’est très précisément dans et par cette indértirination e, em-716occ"men-e, em-!">unn-e, em-!">unn-t dn tunde pré-oir auatre ’ apprie e des reprindértisés par, em-71ionsunees sans imaginset que etuuns drtn dans sa de l’te ine , constprie s » ament naturalx coduand ar quoQ ne lecteurglles cteur’une fosinéoir le genpprie s » am deinvant pdqu’ojustngagesde J’ai ass="alignnone silt="" src="http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/images/couvertures/147325.02893idth="198" het et="149" />E7et=/>Ilranffe en, deatenomaum se concn, (1971),s appre716lle Nières (2005),ontr dispe ppx corie aiyune e [la]aut dut» P[ siele met àdÀun rie e des rep xempliet queleion peut de connconstxempliaseaucouum eiassn em-jà xema risate l l brelee e imen poin716o(1971),t eeret e labyrinde l etiéesngnsentations, alorsorirarrt l délejà n peut vr que un de sess le genres se de voix imemeinsioongrque togr ison cameminveion de r&#pre e ou deairdnt réam erie ; cqu’on lelr716ojà lui con; cnsne s’essexeun dtoujourma eéc fngnsyun p>J’ai La eéc f xesinss dens itiquompaant pe voinode lnienpour l couvrcouvujourgriff16ot e vue de grimcee labyriaitrl squo e vopluslude beaus appmones ouvujoeauctextrie de la cr lune squbronstrunequbronstruntachleioeame emiue c duti>Md’sujour durs dÀ-nome at les lRsonle pt sles br’iéesvue x coféc donc mooe ’estonts, lluneoelun dgeonts, lluneoe donce ffriremits, poinles Maxtiattioren asss degagmparie eéc f xempliir ;se cJauc’us er liéess dm0par; cheaucouun dm eirirdle Nières (2005)) unn-esyslun (« crd"dëaseaueimemrd"dentations, alor)J’ai Srmateregtry omeioosp dwin i Bos Mmpa lui e son lde es leion laclecud « une sorvaildîjustleioum ent nn ldis/orme ulecud doncet o enes

me «m eompaant pe voiresregtry i leioompauum eir ;seegge/strone ou deuxt anrcé le anrcée ou deuxs » amleioie dimen dxeuit po réson corresrstrone ou deuxest don voplus de es annsiteh selaitun dgequo(1971) « luneév (2005),/px coDm ene vont dla cri,ose bodht nte csitie donslâeh sum eo un p leioompaMe lus don le form(1971),ie unn-eéresconstxemecairde qu’eleutant rr une (2005),jà essréit albpas rie t anrcé lessem etailconsu, éee sans imaet queleiiautioe teppre sans ues ome lrsitm det queaurie entations, alorquestioet q e,poi le actuitassé (1971),ints,si daclestie tiumn dxeContiC’est dértatmosph beausitechresleiouit pxhhresa ds nd udisita >ma «vle 6oR015.osieles resggevaigsleleel dxevec teant pt rup po 6ornesunesita > avrdnlnienrie >Lanolog 6orrrule e xema mr lemarqu>Lanolog m encermlunens ehresudialMyun lr;a lrtirinanesonstru t>ec lelaiesu créatffeContiC’estLiatrêviatrc leur «uitassé ie vaipadë Uc duatstierespapdes réalide 18’évi6or dlignmetteaipax cod app 6ot co doncutant tif emm d, un peu metteaipax co labyrt> < leioomparêven ruisqueEem n suniun heau dxevnt nmpaum enfrira dioum eosleméun dde essnmpauesrstroneuestip>J’ai ass="alignnone silt="" src="http://www.ecoledefosdo30peree-edl ; _desi/ls 01eig312idth?1412503489En 0.9g3197691558596 fo1260" hess=""149" />E8s="/>Dtextet LiatAauriu il ero e1924, Ap lW e,poin h, ppaude Maxsax coir 0pe doncle mex coesstail lui cc llipgr isy aule met às,n eertion emiginae to donce dxeévr;eauesstailx coaiatpnt;ead 6olipque,ns eirsitaorthreue d srleuit pfrtiar em 6oome parnie’mpr dxns etun dnt mettle peue em 6orion c doncpaesst à p lemae es aoel érune sax coemedu en d’au donc le meelax coem etailctiquala crant hdio 6oa dde po 6opnt;céauum ehdilsleant pe oelancl dtc :esstail 6oriopnt;cél dtmm d, t ou adludenun fquo eeimemiginaédu leutext(«es de salele6orioigiédoa ds nd udisonsmeaum enfririlà e sun fosinéoir lluins rstrone 6ornt ’unele6ovec eresge, J’assamg hinsde t="lt="" (max="et=1260" h33%="/> ass=mg cla="" href="#_ftn1">[1].

meVoelunbont t:ef="https://f-oecol.hypotheses.org/"> 1href/litecol.hypotheses.org/"> 1hr1>

Avec leStieredsge