Réécritures & relectures : détourner, contourner, retourner

On est certainement redevable à quelques travaux antérieurs de cette notion de réécriture (voir Semen n° 3 (“La réécriture du texte littéraire”, 1987). Toutefois, il s’agirait de déplacer la conceptualisation parce qu’elle semble trop souvent prise dans des absolus: LE texte littéraire, LE texte de départ, LE texte d’arrivée, etc… quand la lecture et l’écriture demandent une conceptualisation relationnelle et donc non des objets mais des sujets ou processus de subjectivation.

Soit trois auteurs et un ou deux de leurs livres :

Geoffroy de Pennart avec Le loup sentimental et Je suis revenu! (Kaléidoscope, 1998 et 1999);

Nadja avec les deux tomes de Les Dieux de l’Olympe (L’école des loisirs, 1992);

Serge Ritman avec Non mais! (éditions Tarabuste, 2004).

Chacun de ces livres offrent des réécritures qu’on pourrait ainsi spécifier:

– chez Pennart, l’accumulation des citations de contes traditionnels de loup (La chèvre et les sept biquets; le petit Chaperon rouge, les trois petits cochons, Pierre et le loup) offre au racontage un régime d’accélération voire de télescopage qui lui permet par la réduction en une scène allusive de feuilleter chaque histoire avec cette bibliothèque portative populaire des histoires de loup;

– Nadja revisite les mythes classiques en jouant sur deux registres: celui du résumé modernisé doublé par celui de l’illustration parlé; ce choc est renversant puisqu’il fait se télescoper le savant et le populaire, l’écrit et le parlé et en fin de compte l’héroïque et le prosaïque;

– Ritman fait s’entrecroiser une narrativisation critique de L’ABC de Babar de Jean de Brunhoff et un déplacement vers l’enfance d’ Un certain Plume de Henri Michaux pour qu’un tel télescopage mélange l’enfantin et le sérieux, la fantaisie et l’apprentissage.

Chaque fois, on peut constater que les catégories voire stéréotypes se voient non seulement rejouées, déplacées, détournées, contournées mais également renversées pour qu’aucun instrumentalisme même ludique ne puisse s’en satisfaire. Mises en mouvement, ces catégories peuvent s’échanger dans l’infini des recommencements.

De tels ouvrages demandent des accompagnements pédagogiques qui engagent de telles reprises entre amplification et réduction:

– ajout dans les images et textes de détails et parenthèses à n’en plus finir (l’exercice très simple et extrêmement fécond de l’écriture dans des phylactères qu’on dispose au gré des “lignes de fuite” des images ou du texte) ;

– mise en rapport serrée d’images et de textes citant quasiment comme des proverbes anonymes ces images et ces textes dans des “atlas” (voir à ce propos G. Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet, Minuit, 2011) sans cesse cartographiés à neuf.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.