Séquences avec les œuvres poétiques au cycle 3

Après que les élèves du cycle 2 ont commencé la rencontre avec des œuvres poétiques, les élèves du cycle 3 vont augmenter leur capacité de faire œuvre en cherchant à augmenter tout ce qui fait la force d’un auteur et en particulier en percevant qu’une œuvre est toujours une force en mouvement qui peut inclure plus d’un texte, qui ne sait jamais où elle commence ni où elle finit.

Avec une anthologie thématique, La mer en poésie

 

 

Comment lire une anthologie en classe ? S’il est vrai qu’une anthologie conséquente comme celle que nous proposons ici ne peut exiger sa lecture intégrale, il n’empêche qu’il s’agit d’amener les élèves à sa lecture dans tous les sens et donc à une lecture du livre pour en comprendre les choix, les valeurs et les enjeux. L’anthologie, de ce point de vue, est un excellent terrain d’entraînement pour la lecture critique.

La table des matières du livre offre la liste des auteurs et surtout l’origine bibliographique des extraits qui constituent l’anthologie thématique. Véritable bibliothèque poétique qui mêle connus et inconnus, célèbres et oubliés, cette table est toutefois incomplète puisque les titres des poèmes, quand ils existent, n’y figurent pas. Pire, on ne voit pas à sa lecture si une organisation quelconque préside à l’ordonnancement des poèmes. Ces lacunes apparentes peuvent être prétexte à des interrogations qui relanceront fortement les activités proposées. Le dossier pédagogique sera laissé à l’usage libre des élèves car il nous semble ne pas répondre à notre objectif, lire une anthologie, quand il sollicite simplement des activités plutôt occupationnelles non justifiées par cette anthologie.

La plupart des activités consisteront à mobiliser les élèves dans des activités anthologiques quitte à faire mieux – c’est le défi – que l’anthologie convoquée, du moins à engager une critique : anthologies d’anthologie… pour suggérer que la lecture n’est rien moins qu’une activité d’écriture anthologique et que toute écriture est une anthologie de lectures.

***

La liste lexicale hiérarchisée peut viser en plusieurs séances, au fil des lectures qui vont parcourir linéairement ou « sauvagement » l’anthologie, à constituer un répertoire de morceaux choisis généralement courts incluant le mot « mer ». Ce répertoire devra être hiérarchisé en suivant le degré d’évocation proposé par chaque fragment. Les critères de la hiérarchisation s’ils restent toujours subjectifs sont toujours discutables et donc permettent de mettre en valeur les critères d’appréciation construits par les élèves. Depuis la citation de Baudelaire (« Homme libre, (…) / La mer est ton miroir (…) ») jusqu’à celle de Saint-Pol Roux (« Océan : // Ciel à l’envers »), des résonances s’entendent mais d’infimes gradations peuvent aussi s’établir : métaphore abstraite puis concrète ou extériorisation d’une subjectivité puis personnalisation d’un élément objectif… Et la quête se poursuit avec Guillevic (« Mer de ceux qui veulent y mourir ») et Maurice Fombeure (« Si la mer touchait à la nuit »)…

Si la consigne paraît trop difficile, la simple recherche des occurrences de « mer » et leur hiérarchisation peut suffire pour aboutir aux mêmes discussions et appréciations plus ou moins attentives au travail poétique qu’engage cette anthologie.

***

Les instantanés théâtraux viseront de la même manière à monter des passages qui s’enchaînent d’un poème à l’autre : enchaînements thématiques ou autres qui feront entendre un parcours de lecture seul ou à plusieurs. Ici, le travail en petites équipes est à encourager pour augmenter les lectures en les mutualisant. Le prétexte actif aux enchaînements peut être le passage d’objets, de mots, de matières, de lumières – des lectures qui incluent un éclairage, voire une projection de diapositives ou d’ombres colorées, seraient propices à cette anthologie vivante. Loin d’aboutir à un quelconque spectacle, cette activité n’a pour objectif que de faire vivre la lecture dans et par l’activité corporelle dont la voix constitue le cœur le plus vivant, le plus « extime », c’est-à-dire nouant sans faire appel aux intentions explicites l’intime d’une lecture à son exercice public – étant entendu que le public ici convoqué l’est toujours dans l’égalité du partage et de l’échange réciproque des lectures, donc du respect de chacune.

Des montages plus faciles peuvent être réalisés : les poèmes de Jules Supervielle présents dans l’anthologie, tous les poèmes s’intitulant « Marine », etc.

***

La réalisation de « documentaires » avec tous ces poèmes peut rappeler des expériences éditoriales fréquentes en littérature jeunesse mais tout particulièrement celles qu’a initiées Georges Jean (voir Jean, ????). Rassembler des citations autour d’objets « marins » présentés thématiquement (bateaux et marins, plages et tempêtes…) ou encore réaliser un glossaire de tel ou tel aspect de « la mer » avec, pour chaque entrée du glossaire », une citation ou plusieurs bien référencées, prises à un ou plusieurs poèmes de l’anthologie, voilà de quoi relire et proposer une lecture dans et par l’écriture anthologique.

Exemple de réalisation par un élève sur le premier tiers du livre :

Petit glossaire des bateaux de La mer en poésie

Baleinière : « Alors dans sa baleinière le père tout seul s’en est allé » (Jacques Prévert, « La pêche à la baleine »)

Barque : « L’un n’a-t-il pas sa barque et l’autre sa charrue ? » (Victor Hugo, « Oceano Nox ») ; « Sur la mer blanche de colère, par cette blanche nuit de neige, les barques plongent, aux arpèges de la rafale et de la mer » (Paul Fort, « Puisqu’il faut toujours que l’on parte ») ; « La barque est belle fille / Du flèche à la quille » (Saint-Pol Roux, « Prière à l’Océan »)

Caravelle : « (…) penchés à l’avant des blanches caravelles, / Ils regardait monter en un ciel ignoré / Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles » (José Maria de Heredia, « Les conquérants »)

Cargo : « Au loin un cargo fait naufrage » (Jacques Prévert, « Le gardien du phare aime trop les oiseaux »)

Esquif : « Chaque vague en passant d’un butin s’est chargée ; / L’une a saisi l’esquif, l’autre les matelots ! » (Victor Hugo, « Oceano Nox »)

Felouque : « La felouque a coupé l’étreinte de leurs mains / (…) / La felouque glisse au creux des vagues de guerre » (Robert Arnaud, « Le pirate d’Alger »)

Motogodille : « Maintenant les autres vont me pourchasser en motogodille » (Jacques Prévert, « La pêche à la baleine »)

Navire : « En pierre mon navire s’embosse à la Terre » (Saint-Pol Roux, « Prière à l’Océan »)

Nef : « Lente la nef cambre les muscles de son torse » (Robert Arnaud, « Le pirate d’Alger »)

Vaisseau : « Et comme un jour les vents, retenant leur haleine, /Laissaient paisiblement aborder les vaisseaux » (La Fontaine, « Le berger et la mer ») ; « Voici rentrer l’officier de marine, / (…) / Il dit combien de vaisseaux il a pris » (Charles Cros, « Chanson de la côte ») ; « Démon de verre cassant des vaisseaux comme on casse des noix » (Saint-Pol Roux, « Prière à l’Océan »)

En vue d’un tel écrit, on pourrait envisager la collaboration de plusieurs élèves mais rappelons que jamais l’exhaustivité n’est l’objectif et que l’engagement personnel jusque dans les erreurs est une condition de l’appropriation puis de la discussion avec l’œuvre.

***

Donner la parole à la mer en réalisant un montage de citations des poèmes de l’anthologie permettrait de « boucler » ces activités en laissant toutefois l’écriture dériver et donc les citations passer dans l’écriture des élèves : les citations se perdant donc dans l’écriture deviennent ainsi non seulement la parole de la mer mais la parole de chacun des lecteurs.

Exemple de réalisation :

(L’Océan parle à la suite de Claude Roy, Guillaume Apollinaire, Pablo Neruda, Paul Verlaine et Victor Hugo)

Je suis beau je suis sel je suis vent je suis bleu

Je suis immense et fou je suis avide et tout

Autour de ta maison il y a moi que tu connais

Et qui ne repose jamais

Et j’œuvre en ton silence

Tu ne reposes pas auprès de ce rocher

Je palpite sous l’œil de la lune en deuil

et palpite encore

Je vais, viens, luis et clame

Le sombre oubli que jette

le temps sur tous ceux que j’enfouis

 

Avec Anacoluptères de James Sacré

 

 

Ce petit livre porte jusqu’au bout son énigme avec un plaisir certain qui demande toujours de revenir en arrière (souvenirs d’enfance) et d’aller de l’avant (surprise d’un poème qu’on n’attendait pas comme ces fourmis qui vous montent dans les jambes…). On comprend qu’il ne s’agira jamais d’en venir à bout – qui prétendrait maîtriser le monde des insectes, monde infini comme celui des poèmes… On comprend aussi qu’il s’agira de beaucoup s’amuser tout en se posant des questions redoutables (la mort rôde ou plutôt l’expérience élémentaire de ce pouvoir d’écraser, de punaiser n’importe quel insecte avec les meilleurs prétextes…). Ce petit livre et les lectures qu’il va entraîner demandent l’attention la plus forte possible aux toutes petites choses qui vont s’y faire un peu comme un collectionneur d’insectes sait que la valeur de sa collection est dans les toutes petites différences.

Le titre constitue à lui seul une énigme qui peut-être le restera après la lecture des élèves… mais ces titres énigmatiques ne sont-ils pas ceux qui laissent le plus de souvenir parce qu’ils éveillent la rêverie. Ce titre est un mot valise qui emmêle « anacoluthe » et « coléoptères », donc deux types d’observation concernant le langage et le monde. Ce qui montre bien que ce petit livre possède dès son titre une réversibilité des plus actives.

ANACOLUTHE. Ce terme est utilisé traditionnellement (et encore par Littré) pour désigner deux phénomènes syntaxiques différents. La tradition grammaticale faisait de l’anacoluthe l’emploi du pronom relatif sans antécédent : par exemple il y aurait ellipse de dans Il va où le devoir l’appelle, ou de celui dans Qui vivra verra. L’anacoluthe est définie, plus généralement, comme une rupture de construction, un changement d’orientation, une asymétrie pouvant produire divers effets : surprise, suspens, etc. En fait les exemples classiques relèvent d’une possibilité très générale : le « déplacement à gauche » ou « thématisation » (« Le nez de Cléopâtre : s’il eût été plus court… »). (Demougin, 1985)

COLÉOPTÈRE n.m. (gr. koleos, étui, et pteron, aile). Coléoptères : ordre d’insectes à métamorphoses complètes, pourvus de pièces buccales broyeuses et d’ailes postérieures pliantes protégées au repos par une paire d’élytres cornés, comprenant plus de 300 000 espèces parmi lesquelles le hanneton, le charançon, la coccinelle, etc. (Larousse, 1995)

 

Les activités avec ce livre vont tenter de tenir cette réversibilité jusqu’au bout, réversibilité qu’il faudrait d’ailleurs généraliser : description et narration, vers et proses, réflexion et divagation, etc.

***

Viser un premier parcours dans l’œuvre demande de hiérarchiser un lexique. Ce livre commence et finit par une liste alphabétique de coléoptères : « Liste quelques-uns de ces coléoptères en commençant par ceux que tu connais ». Ce premier lexique hiérarchisé précède un second qui semble indispensable à un premier parcours personnel dans l’œuvre : « Relève les coléoptères évoqués par le livre de James Sacré – en excluant ceux listés au début et à la fin de l’ouvrage – puis énumère-les dans l’ordre de tes préférences ». Les élèves apercevront dans les échanges qui s’en suivront bien des spécificités de l’ouvrage :

  • le premier fragment signale « le cétoine et le calosome », si le premier est mentionné dans la liste ouvrant le livre, le second ne l’est pas !
  • le second qui est consacré au « carabe doré » s’achève sur les « cicindèles » : les deux figurent dans la liste mais on ne comprend pas facilement le rapport entre eux ;
  • le troisième consacré au « criocère », lequel ne figure pas dans la liste augurale, mais les coléoptères évoqués avec lui sont des « paysans perchés dans les peupliers » (!) qui pourraient – pourquoi pas ? – venir compléter la liste des coléoptères… ;
  • les « fourmis » évoquées dans le cinquième fragment sont-elles des coléoptères ? si l’on en croit le Larousse illustré, non ! puisque les hyménoptères, s’ils sont des insectes, ne sont pas des coléoptères ! Le livre s’ouvre donc à une découverte des insectes plus que des coléoptères au sens strict ! Sans compter que « maman » est comparé par le narrateur à « une grande fourmi dans le temps » !
  • etc. sans oublier « le termite » (et non « la » !) qui est inclus sur la liste des isoptères…

Conclusion du narrateur à propos du dictionnaire : « Dans le gros livre qui est un arrangement systématique des mots ça fait une dérive de vocabulaire mal tenu » (6e fragment) ! De la même façon, les listes des élèves pourront mal se tenir puisque les dérives lexicales inévitables auront suivi l’imprévisibilité des passages entre découverte du monde et dérive langagière. Ces réversibilités tenues jusque dans les listes répondent au poème :

Un poème comme un doigt levé ou comme

Un coup de balai bien donné, vraiment,

Le voilà-t-y qui ruse encore,

Autrement que j’ai pu penser ? (13e fragment)

Précisons-le à cette occasion : cette activité qui généralement ouvre les lectures-écritures-jeux avec les livres de poèmes demande à l’enseignant d’accepter et même d’écouter au plus près toutes les propositions des élèves « autrement qu’il a pu penser »… C’est certainement dans ces « altérités » de la pensée, dans ces imprévus de la didactique que se construisent les valeurs de l’œuvre. Si, par exemple dans la classe, un débat prend sur l’inclusion ou non de « la nicole » (fragment 16) qui ne figure pas dans la liste du livre mais qui bien évidemment semble être le nom pour la coccinelle, l’occasion est belle de faire travailler la confusion toujours forte de l’expérience personnelle et de la connaissance du monde parce que, comme dit le narrateur au fragment 18 : « Peine perdue de pas le croire, tu joues / À transformer la bestiole et ton poème en je. » Dès l’écriture de liste lexicale hiérarchisée, l’enjeu c’est bien de faire venir ce « je » qui n’est pas le « moi » de l’individu, ou de l’élève mais le sujet d’une activité que le poème seul peut faire advenir au cœur du langage.

Des variantes de consignes sont tout à fait possibles :

  • faire une liste (non exhaustive) des souvenirs d’enfance du narrateur et les ordonner dans l’ordre d’importance ;
  • faire une liste (non exhaustive) des comparaisons que le narrateur effectue et les ordonner à sa convenance ;
  • etc.

***

La seconde activité demanderait de laisser une grande liberté de choix aux élèves avec une consigne à la fois très ouverte et extrêmement ferme : « choisis un passage du livre – pas trop long – et joue-le en l’accompagnant d’un geste fort et d’un objet évocateur ». Cette association du fragment textuel, d’un geste et d’un objet oblige les élèves à chercher entre l’illustration littérale et l’analogie la plus suggestive possible leur voix propre que peut seul permettre une mise en espace rapide mais décisive.

Exemples de réalisations sachant bien que mille autres sont possibles et qu’aucun modèle ne peut ici intervenir ; on considèrera également que la classe est par ailleurs entraînée à des activités régulières de jeu dramatique avec les textes littéraires (instantanés théâtraux) :

  • « Maman s’en va, j’entends mal ce que dit maman… maman comme une grande fourmi dans le temps » peut faire entendre un « À l’âge que t’as ! » dit par une mère qui est trop prise par ses occupations domestiques entre les deux parties de ce fragment ; ce qui oblige le joueur à se dédoubler et à « remplir » la suspension qui sépare ce court fragment.
  • « Qui c’est qu’a peur des libellules ? / Petites filles princesses dragons » : l’adresse demande d’interpeller fortement le public, de lui décrire en deux temps trois mouvements des métamorphoses subites : petites filles=>princesses=>dragons…
  • « La nicole. Le seul insecte à qui presque on donnait de l’affection. La voilà montée au bout de ton doigt, du côté qu’elle s’envolera tu te marieras ! » : finir sur une comptine en ayant joué des doigts auparavant : facile et difficile car il faut (se) retenir et faire tenir toute la diction sur un doigt…

L’enseignant peut aussi faire jouer toute la classe dans une course à la liste des insectes : diction articulée mais rapide, diction sans compétition mais pour que chaque voix fasse entendre sa propre polyphonie : diction qui prend bien entendu place dans l’anthologie sonore de chacun.

***

L’écriture documentaire avec ce livre de poèmes semblerait couler de source puisque « le poème parle d’insectes » (fragment 13) et qu’il évoque les « soixante-dix illustrations en noir et une planche en couleurs pour les seuls papillons » dans « le dictionnaire Larousse de mille neuf cent soixante-trois » (« dessine la planche des anacoluptères de James Sacré en utilisant comme légendes des citations de cet ouvrage ») ! Mais ne pourrait-on pas le faire parler d’autre chose… et par exemple de poèmes (« réalise une anthologie des passages de ce livre qui parle de poésie ») ou bien encore de souvenirs (« confectionne un album des souvenirs du narrateur de Anacoluptères un peu comme un album photos de famille »)…

Plus qu’en cycle 2, les élèves vont maintenant chercher à mieux « coudre » les éléments de leur documentaire. De deux points de vue : soit en proposant un court texte de présentation des éléments regroupés (chapeau d’introduction ou quatrième de couverture du livret), soit en liant les éléments du documentaire avec des titres qui s’enchaînent voire se répondent, ces titres pouvant même ouvrir à de courts textes de liaison qui montrent une progression, un ordre de présentation.

Exemple de réalisation d’un petit livret anthologique commenté (des illustrations peuvent l’accompagner, en l’occurrence, collage de photocopies de dictionnaires divers) :

 

(couverture)

Nom et prénom de l’élève-auteur (pseudonyme possible)

Les poèmes du poème de James Sacré

Éditions de l’école X

(p. 1)

Le poème rassemble

Il collectionne : « une tellement courte collection »

Il arrange : « que ça fasse un parterre de ces mots : un poème »

Il ordonne : « tout un dictionnaire vivant »

(p. 2)

Le poème accueille

Il s’ouvre au monde : « ramener du printemps dans les mots d’un poème »

Il s’ouvre aux mots : « c’est plus que des mots »

(p. 3)

Le poème se cache

Dans le corps : « des poèmes comme des fourmis dans les jambes »

Dans le langage : « tu joues à transformer la bestiole et ton poème en je »

(p. 4)

Le poème surprend

On ne sait pas exactement où il est « une ruse pour surprendre en l’arrangement de ses propres mots ce qui le fait poème, ou si vraiment c’est pour être (mais comment ?) avec la nicole  qui voulait pas s’envoler de nos doigts d’enfants, ou le barbot lent que maman balayait vivement de la chambre humide sans surtout l’écraser ? »

(quatrième de couverture)

Dans son livre Anacoluptères, le poète James Sacré parle de la poésie. Il va chercher les poèmes dans les petites bêtes. Il a parfois envie de les écraser mais il les laisse vivantes. Pour lui, les poèmes sont comme des insectes bien vivants. Alors, découvrez la poésie comme on découvre le monde des insectes.

***

Les insectes n’ont pas vraiment la parole dans ce livre de poèmes. Donnons-la leur ! Il s’agit de répondre au narrateur ou bien encore de les faire dialoguer entre eux à propos de cet ouvrage, de ce poème voire d’un fragment seulement. Le choix peut rester libre ou bien un projet peut aider chacun à progresser. Exemples de consignes :

  • Le carabe doré (ou le criocère) prend la parole afin de commencer par une ou plusieurs reformulations à la première personne du texte descriptif du narrateur ;
  • La nèpe, la punaise et le termite du Larousse de 1963 échangent leurs impressions (on peut lire des Larousse ultérieurs) sur les articles qui leur sont consacrés et sur ce qu’en dit le poème ;
  • L’araignée du fragment 17 répond au narrateur qui avait « une familiarité méchante et joueuse avec ce qui était déclaré mauvais » et qui « tuait occasionnellement un insecte »…
  • Les insectes épinglés « dans l’espèce de tiroir (…) selon l’ordre » que lui a montré un livre sur les insectes, discutent entre eux du collectionneur d’insectes devenu poète…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.