Actes de la journée d’études Reims 16/11/2010 : enseigner la littérature aujourd’hui

On peut lire les actes en ligne à l’adresse suivante :

http://oblit.hypotheses.org/communications-ell

L’argumentaire est ici:

http://oblit.hypotheses.org/argumentaire-ell

Remarques rapides à partir de cet argumentaire – il faudrait ouvrir des discussions bien plus larges :

1. Choisir la notion d’ “objet littérature” (de “littérature” au singulier) constitue une orientation faible et réductrice (la notion de “discipline” est ainsi évoquée) puisqu’elle renouvelle les opérations traditionnelles de “défense” et “repli” au lieu de penser des reconfigurations nécessaires:

le cinéma, le théâtre, le performances et autres “faits littéraires” nombreux et pluriels, traditionnels et contemporains, lointains et proches, indus voire infimes et commercialisés… demanderaient de repenser non en termes d’objet qui, plus est, au singulier : il en manque toujours (d’où la schizophrénie entre empilement dans des programmes inapplicables et le réductionnisme sourd se repliant sur un conservatisme) ; par ailleurs, on présuppose alors une maîtrise possible qui ouvre à fou sels scientistes et technicisées pédagogiques… Je préfèrerais qu’on parle donc de faits littéraires comme relation sujets, au pluriel, car il faudrait observer les constellations de subjectivations à l’oeuvre entre sujets du savoir, sujets de l’apprentissage, sujets de l’institution littéraire, sujets du langage… Du moins, parlons de littératures…

2. La pédagogie est toujours aperçue comme “approche” et non comme pratique ou mieux “expérience” au sens de John Dewey. On suppose donc toujours qu’il y a discontinuité et non continuum entre des points de vue dont l’enjeu reste le “pouvoir” (pour ne pas voir les points de vue, les conflits, les hétérogénéités, les singularités…) et non le “pour voir” et donc l’expérience des relations qui engagerait alors les transmissions dans une relation de relations.

Notes trop rapides mais je reviendrai sur quelques pistes de réflexion offertes par ce travail de réflexion tout à fait bienvenu à condition qu’il historicise bien d’autres réflexions déjà conduites dans le passé ici et là – un peu gêné par la seule référence à Genette dans cet argumentaire…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.