Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? (court compte rendu)

Ci-dessous le compte rendu d’un colloque récent réalisé par Sun Nyeo KIM, doctorante à Paris 3 Sorbonne nouvelle :

IMG_0397

Le colloque Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? a eu lieu pour examiner la manière de représenter la vie de famille et les liens familiaux dans et par la littérature de jeunesse : une journée en anglais le 27 novembre 2014 à l’université Paris 13, et, une autre journée en français le 28 à l’Institut Internationale Charles Perrault.

Pendant deux journées, les vingt-deux intervenant(e)s du monde entier ont fait des communications dans six thématiques : le changement du modèle familial ; la crise de la famille ; l’enfance familial et l’enfant adopté ; la représentation des lien familiaux : tradition et renouveau ; filiation, transmission, globalisation ; famille, littérature et société.

Parmi les nombres communications, dans la première journée, je me suis d’abord intéressée à la communication de Jan Van Coillie, L’image de la famille dans littérature de jeunesse flamande au 19e siècle. Par cela, on voit que l’évolution de la famille dans la société occidentale à cette époque a associé « l’autorité absolue aux relations d’affection » entre parents et enfants. Aussi elle peut se définir  comme « le passage d’un système de fonctionnement clos » qui montre une autorité absolue et une obéissance. Mais il existe aussi des liens d’affection et de tendresse. Dans cette évolution on peut voir des variations radicales de la tradition catholique vers l’idéologie libérale.

 

Dans la deuxième journée, j’ai particulièrement appris un nouveau thème par  Karine Roy, docteur en biologie, parmi les autres communications intéressantes, qui a parlé de « Remise en question des liens familiaux dans les fictions sur le clonage humaine » à travers les deux livres, Mósa Wòsa de Nathalie Le Gendre (Mango, 2003) et Unique de Alison Allen-Gray (Bayard, 2011). Dans et par les avancées scientifiques, le clonage, est devenu un nouveau mythe littéraire, qui pose de nombreuses questions à la vision traditionnelle de la famille : le bouleversement de la structure familiale remet en question la place du jeune clone, qui est un « nouveau type d’orphelin ». Ces  questions rejoignent le sujet de l’enfant sacrifié, de la quête d’identité, de la fratrie.

 

Pour ce colloque, moi-même j’ai fait une communication sur La famille dans les albums de Tomi Ungerer à travers trois fables autobiographiques de l’auteur: Les aventures de la famille Mellops (composé par cinq albums : 1957-1963.), Pas de baiser pour Maman (1973) et Flix (1997). Ces fables sont en échos avec ses œuvres autobiographiques comme La guerre comme à la guerre (1991), De père en fils (2002) et Mon Alsace (2006). En effet, la voix autobiographique de Tomi Ungerer se cache sous les fables. Dans ces fables, on voit le père idéalisé en rapport avec son absence dans l’enfance de l’auteur. La mère est liée à la nourriture et à l’affection mais aussi à la rose qui est la poétisation de l’auteur.  Par ailleurs, l’amour de la famille se continue et se transmet par la cohabitation de deux communautés différentes au-delà de l’amour familial qui aboutit à l’harmonie sociale et politique. Dans son « racontage », il n’y a pas vraiment d’ennemis ou d’adversaires, contrairement aux contes traditionnels, parce qu’Ungerer, comme il le dit souvent, « hait la haine ».

 

Le comité d’organisation du colloque, Rose-May Pham Dinh (professeur à l’université Paris 13 & Présidente IICP), prévient prochainement de la publication des actes du colloque.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.