Soutenance de thèse : l’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne

Soutenance de thèse Mme Elodie MALANDA

Pour Serge Martin (SM), cette thèse offre une contribution importante et nécessaire à la littérature comparée. En effet, conçue comme la traversée problématique d’un corpus double, français et allemand, de romans destinés à la jeunesse à travers le prisme des représentations qu’ils construisent de l’Afrique subsaharienne et de leurs habitants, cette thèse lui apparaît ambitieuse concernant des corpus souvent marginalisés si ce n’est délaissés. Pour lui, elle implique dès son premier paragraphe et donc tout du long son auteure et il aime bien cette tenue qui confère aux problèmes de la recherche des enjeux existentiels ou du moins des interrogations qu’il dirait vitales pour la personne, pour la société, pour la littérature. Il félicite Elodie Malanda pour la justesse avec laquelle elle fait part de « l’indéchirable de la vie » (Claudel) et cela lui semble important d’autant que cette thèse cherche à « déracialiser l’esprit ».

Selon SM, la thèse d’Elodie Malanda est une preuve forte que le monde change et que les études littéraires peuvent contribuer aux accompagnements nécessaires à ce changement. Pour aller à l’essentiel, selon lui, cette thèse vient méticuleusement et énergiquement contribuer à ce qu’on peut appeler, après Leonora Miano, la nécessaire décolonisation de la France, de l’Europe, de leurs habitants quels qu’ils soient. Pas meilleur moyen que d’en passer par un examen méticuleux des fictions documentaires, pense-t-il. Il sait bien que celles que la thèse convoque sont loin de viser ce que Arno Schmidt souhaitait : « Mettre à la place de la chère fiction d’autrefois d’un ‘déroulement continu de l’action’ une structure de prose plus conforme aux modes de l’expérience humaine et qui, si elle est plus maigre, est aussi plus nerveuse. » (Arno Schmidt,Roses & Poireau, 1959, trad. fr. Maurice Nadeau 1994). Reste que la thèse considère des ouvrages qui construisent, avec ou le plus souvent pour les enfants et adolescents, les rapports à l’Afrique et surtout aux Africains et, plus précisément en l’occurrence, aux Subsahariens, mais aussi aux Afrodescendants, car, comme le précise la même Leonora Miano dans cet essai récent et puissant qu’est L’impératif transgressif(L’Arche, 2016), les uns et les autres sont les premiers à pouvoir « forger de nouvelles subjectivations ». Aussi un état des lieux est-il nécessaire selon SM, en particulier afin de déterminer ce qui aide ou empêche l’écoute de ce que Miano appelle l’« afrophonie ». Cette thèse construit dans ce sens une mise en garde ou plutôt un appel à l’écoute par-delà les meilleures intentions et SM de reformuler l’interrogation cardinale de cette thèse : comment les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne dans les deux dernières décennies contribuent-ils ou pas à cette écoute ?

A cette fin, précise SM, la thèse d’Elodie Malanda choisit une organisation par genre des romans des 57 auteurs du domaine français et des 38 auteurs du domaine allemand : les romans d’aventure, les romans humanitaires, les romans de la rencontre et les romans historiques. Cette tétralogie correspond pour lui à une reprise des problèmes que l’Afrique, les Subsahariens et les Afrodescendants suscitent : rapport à la tradition coloniale du roman d’aventure, rapport aux multiples problèmes du développement sous l’angle du misérabilisme, rapport à l’altérité souvent réduite à la différence radicale et, enfin, rapport à l’histoire coloniale dans la tension entre essentialisme et relativisme. Pour SM, cette orientation qui paraît décisivement axiologique redonne à la littérature, y compris à celle qu’on pourrait considérer au double sens du terme comme mineure, la littérature de jeunesse, toute sa place, c’est-à-dire toute sa force dans la formation des représentations et presque des choix de vie, au sens des formes de vie, que les jeunes générations se doivent d’effectuer dans un monde globalisé, du moins où les rapports intra et inter-continentaux sont en continuelle reconfiguration, voire en tension d’une grande instabilité. Les quatre parties constituent tant thématiquement que problématiquement une montée en puissance de la thèse jusque dans l’écriture faudrait-il dire puisque les analyse plus englobante de la quatrième partie permettent d’établir des diagnostics décisifs qui font, selon SM, toute l’orientation de la recherche d’Elodie Malanda dans la suite d’un Dipesh Chakrabarty et de son Provincialiser l’Europe. SM relève la notation précise (p. 422-423) sur l’écriture de Catherine Missonnier dans Le goût de la manguequi touche au rythme de l’oralité montre comment s’écrit le décentrement en vue de « mémoires croisées » selon le vœu d’Enzo Traverso. Il souligne le choix du roman de Jean-François Chabas, L’Ange du Namib(p. 434-437) qui lui paraît d’une très grande pertinence pour montrer le conflit toujours à vif des visées colonialistes et de leur critique radicale en suivant les aventures d’un même personnage qui font interférer deux moments de sa vie. SM montre que c’est vers un travail de dés-essentialisation qu’aboutit toute la thèse et il se demande si on ne peut pas rappeler que c’est ce à quoi travaillent toujours les meilleures œuvres littéraires contrairement aux absolutismes des discours unitaires et instrumentaux. Toutefois, pour SM, la notion critique de déconstructionsouvent employée n’est pas forcément la plus heuristique puisque, pour lui, ce serait bien plutôt celles de discussionet de point de vuequi constitueraient des leviers critiques dans et par les œuvres littéraires.

Ce choix du débat axiologique, souligne SM, ne dispense pas d’une heuristique littéraire qui travaille à ne pas oublier que les énoncés sont toujours portés par des rapports d’énonciation ouvrant ou pas à des essayer-dire, à des essais de voix, plus qu’à des jugements de valeurs, hors tout subjectivisme ou collectivisme arc-boutés l’un ou l’autre sur des jugements assurés. SM ajoute que cela demande de tester si les œuvres ouvrent à des connaissances partageables au-delà des cadres discursifs préexistants. Et, du Sanglot de l’homme blancde Pascal Bruckner en 1983, cité p. 164, à celui de l’homme noir d’Alain Mabanckou en 2012, étonnamment non cité, SM ne sait si la distinction entre honte et culpabilité que fait Vincent de Gauléjac sur lequel Elodie Malanda prend appui (note 587), reste suffisante pour relever le défi de la schizophrénie « entre une idéologie largement condamnée et un imaginaire colonial jamais explicitement déconstruit » (p. 167). En effet, la critique fort juste, selon SM, des réductionnismes thématiques et du misérabilisme de certains romans qui souvent en ressort, ne peut engager pour autant un programme d’écriture romanesque permettant autre chose que de la bienfaisance convenue…

SM remarque qu’Elodie Malanda affirme fréquemment que ses corpus répartis en genres romanesques ne sont pas homogènes comme p. 266 à propos des « romans de la rencontre » : « autant au niveau thématique que poétique les différences sont nombreuses ». Cependant quelques lignes plus bas, il relève que la thèse signale « une caractéristique commune » à ces romans, d’ailleurs deux : « le réalisme et une visée didactique » même si leur expression « plus ou moins explicite » (p. 266) atténue cette homogénéisation. Il lui semble en effet que, dans une telle configuration axiomatique, la tentation est souvent forte de réduire la pluralité des singularités romanesques, voire les paradoxes mêmes. Par exemple, se demande SM, peut-on aussi facilement opposer comme en II.1.5 « des conceptions distinctes de la littérature de jeunesse en France et en Allemagne » : « réalisme social allemand » et « mise en avant de la valeur littéraire » en France même si sont évoquées des recherches récentes en France sur l’engagement – il rappelle à ce propos que l’engagement des écrivains et des intellectuels est une notion lancée par Sartre en 1945 puis dans Qu’est-ce que la littérature ?Il ajoute qu’on ne peut pas considérer la scène française aussi homogène, tout comme la scène allemande ne semble pas aussi homogène que la thèse semble le proposer. Il évoque ensuite le titre énigmatique du collectif strasbourgeois évoqué par la thèse, Contre l’innocence Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse, qui maintient un paradoxe et un dualisme que la thèse aimerait dépasser mais qui au fond travaille encore toute sa problématique. SM note qu’Elodie Malanda souligne avec justesse cet aspect quand, d’une part, elle relève la justesse du roman du Béninois Florent Couao-Zotti, Charly en guerre, qui « critique ouvertement la représentation victimaire caractéristique du discours humanitaire » et que, d’autre part, elle signale une série d’autres romans qui « confirment la thèse selon laquelle le misérabilisme dépend moins du sujet traité par un roman que des choix narratologiques – notamment la distribution des personnages – pour lesquels opte l’auteur » (p. 234 – SM corrige ici une petite erreur syntaxique laissée dans la thèse). Reste que, pour SM, la thèse dissocie in finethématique et traitement comme si ce dernier ne modifiait pas la thématique et que, dans l’« autopsie narratologique de l’afropessimisme », la thèse défendait les documentaires qui affichent une thématique unitaire même si la note 865, assez longue, signale l’intérêt de la polyphonie dans quelques romans pour « éviter le manichéisme ». Sm en conclut qu’on peut alors regretter qu’une telle remarque importante pour la thèse soit restée en note de bas de page !

Pour SM, Elodie Malanda sait toutefois construire des objets conceptuels, un peu comme des « personnages conceptuels » au sens de Deleuze, et en l’occurrence il relève que ce sont les chaussures qui, par deux fois (p. 244 et p. 371-374), permettent d’apercevoir les conflits culturels au cœur des romans et ce que l’auteure appelle avec pertinence « la revanche des va-nu-pieds » (p. 371). Une telle approche n’est pas sans rappeler à SM certaines des mythologiesde Roland Barthes et donc sans ouvrir, selon lui, des perspectives critiques intéressantes en littérature. SM espère une publication certainement plus synthétique de la thèse, en souhaitant qu’on y ajoute un index et qu’on améliore le fonctionnement des références bibliographiques dont le classement thématique final est intéressant mais inopérant quand on lit la thèse et dont les références en bas de page multiplie les op. cit. sans mention du titre. Par ailleurs, il demande de corriger les coquilles et plus particulièrement de résoudre l’absence des déterminants et prépositions dans certains passages (un seul exemple p. 167) ou leur doublon (un ex. p. 204 : « sans leur l’analyse »), et de corriger également quelques incorrections (« ce qui » au lieu de « qu’est-ce qui lui est arrivé », p. 217).

En conclusion, SM pose que si cette thèse poursuit des travaux antérieurs réalisés en Allemagne, elle ouvre en France un chantier permettant une décolonisation réelle ici et là-bas, en Europe et en Afrique ; il ajoute qu’elle participe à une réflexion maintenant décisive concernant les transferts culturels par les littératures qui ne ressortit plus d’une conception de type centre et périphérie, mais qui tente de suivre au plus près les les mouvements imaginaires, les dynamiques réflexives, les reconfigurations épistémologiques, et surtout les inventions de paroles et de passages de paroles. SM conclut sur le fait que ces paroles, qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre et d’accueillir jusque dans les études savantes concernant la jeunesse, se font maintenant entendre quand, toute cette thèse l’aurait prouvé, l’afrophonie commence par l’écoute littéraire des subsahariens et des afropéens. Pour SM, c’est un excellent moyen non seulement d’opérer un sauvetage au sens que Benjamin donne au terme Rettung, mais aussi de faire apparaître des virtualités, des formes de vie et de langage, qui ne pouvaient se développer dans les contextes antérieurs, européens ou africains.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.