Soutenance de thèse : Tomi Ungerer

Sun Nyeo KIM soutiendra sa thèse de doctorat à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 le 5 octobre 2017 à 14h à la Maison de la recherche  (4, rue des Irlandais, Paris 5e).

TOMI UNGERER : L’ŒIL ET L’ŒUVRE

Poétique des albums d’un raconteur double

Thèse dirigée par Serge MARTIN

Nombre de pages de la thèse : 392 pages + le cahier des illustrations (52 pages)

Membres du Jury :

Madame Laure HIMY-PIERI, Maître de conférence habilitée à diriger des recherches, Université Caen Normandie

Monsieur Olivier LUMBROSO, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Monsieur Serge MARTIN, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Madame Nathalie PRINCE, Professeur, Université du Maine

Madame Thérèse WILLER, Docteur et Conservatrice du patrimoine, directrice du musée Tomi Ungerer

Rapport de Serge Martin, directeur:

La soutenance de thèse se déroule à la Maison de la Recherche, salle Athéna, 4 rue des Irlandais, 75005, Paris. Elle commence à 14h30 et s’achève à 18h30. Le jury est composé des personnalités suivantes, qui prendront successivement la parole :

-M. Serge MARTIN, Professeur, Université Sorbonne-Nouvelle-Paris3, Directeur de thèse

-Mme Nathalie PRINCE, Professeure, Université du Maine, pré-rapporteure

-Mme Laure HIMY-PIERI, Professeure, Université de Caen Basse Normandie, pré-rapporteure

-Mme Thérèse WILLER, Docteure, Conservatrice du patrimoine, directrice du musée Tomy Ungerer

-M. Olivier LUMBROSO, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, président du jury.

Serge Martin (SM), directeur de la thèse, prend la parole après l’exposé de Mme Kim. Il se réjouit de la venue à soutenance d’un travail qui a mobilisé, pendant quatre années, l’énergie d’une candidate très anxieuse étant donné sa situation de Sud-Coréenne installée en France, souhaitant repartir dans son pays avec une bonne formation en littérature jeunesse pour y jouer un rôle de formatrice et de conseillère dans la traduction des albums. SM atteste que les rencontres avec Mme Kim ont été régulières et sa participation aux manifestations scientifiques fréquente. SM ne limite pas l’insécurité visiblement éprouvée par Mme Kim à quelque dimension psychologique voire linguistique mais préfère la considérer comme une vraie inquiétude intellectuelle posant de beaux problèmes théoriques à partir de l’observation rigoureuse d’une œuvre importante de ce corpus littéraire édité pour l’enfance et la jeunesse, celle de Tomi Ungerer, né en 1931. S. M. ne peut que se féliciter des pistes ouvertes et explorées par ce travail original en regard de ce que Mme Kim appelle « un poème de l’enfance » (p. 240), constitué des vingt-neuf « poèmes visuels » (p. 33) de cet auteur majeur, autant que d’albums recensés en début de bibliographie dans une chronologie bienvenue qui signale sa forte présence internationale.

SM, qui entend laisser aux autres membres du jury le soin de commenter plus avant le travail de Mme Kim, dit se contenter de quelques remarques générales pour rendre compte de ce qui lui semble orienter positivement ce travail de recherche, malgré quelques défauts formels : coquilles et fautes de français. Toutefois, SM souligne combien même les faiblesses de la thèse se doublent au fond de qualités. Il en repère quatre qui lui paraissent donner à cette thèse une orientation forte pour les études littéraires :

1) Si la thèse peut sembler, par bien des aspects, assez sèche ou abrupte dans ses transitions rapides, elle emporte par sa tonalité chaleureuse et une empathie attentive aux moindres détails d’une œuvre qui ne peut se contenter d’approximations ou d’instrumentalisations. SM considère que cette thèse donne les moyens de refuser le réductionnisme moraliste ou ludique de nombreux articles proposés aux enseignants concernant l’œuvre de Ungerer.

2) Reste que SM aperçoit fréquemment une tendance de Mme Kim a revenir à ces lectures moralisatrices parce que les combats pour la paix, pour le respect et plus généralement pour une humanisme universel, la requièrent dans sa situation de sud-coréenne ; toutefois SM relève combien l’exigence critique dont elle fait preuve la remet sur le chemin d’interrogations prudentes voire angoissantes concernant la manière double de Ungerer ; lequel propose régulièrement une matière complexe entre comique et tragique, entre horreur et facétie, entre lumière et ombre, rendant compte ainsi pour un nombreux public de réalités historiques et/ou intimes toujours complexes et jamais simplifiées, ce dont la thèse ne manque pas de rendre compte avec précision.

3) Cette complexité propre à l’œuvre de Ungerer entraîne Mme Kim, malgré son plan en quatre parties et douze chapitres plutôt bien trouvé, dans de nombreux développements qui peuvent prêter à confusion, soit parce que les reprises ne semblent pas toujours justifiées, soit parce que la logique argumentative se perd dans des montages hasardeux ; mais cette vitesse de la pensée à la limite de la catastrophe – thème très cher à Ungerer que Mme Kim ne manque pas de développer – répond avec bonheur à la profusion qu’en aucun cas Ungerer ne voudrait voir se réduire pour des raisons didactiques et encore moins idéologiques. Pour exemple, SM se contente de citer un passage de la thèse (p. 104-105) qui suggère abruptement une comparaison par ailleurs fort judicieuse entre les dadaïstes de Zurich et la bande d’auteurs entourant l’éditrice Ursula Nordstrom à New York à la fin des années cinquante.

4) La profusion dadaïste de Ungerer trouve chez Mme Kim des échos dans les citations parfois inattendues, le jeu des épigraphes nombreuses, exactement comme Ungerer ne cesse d’opérer un montage de fragments culturels dans son racontage ; ce mimétisme de la thèse et de l’œuvre ne va pas sans frôler parfois la cacophonie. Aussi SM en tant que directeur de thèse peut-il avouer combien il est parfois défamiliarisé en regard de ses propres écrits quand Mme Kim les cite mais n’est-ce pas aussi ce que fait Ungerer dans ses albums.

SM conclut en rappelant que le grand poéticien russe Victor Chklovski, dans L’art comme procédé,théorisait justement la défamiliarisation ou le « sentiment d’étrangeté » qui servait selon lui à « obscurcir la forme et à augmenter la difficulté et la durée de la perception ». Il est vrai qu’habituellement on a trop vite fait avec cette littérature dite pour les enfants : Ungerer méritait mieux depuis longtemps et Mme Kim a réussi à nous le présenter en préservant les sentiments d’étrangeté que son œuvre de « raconteur double » engage auprès de tous ses lecteurs. SM conclut en espérant que Mme Kim continuera sa recherche en proposant ici et au public coréen ce grand auteur et beaucoup d’autres, sans jamais altérer la force étrange toujours spécifique de leur « racontage-montage » comme elle y a profondément réussi dans ce travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.