Archives de catégorie : 0. Actualités

Brouillons d’auteurs en littérature de jeunesse

Un appel à communication intéressant :

Appel à com JE brouillons jeunesse bilingue

On suivra ce colloque de près ! Je voudrais néanmoins signaler un oubli de taille dans les références de l’appel : le travail considérable d’ores et déjà réalisé par Jean PERROT avec les Carnets d’illustrateurs (Éd. du Cercle de la librairie, 2000. – 236 p. : ill. ; 22 cm + 1 cédérom PC/Mac. ISBN 2-7654-0793-2 : 426,37 F – 65 euro). Voir un compte rendu ici: http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-04-0124-010

Il faudrait également signaler la thèse de Christine Plu (2005) sur les carnets de Georges Lemoine.

 

 

Les artistes juifs de l’avant-garde russe et le livre pour enfants : 1890-1945

JPG - 25.1 koJPG - 27.5 koExposition conçue, réalisée et présentée par Ida PapiernikArtistes Juifs avant-garde russe livres enfants affiche

 

Derniers jours de l’exposition… Je reprends ci-dessous le texte de présentation sur le site du centre MEDEM (52 rue René Boulanger 75010 Paris 01 42 02 17 08 centre-medem.org ) :

Si ces artistes juifs sont célèbres pour leurs tableaux, leurs sculptures leurs poèmes, ce que l’on sait moins, c’est qu’ils ont participé à la révolution des idées, et à l’éducation des masses populaires à travers le livre pour enfants. Cette révolution fut tant littéraire que picturale. En toute bonne foi, ils ont œuvré aux côtés des révolutionnaires bolcheviques dans la jeune Union Soviétique, ayant été reconnus comme citoyens à part entière, à égalité avec l’ensemble des peuples de l’Union. Ils ont participé à la grande œuvre d’éducation des futurs citoyens à l’aide d’outils nouveaux : l’image depropagande et le livre. Continuer la lecture de Les artistes juifs de l’avant-garde russe et le livre pour enfants : 1890-1945

Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? (court compte rendu)

Ci-dessous le compte rendu d’un colloque récent réalisé par Sun Nyeo KIM, doctorante à Paris 3 Sorbonne nouvelle :

IMG_0397

Le colloque Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention ? a eu lieu pour examiner la manière de représenter la vie de famille et les liens familiaux dans et par la littérature de jeunesse : une journée en anglais le 27 novembre 2014 à l’université Paris 13, et, une autre journée en français le 28 à l’Institut Internationale Charles Perrault.

Pendant deux journées, les vingt-deux intervenant(e)s du monde entier ont fait des communications dans six thématiques : le changement du modèle familial ; la crise de la famille ; l’enfance familial et l’enfant adopté ; la représentation des lien familiaux : tradition et renouveau ; filiation, transmission, globalisation ; famille, littérature et société.

Parmi les nombres communications, dans la première journée, je me suis d’abord intéressée à la communication de Jan Van Coillie, L’image de la famille dans littérature de jeunesse flamande au 19e siècle. Par cela, on voit que l’évolution de la famille dans la société occidentale à cette époque a associé « l’autorité absolue aux relations d’affection » entre parents et enfants. Aussi elle peut se définir  comme « le passage d’un système de fonctionnement clos » qui montre une autorité absolue et une obéissance. Mais il existe aussi des liens d’affection et de tendresse. Dans cette évolution on peut voir des variations radicales de la tradition catholique vers l’idéologie libérale.

 

Dans la deuxième journée, j’ai particulièrement appris un nouveau thème par  Karine Roy, docteur en biologie, parmi les autres communications intéressantes, qui a parlé de « Remise en question des liens familiaux dans les fictions sur le clonage humaine » à travers les deux livres, Mósa Wòsa de Nathalie Le Gendre (Mango, 2003) et Unique de Alison Allen-Gray (Bayard, 2011). Dans et par les avancées scientifiques, le clonage, est devenu un nouveau mythe littéraire, qui pose de nombreuses questions à la vision traditionnelle de la famille : le bouleversement de la structure familiale remet en question la place du jeune clone, qui est un « nouveau type d’orphelin ». Ces  questions rejoignent le sujet de l’enfant sacrifié, de la quête d’identité, de la fratrie.

 

Pour ce colloque, moi-même j’ai fait une communication sur La famille dans les albums de Tomi Ungerer à travers trois fables autobiographiques de l’auteur: Les aventures de la famille Mellops (composé par cinq albums : 1957-1963.), Pas de baiser pour Maman (1973) et Flix (1997). Ces fables sont en échos avec ses œuvres autobiographiques comme La guerre comme à la guerre (1991), De père en fils (2002) et Mon Alsace (2006). En effet, la voix autobiographique de Tomi Ungerer se cache sous les fables. Dans ces fables, on voit le père idéalisé en rapport avec son absence dans l’enfance de l’auteur. La mère est liée à la nourriture et à l’affection mais aussi à la rose qui est la poétisation de l’auteur.  Par ailleurs, l’amour de la famille se continue et se transmet par la cohabitation de deux communautés différentes au-delà de l’amour familial qui aboutit à l’harmonie sociale et politique. Dans son « racontage », il n’y a pas vraiment d’ennemis ou d’adversaires, contrairement aux contes traditionnels, parce qu’Ungerer, comme il le dit souvent, « hait la haine ».

 

Le comité d’organisation du colloque, Rose-May Pham Dinh (professeur à l’université Paris 13 & Présidente IICP), prévient prochainement de la publication des actes du colloque.

 

L’image au cœur de la culture d’enfance ?

afreloce association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance

L’image au cœur de la culture d’enfance ?

Séminaire de recherche «Littérature et culture d’enfance» organisé en collaboration avec le département LiLa (littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2014-2015

L’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce) organise depuis octobre 2010 un séminaire de recherche à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, en partenariat avec le département Littérature et Langages. Des rencontres régulières autour de la littérature et de la culture d’enfance ont permis de créer un espace de réflexion et de discussion.

En 2014-2015, le séminaire propose d’interroger l’image dans sa relation censément privilégiée avec l’enfance. Il abordera l’illustration, l’album, les films d’animation, le cinéma, la télévision, la publicité, les jeux vidéos, etc., notamment sous les aspects suivants : techniques d’impression, histoire de l’illustration, pédagogie de l’image, psychologie, neurosciences. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés. Le séminaire est ouvert à tous.

Samedi 18 octobre 2014
Sophie Jehel (Université de Paris 8) : La culture médiatique des préadolescents : entre transmission parentale et normes des pairs

Samedi 22 novembre 2014
atelier doctoral :
Julien Baudry (Paris 7) : Alain Saint-Ogan : du dessin de presse à la culture enfantine
Céline Meulien (EHESS) : Images d’enfants dans le maga- zine Femina autour de 1900-1902

Samedi 13 décembre 2014
Annie Renonciat (ENS Lyon) : La pédagogie par l’image

Samedi 24 janvier 2015
Arnaud Cachia (Université Paris Descartes – IUF) : L’image à l’épreuve des neurosciences : l’enfant, le cerveau et les processus cognitifs

Samedi 14 mars 2015

L’enfant et les images : séance « hors les murs » à la Biblio- thèque des Arts Décoratifs (111 rue de Rivoli), avec Laure Haberschill (responsable des fonds patrimoniaux) et Lysiane Allinieu (responsable des périodiques et éphémères)

Samedi 11 avril 2015
Cécile Boulaire (Université François-Rabelais, Tours) : Les Pe- tits Livres d’or: des images américaines pour des albums français en pleine guerre froide

Samedi 16 mai 2015
Bérénice Bonhomme (Toulouse 2 Le Mirail) : Réflexions sur le cinéma d’animation

Séminaire mensuel organisé par Mathilde Lévêque (Université Paris 13) & Déborah Lévy-Bertherat (ENS) 10h-13h salle Beckett École normale supérieure 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Le 15 octobre 2014 à Paris 3 : Paroles possibles

 

Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures

 

le 15 octobre 2014

 

01.jpg
Journée d’EtudesLieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e
 
Organisateurs : Olivier Lumbroso & Serge Martin 

EA 2288 – DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
groupe “Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques” (LAPAD)
Présentation :
Cette journée d’études fera un état des lieux des questions que soulèvent les pratiques d’enseignement des littératures en didactique des langues et des cultures.A l’ère du tournant mondial, des nouveaux médias et du marché des langues, quelles sont les forces des littératures exposées à la crise des humanités et à la marchandisation des objets culturels ? A côté des idéologies de la communication rentable, à l’œuvre dans certaines offres de formations aux langues cultures, d’autres pratiques valorisent la réflexion sur les « détours » (Julien, 1995), les « bricolages » (Lévi-Strauss, 1962), les « tactiques » et « braconnages » (De Certeau, 1980) que les apprenants comme les enseignants convoquent pour faire du texte reçu un espace de transaction entre des identités et des altérités.

L’épine dorsale de cette journée d’études résidera dans l’examen d’une hypothèse forte en lien avec ces pratiques : ne serait-il pas profitable de repenser les « relations d’expérience » aux littératures ? Expériences plurielles, singulières et en partage qui créent le questionnement fertile de l’apprenant. En effet, éclairer les expériences sociales et artistiques des littératures engage à réinterroger les usages de notions critiques pensées séparément, qui, en pratique, résistent pourtant aux cloisonnements : langues et énonciations ; textes et façons de lire ; écritures et manières de dire ; traces et arts de la parole… Cette hypothèse directrice pourrait être débattue à partir des pistes suivantes :

  • Comment les expériences problématisent-elles la transmission, en nourrissant une tension entre acquisition et exploration, reconfiguration et identification ?
  • Quelles sont les relations entre l’expérience et la créativité littéraires à la fois comme distance réflexive et essai d’une réalisation ?
  • Quelles sont les relations de l’expérience et de la performance littéraire organisant le lien entre corps et langage, implication et réflexivité ?
  • Le geste littéraire, en tant qu’expérience de l’actio, ne défait-il pas les oppositions entre mémoire et désir, oralité et écriture ?

Ces questionnements viseront à dessiner un univers expérientiel définissant notre réflexion théorique à la croisée de plusieurs domaines : historique et comparatistes anthropologiques et sociopolitiques, poétiques enfin au sens où l’expérience artistique renouvelle la relation du sujet à lui-même, aux autres cultures et aux autres langues du monde.

La journée croisera des communications dans lesquelles les membres de l’équipe et des invités extérieurs tenteront de formuler les perspectives d’un chantier pour l’avenir, pouvant prendre la forme d’un projet ANR : celui d’un enseignement/apprentissage des littératures au cœur des formations aux langues et cultures. Les doctorants et les étudiants seront conviés à assister à la journée d’étude. Plus largement, cette journée d’études est aussi ouverte aux professeurs de français s’interrogeant sur leurs pratiques et leurs disciplines.

PROGRAMMEpage2image848

-9h00 : Accueil du public
-9h10 : Ouverture par Olivier LUMBROSO & Serge MARTIN (organisateurs)

-9h15 : Introduction par Valérie SPAETH (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle), directrice du DILTEC

                        ________________________________

Modérateur : Ève-Marie ROLLINAT-LEVASSEUR

-9h30 : Emmanuel FRAISSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Les humanités en crise: une affaire française ou une tendance mondiale ? »

-10h10 : Serge MARTIN (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Histoires de voix : poétique de la relation et didactique des réénonciations »

-10h50 : Olivier LUMBROSO (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) et Fabrice POLI (IGEN, Groupe des Lettres): «Manuels de français dans le monde et contextes locaux. Les exemples de la Chine et de Djibouti »

-11h30 : Pause café _______________

-11h45 : Synthèse du premier grand témoin : Dominique RABATÉ (Université Paris Diderot Paris-7 et IUF)

      _______________

-12h30-14h00 : Déjeuner _______________

Modérateur : François VANOOSTHUYSE

-14h15 : Anne GODARD (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Compétence littéraire, langue, réflexivité : enjeux de la littérature dans l’enseignement du FLE »

-15h00 : Table ronde : « Quelles approches des littératures en didactique des langues et des cultures ? » avec Aline BERGÉ, Jean-Christophe SAMPIERI et François VANOOSTHUYSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) – Débat animé par È.-M. ROLLINAT-LEVASSEUR

-16h00: Cécile LEGUY (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle): «Quelle place pour la littérature orale dans l’apprentissage des langues/cultures du monde ? »page2image14752page2image14912

-16h40-16h50 : Pause ________________

-16h50-17h30 : Synthèse du second grand témoin : Violaine HOUDART-MEROT (Université de Cergy-Pontoise)

-17h30-17h45 : échanges et clôture _________________________

Comité scientifique : Emmanuel Fraisse, Violaine Houdard-Merot, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Dominique Rabaté, Valérie Spaëth.

Captation filmique de la journée par le service TICE de l’ENEAD.
La participation des doctorant(e)s est validable au titre de la formation doctorale.

Illustration de couverture : Jean-Luc Parant, Les mots et les mains, 1992, brouillons, tapuscrits, cire à cacheter et filasse sur bois. (Avec l’aimable autorisation de l’auteur)

http://www.univ-paris3.fr/paroles-possibles-pratiques-des-litteratures-en-didactique-des-langues-et-des-cultures-287858.kjsp?RH=1233068248160

Actes de la journée d’études Reims 16/11/2010 : enseigner la littérature aujourd’hui

On peut lire les actes en ligne à l’adresse suivante :

http://oblit.hypotheses.org/communications-ell

L’argumentaire est ici:

http://oblit.hypotheses.org/argumentaire-ell

Remarques rapides à partir de cet argumentaire – il faudrait ouvrir des discussions bien plus larges :

1. Choisir la notion d’ “objet littérature” (de “littérature” au singulier) constitue une orientation faible et réductrice (la notion de “discipline” est ainsi évoquée) puisqu’elle renouvelle les opérations traditionnelles de “défense” et “repli” au lieu de penser des reconfigurations nécessaires:

le cinéma, le théâtre, le performances et autres “faits littéraires” nombreux et pluriels, traditionnels et contemporains, lointains et proches, indus voire infimes et commercialisés… demanderaient de repenser non en termes d’objet qui, plus est, au singulier : il en manque toujours (d’où la schizophrénie entre empilement dans des programmes inapplicables et le réductionnisme sourd se repliant sur un conservatisme) ; par ailleurs, on présuppose alors une maîtrise possible qui ouvre à fou sels scientistes et technicisées pédagogiques… Je préfèrerais qu’on parle donc de faits littéraires comme relation sujets, au pluriel, car il faudrait observer les constellations de subjectivations à l’oeuvre entre sujets du savoir, sujets de l’apprentissage, sujets de l’institution littéraire, sujets du langage… Du moins, parlons de littératures…

2. La pédagogie est toujours aperçue comme “approche” et non comme pratique ou mieux “expérience” au sens de John Dewey. On suppose donc toujours qu’il y a discontinuité et non continuum entre des points de vue dont l’enjeu reste le “pouvoir” (pour ne pas voir les points de vue, les conflits, les hétérogénéités, les singularités…) et non le “pour voir” et donc l’expérience des relations qui engagerait alors les transmissions dans une relation de relations.

Notes trop rapides mais je reviendrai sur quelques pistes de réflexion offertes par ce travail de réflexion tout à fait bienvenu à condition qu’il historicise bien d’autres réflexions déjà conduites dans le passé ici et là – un peu gêné par la seule référence à Genette dans cet argumentaire…

Le Clézio : deux nouvelles enfin disponibles

Le Mercure de France réédite le 3 avril 2014 «”Mydriase” suivi de “Vers les icebergs”», deux courts textes qui relèvent, selon Le Clézio, de sa «période Michaux». (voir l’entretien  de Le Clézio dans Libération du 26 avril 2014 : http://www.liberation.fr/livres/2014/03/26/ecrire-ajoute-des-jours-a-ma-vie_990470)

J’ai écrit un article à propos d’une de ces deux nouvelles initialement publiées dans la revue de Georges Lambrichs, les Cahiers du Chemin : « Une relation critique : la voix du poème (Vers les icebergs de J.M.G. Le Clézio) », Roman 20-50 n° 55 (« J.-M. G. Le Clézio »), Presses universitaires Septentrion, juin 2013, p. 103-111. On peut le lire ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/search/label/Le%20Clézio

 

Oralité du poème et situations didactiques

Journée d’étude internationale

Oralité du poème et situations didactiques

Enseigner la poésie de la maternelle à l’université : corpus, modalités, oralisation

Organisation : Traverses 19-21, composante CEDILIT (Centre de recherche en didactique de la littérature), séminaire ETPA (Enseigner le théâtre et la poésie d’aujourd’hui)

Présentation

Qu’est-ce qui de l’expérience poétique du langage et de l’imaginaire s’enseigne, se transmet, se modélise, se construit? Quelles compétences transférables s’acquièrent en lisant des poèmes à l’école? Faut-il cultiver des postures spéci- fiques à la réception de la poésie? Quelle peut et doit être la part de l’oral dans cet enseignement?

Cette journée vise à questionner des pratiques réelles, de la maternelle au lycée, au regard des corpus poétiques contemporains, et en compagnie d’auteurs. La question directrice est celle de l’oral : comment reconnaître la voix du poème, l’actualiser, la partager? Qu’est-ce qui en poésie s’écoute, s’entend, se déclame, se dit? Dire le poème ou l’expliquer, est-ce révéler son oralité?

Des chercheurs en didactique venus de Bordeaux, Arras, Chambéry, Toulouse, et du Brésil, se questionnent sur l’enseignement actuel de la poésie. Ils examinent en particulier comment est considérée la voix du poème et jusqu’à quel point la didactisation de l’oral se saisit du fait poétique. En matinée, la parole est donnée notamment à Françoise Morvan, poète, traductrice de poésie, engagée aux édi- tions Mémo. La journée se veut ponctuée de poèmes, en particulier à 14 h, quand le poète Fred Griot présente son point de vue sur la question de la voix.

Contact : nathalie.rannou@u-grenoble3.fr
Inscriptions : magali.brunelventur@free.fr
Valorisation : stephanie-ludivine.raimondo@u-grenoble3.fr

Mercredi 19 mars 2014 de 9h à 18h

Maison des Sciences de l’Homme-Alpes

Toutes informations à cette adresse : http://w3.u-grenoble3.fr/traverses

On a hâte de lire les comptes rendus de cette journée et en attendant on peut relire les billets de ce carnet de recherche ici : http://littecol.hypotheses.org/category/experiences/faire-poeme

page1image57656 page1image57816 page1image57976 page1image58136 page1image58296 page1image58456 page1image58616 page1image58776 page1image58936 page1image59096 page1image59256 page1image59416 page1image59576 page1image59736 page1image59896 page1image60056

Contes et théâtre de jeunesse : des réécritures spécifiques ?

 

8h45 : Accueil

9h : Isabelle De Peretti et Béatrice Ferrier, « Introduction »

Relectures contemporaines

9h15 : Sylviane Ahr, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université de Cergy- Pontoise, « Du conte au théâtre : quelles valeurs transmises par la lecture scolaire ? »

9h45 : Florence Gaiotti, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université d’Artois, « Quand le conte devient un « album théâtre » : études de quelques belles au bois dormant. »

10h15 : discussion 10h30 : pause

Perspectives historiques

10h45 : Evelyne Jacquelin, maitre de conférences en études germaniques, université d’Artois, « Blanche Neige sur la scène du pédagogue : une réécriture d’Albert Ludwig Grimm (1809) dans le contexte du Romantisme allemand. »

11h15 : Béatrice Ferrier, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université d’Artois, « Cendrillon en scène : de Perrault à Pommerat. »

11h45 : discussion 12h15-13h45 : déjeuner

Mises en scène de l’oralité

14h : Bochra Charnay, docteure en littérature française, université d’Artois, « Reconfigurations dialogiques de Barbe Bleue : du dicible au visible. »

14h 30 : Françoise Heulot-Petit, maitre de conférences en arts du spectacle, université d’Artois, « Si la guerre m’était contée… »

15h : Stanka Pavlova, docteure en arts du spectacle, université d’Artois, « “J’ai une soif de baleine dans mon ventre”, réécrire le chant des sirènes d’après La Petite Sirène d’Andersen. »

15h30-16h : Discussion et synthèse

Albums – Bande dessinée et immigration. 1913-2013

Une très belle et importante exposition. Je reprends ci-dessous l’essentiel des éléments donnés par le Musée de l’histoire de l’immigration. Des documents passionnants complètent ces premiers éléments en allant sur le site dont l’adresse figure ci-dessous. Il va sans dire que cette exposition s’inscrit dans nos préoccupations concernant les carnets et les relations (voir Ici et ailleurs. Avec François Place, L’atelier du grand tétras, 2012, ainsi que ces billets : http://ver.hypotheses.org/777  ; http://littecol.hypotheses.org/343). Je reviendrai ultérieurement sur cette exposition.

À travers plus de 500 pièces et documents originaux, planches de bande dessinée, esquisses et croquis préparatoires, films d’animation, entretiens filmés et autres photographies et documents d’archives, l’exposition se propose d’envisager le phénomène migratoire dans la bande dessinée. Elle est présentée du mercredi 16 Octobre 2013 au dimanche 27 Avril 2014.

Trois séquences rythment le parcours :

  • La première étudie, au regard de l’histoire des migrations depuis le début du XXe siècle, les trajectoires spectaculaires de certains auteurs. De Georges McManus à Marguerite Abouet et Clément Oubrerie en passant par René Goscinny et Albert Uderzo, Enki Bilal, Farid Boudjellal, Clément Baloup ou Marjane Satrapi…
  • La deuxième envisage les enjeux de la représentation d’une question sensible et le choix des genres utilisés : de l’auto-fiction à la BD-reportage. Elle détaille les sources de documentation, les références visuelles et les différentes ébauches nécessaires à l’élaboration de la planche de bande dessinée.
  • La troisième enfin, envisage images et archétypes de la figure du migrant et analyse les constantes de représentation des différentes phases migratoires.
  • La conclusion est donnée par l’œuvre de Shaun Tan, Là où vont nos pères, récit onirique et métaphore universelle du parcours du migrant.

Le catalogue est une co-édition Musée de l’immigration/ Futuropolis, octobre 2013, 26€

Coordination scientifique : Vincent Marie et Gilles Ollivier • Avant propos de Pascal Ory
Très richement illustré, le catalogue de l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration 1913-2013 constitue une première tentative d’établir une chronologie precise, didactique et richement illustrée de la manière dont la bande déssinée s’est emparée du thème de l’immigration, les parcours des auteurs personnellement liés ou non à l’immigration, les mécanismes et caractéristiques de la “fabrique” du sujet “immigration” dans la BD, et les représentations et imaginaires que ce corpus véhicule, suggère, invente etc.

  • Lire l’introduction du catalogue de Vincent Marie et Gilles ollivier (commissaires de l’exposition), BD et immigration, une histoire de contacts Télécharger
  • Lire l’article de Vincent Marie, Quand la bande dessinée témoigne des migrations : entre autobiographie et reportage Télécharger

Entretenir l’attention avec le linge

Ce sont vingt-cinq légendes, petites histoires au présent des sensations, racontées par Amandine Marembert qu’accompagnent les encres bleues de Valérie Linder. Le titre met les gestes du côté du linge : on le sait, il “sèche” et il a  une “peau” mordue par les pinces qui “sont lèvres”. Mais il faut aussi mettre les gestes du côté du livre – ce qu’il nous fait à nous lecteurs, lectrices :  gestes d’écoute à ce qui l’est si rarement. Alors ce livre est une attention à celle qui “trie”, “détache” puis à toutes “les mains des mères” qui “viennent plier repasser”. Ce livre est aussi une attention à des gestes continués : de mère à fille, de grand-mère à petite fille et de mère à mère dans des gestes qui “se superposent”. Ce livre touche par tous ses plis aux corps qui touchent au linge pas seulement pour s’en vêtir ou y dormir mais aussi pour l’entretenir : ce livre touche juste et on espère qu’il touchera aussi ceux qui ne touchent au linge qu’une fois lavé, repassé, rangé… Ce livre est un livre d’entretien : une voix nous tient dans les voix de celles qui font “le ménage du linge” ou “une heure de repassage”. Et le livre nous dit de répondre aux gestes du linge : il demande à toutes les mains de le lire en relation. C’est un poème parce qu’un poème ça sert à vivre mieux.

 

Amandine Marembert, Valérie Linder, Les gestes du linge, Esperluette éditions, 2013.