Archives de catégorie : 0. Actualités

Présences animales dans les mondes de l’enfance

1521501_585128434869780_2046442599_n

Le n° 34 des Cahiers Robinson (deuxième semestre 2013), Présences animales dans les mondes de l’enfance, sous la direction de Florence Gaiotti, est paru.

Quatrième de couverture :

La présence de l’animal dans la culture d’enfance s’impose comme une évidence, qui ne saurait empêcher une véritable réflexion sur la signification et les enjeux de cette permanence. Figure de l’homme ou du petit homme, véhicule de transmission morale, objet transitionnel, l’animal assume de multiples fonctions.
A partir d’exemples multiples – des contes traditionnels au théâtre contemporain, des mémoires d’animaux à la fantasy, du roman scolaire au documentaire animalier – ce numéro pose des jalons pour de nouvelles interrogations. Les réflexions rassemblées ici prennent aussi appui sur les études contemporaines concernant la question animale pour tenter de définir la manière dont l’enfant est invité à se construire à travers l’animal ou avec lui, dans une proximité qui interroge sa part fondamentale d’animalité.

Sommaire :

Florence Gaiotti : Présences animales dans les mondes de l’enfance

Bochra Charnay : Les animaux reconnaissants dans le conte oral traditionnel

Valentine Depauw : La figure de la bête dans les contes des XVIIe et XVIIIe siècles

Guillemette Tison : Le bestiaire des écoliers de la IIIe République

Michel Manson : Quand les animaux écrivent pour les enfants

Eléonore Haimade : A bord de quelques arches de Noé

Laurence Messionnier : La Grande Guerre et l’exploitation de l’animal

Eric Bartatay : Vivre la Grande Guerre avec le chien Flambeau

Jlie Saint-Hillier : L’enfant et la bête chez Kessel

Serge Martin : La voix animale, une reprise d’oralité (on peut lire une version de cet article ici : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2013/12/la-voix-animale-une-reprise-doralite.html)

Sandrine Le Pors : Le théâtre jeune public à l’épreuve de l’animal

Marie Garre-Nicoara : L’animal dans la marionnette contemporaine

Isabelle Casta : L’animalité métaphorique en dark fantasy

Isabelle Olivier : Animaux philosophiques chez Philip Pullman

Christine Prevost : Le discours éthologique à hauteur d’enfant

Varia

Roland Carrée : L’enfant, le regard et l’eau dans le cinéma italien (1990-2000)

 

n°ISSN 1253-6806
prix: 16 euros
vente et abonnement au:
Secrétariat Recherche Lettres, Cahiers Robinson
Université d’Artois
9 rue du Temple, 62030 Arras Cedex
tél : 03 21 60 38 26/ fax : 03 21 60 37 29
la revue paraît deux fois par an

tarifs
16 euros franco (18 euros hors U.E.) à partir du n°23
14 euros (16 euros hors U.E.) du n°1 au n°22
abonnement (deux numéros) : 30 euros (34 euros hors U.E.)
tarif réduit pour les particuliers : 28 euros (30 euros hors U.E.)
règlement par chèque bancaire ou postal libellé à l’ordre de l’agent comptable de l’Université d’Artois

 

Rires en francophonie

Rires en franco couv 2

 

Dans cet ensemble Rires en francophonie rassemblé par Violaine Houdart-Mérot dans la collection CRTF des éditions Encrage Université, on peut lire quelques contributions qui concernent plus particulièrement la littérature de jeunesse:

– Anne-Marie Petitjean y analyse “l’humour anglais pour enfants français” ;

– Serge Martin y associer “Benjamin Rabier et Philippe Corentin” autour d’une “vache qui rit jaune” ;

– Patrick Joole associe “rire et lire” pour observer “le rire réflexif dans la littérature francophone pour la jeunesse” ;

– Pierre-Louis Fort observe “le rire au service du conte dans le théâtre jeunesse de Jean-Claude Grumberg”.

Mais c’est vers l’ensemble de ce collectif qu’il faut s’adresser pour concevoir des définitions problématiques et évolutives du rire, penser la fonction insurrectionnelle et la fonction cathartique et enfin associer rire et coopération du lecteur.

Un très bel ensemble qui affiche un détail de “l’intrigue” de James Ensor en couverture pour mieux y aller voir…

Dictionnaire du livre de jeunesse

Dirigé par Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot, cet ouvrage de référence riche de 1 034 notices vient de paraître aux éditions du Cercle de la librairie.

C’est en 2001 qu’Isabelle Nières-Chevrel et Jean Perrot ont décidé de s’atteler à une publication d’envergure: un Dictionnaire du livre de jeunesse, dont aucun équivalent actualisé n’existait. Cet ouvrage de mille pages, d’«Abécédaire» à «Zozo la tornade» vient de paraître aux éditions du Cercle de la librairie.

Alors que la majorité des 1034 notices évoquent principalement auteurs et illustrateurs, le dictionnaire consacre aussi des passages aux éditeurs et collections qui ont compté pour le livre de jeunesse.

Dans l’introduction, les directeurs soulignent que l’ouvrage est à destination des «simples curieux […] amateurs de livres anciens, professionnels du livre et plus largement de la communauté des chercheurs».

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

Vient de paraître le numéro 5 de la revue Strenae que j’ai dirigé avec ma collègue Florence Gaiotti – nous y avons travaillé pendant deux ans et voici le résultat que je suis heureux de présenter aux lecteurs du carnet. J’y ai rédigé deux articles dont le premier constitue une lecture du texte de Benjamin, “Le raconteur”, ainsi qu’une tentative de théorisation de la littérature par ce concept offert par Benjamin et qu’à ma connaissance personne n’a à ce jour vraiment poursuivi en théorie de la littérature. Un long article sur le modèle du “Raconteur” de Benjamin tente de poursuivre cette théorisation avec une oeuvre singulière, celle de Malika Ferdjoukh. Bien évidemment, je tiens à souligner la qualité et la diversité des contributions qui constituent cette revue et à encourager chacun à feuilleter et à étudier ces travaux nombreux et divers rassemblés autour du texte de Benjamin.

On peut donc lire ou télécharger la revue en ligne à cette adresse:

http://strenae.revues.org/953

Je reproduis le sommaire ici – ce qui permet d’accéder directement à chaque article :

Strenae n° 5 | 2013

Les fables de la voix en littérature enfantine : actualités du Narrateur de Walter Benjamin

NOUVEAU : Master à distance recherche “Littératures d’enfance et de jeunesse”

Ma collègue Florence Gaiotti (Université d’Artois) me communique l’information suivante qui peut intéresser les étudiants lecteurs de ce carnet :

Les littératures de jeunesse, espaces d’exploration et de recherche

Professionnel(le) ou étudiant(e), vous souhaitez approfondir vos connaissances et vos réflexions sur la littérature de jeunesse, sur ses formes, son histoire, ses réalités éditoriales.

Vous voulez vous doter d’outils pertinents pour mener une véritable recherche sur ce champ particulièrement riche et complexe.

Vous êtes éloigné(e)d’un centre universitaire, en France ou à l’étranger.

Objectifs :

Ce Master Recherche, entièrement à distance, se donne pour objectif de doter les étudiants d’une formation solide dans le domaine des littératures d’enfance et de jeunesse, à travers l’exploration de son histoire, de ses évolutions et révolutions, de ses genres et de ses processus de création, ainsi que du champ éditorial concerné.

Débouchés :

Dans le cadre européen des études supérieures LMD, le grade de master sanctionne un niveau bac + 5. Le master «Littératures d’enfance et de jeunesse» relève de la voie recherche. En fonction de la mention obtenue, il permet de s’inscrire ensuite en doctorat.

Pré-requis :

L’inscription à cette formation à distance est réservée aux étudiants, en France et à l’étranger, qui ne peuvent pas suivre régulièrement un enseignement en présentiel pour des raisons spécifiques (activités professionnelles, état de santé ou éloignement géographique).

Le master est ouvert de plein droit aux étudiants diplômés en licence de Lettres (modernes ou classiques) et, après validation du dossier par la commission pédagogique ad hoc, aux titulaires d’un diplôme équivalent.

Il est également accessible au titre de la Validation des Acquis Professionnels (VAP) ou de l’Expérience (VAE).

Les étudiants étrangers peuvent s’inscrire soit par le biais du site campusfrance s’ils résident dans l’un des pays concernés, soit en contactant la direction des études de l’université pour recevoir le dossier de validation des études.

 

Brochure pdf à cette adresse:

http://esupweb.univ-artois.fr/com/LETTRES-ARTS_MASTER_LEJ.pdf

Grimm, Afanassiev : connus et oubliés

Actes du colloque organisé le 29 septembre 2011 par la BnF / Centre national de la littérature. Ce colloque organisé à l’occasion de la publication de la première édition critique de l‘édition de 1856 des contes des Frères Grimm et d’une nouvelle édition corrigée et augmentée des contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev a permis de découvrir ou redécouvrir des écrivains qui se passionnèrent pour le conte populaire, collectionneurs ou collecteurs allemands, autrichiens, russes, roumains, français qui contribuèrent à transmettre ces récits traditionnels et ouvrirent le chemin de nos collectages contemporains. C’est aussi l’occasion de s’interroger sur les diverses formes d’écritures, réécritures, transcriptions, traductions, délicats et parfois douloureux passages de l’oralité à l’écriture. Un cahier d’illustrations couleurs et une sélection de contes de Grimm et d’Alexandre Afanassiev ponctuent l’ouvrage.

23 €

 

sommaire

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/sommaire_coll_grimm.pdf

 

avant-propos

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/intro_coll_grimm.pdf

 

bon de commande

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/bdc_grimm.pdf

Littérature et culture de jeunesse : configuration des moeurs

Colloque

sous la direction de Christian CHELEBOURG et Francis MARCOIN

du 19 au 26 juin 2013

Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle

Le Château, 50210 Cerisy-la-Salle – France Tél : + 33 (0)2 33 46 91 66 // Fax : + 33 (0)2 33 46 11 39

Courriel : info.cerisy@ccic-cerisy.asso.fr

Site internet :

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/littjeunesse13.html

L’édification est l’une des grandes fonctions traditionnelles de la littérature de jeunesse. Longtemps confondue avec la simple morale, ses motivations et ses manifestations ont considérablement évolué avec l’émergence d’une industrie de masse des produits culturels destinés au jeune public. L’impératif dominant de récréation a notamment contraint l’édification à emprunter des voies toujours plus subtiles, toujours plus détournées qui, loin de lui ôter de son efficacité, l’ont rendue plus sournoisement opérante – plus dangereuse, pourrait-on dire. C’est une conviction très répandue que la formation et même le “formatage” des jeunes par les oeuvres qui les passionnent. Si leur efficacité à long terme mérite sans doute d’être questionnée, les modèles héroïques ou contre-héroïques proposés aux enfants et aux jeunes participent en effet, par le biais de la projection, à leur construction identitaire ; ils contribuent au moins un temps à configurer leur conception des moeurs et leur rapport à elles. Deux attitudes en découlent principalement, l’une visant à l’instrumentalisation du corpus à des fins d’éducation morale ou comportementale pouvant aller jusqu’au militantisme voire à la propagande, l’autre à une réaction artistique contre la précédente, induisant un rejet de l’édification comme de l’éducation, voire une recherche de la subversion. Cette tension conduit les acteurs de la vie culturelle et les maîtres à parfois se positionner à travers leurs choix selon des critères et en fonction d’objectifs qui méritent réflexion. C’est cet usage des oeuvres de jeunesse qui leur vaut principalement d’être encadrée par la loi et de faire l’objet d’une censure que vient relayer, depuis quelques années, un discours d’inspiration sanitaire fustigeant tantôt la télévision, tantôt les jeux vidéo ou l’usage d’internet. De tels relais sont possibles parce que la question de la configuration des moeurs installe les oeuvres destinées à la jeunesse au coeur du conflit entre la culture volontiers patrimoniale que s’attribue une société et celle qu’elle fabrique et diffuse par ses voies commerciales. C’est à ce titre un enjeu sociétal et même sociologique de première importance. De là une grille de lecture idéologique dont on a pu, au long de l’histoire, user et même abuser. De là aussi, chez des auteurs, des éditeurs ou des producteurs parfaitement conscients de leur rôle, des postures d’engagement dont il convient d’identifier les indicateurs comme de repérer les limites.

Ce colloque abordera donc tout à la fois l’histoire, la topique, la réception et la sociologie de la littérature et des médias culturels de jeunesse en se proposant pour objectif de cartographier et d’analyser les multiples voies qu’emprunte, dans ces oeuvres, ce que l’on a longtemps désigné sous le terme réducteur de moralité. Il sera également l’occasion de rencontres et d’échanges avec divers acteurs éducatifs et culturels normands qui pourront ainsi témoigner de leur expérience auprès des conférenciers et bénéficier en retour de leur expertise comme de leurs analyses.

Mercredi 19 juin

Après-midi: ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée: Présentation du Centre, des colloques et des participants

Jeudi 20 juin

Matin: Christian CHELEBOURG: Effets de lecture;

Marie-Hélène BAUER: Fantômette: vie privée, vie publique

Après-midi: Laurent BAZIN: Comme des dieux? Ethique et métaphysique dans le roman contemporain pour adolescents;

Laurent DÉOM: L’emprise du bien: discours critiques et présupposés moraux

Vendredi 21 juin

Matin: Caroline KLENSCH: There’s no place like home… A la redécouverte des valeurs de la famille;

Nathanaël WADBLED: La gentille petite fille n’existe pas. Cartographies merveilleuses de l’engagement féministe dans les voyages d’Alice, de Dorothy et d’Ariel

Après-midi: Marianne BERISSI: Le post-exotisme en littérature de jeunesse: l’oeuvre de Manuela Draeger;

Myriam BENDHIF-SYLLAS: Littérature de jeunesse et homosexualité?

Samedi 22 juin

Matin: Serge MEITINGER: A comme Association (P. Bottero, Ed. L’Homme) ou de l’Association comme principe de configuration des moeurs dans la culture de jeunesse: entre intrigue fantastique et modes de vie concrets;

Aurélie Lila PALAMA: S’épanouir avec Pierre Bottero

Après-midi: SÉANCE PUBLIQUE AU CENTRE CULTUREL JEAN LURÇAT DE SAINT-LÔ:

Francis MARCOIN: L’éducation des parents par la littérature de jeunesse;

Marie-Hélène INGLINROUTISSEAU:La morale? Et après ! Renversements éthiques dans les romans pour la jeunesse

Dimanche 23 juin

Matin: Lauriane PERZO: Le théâtre jeune public, un divertissement didactique;

Pierre-Louis FORT: Variations esthétiques, transformations morales? Le théâtre de Bruno Castan

Après-midi: Lydie LAROQUE: La portée morale du mythe biblique dans la littérature de jeunesse contemporaine. L’exemple de Jonas: de la morale religieuse à l’éthique;

Jean-Louis BISCHOFF: Valeurs et contre-valeurs de la mouvance hip-hop

Lundi 24 juin

Matin: Daniela DI CECCO: Du didactisme à la thérapie dans le roman contemporain pour adolescentes;

En présence d’une classe de 3ème du Collège Anne-Heurgon Desjardins de Cerisy-la-Salle:

Noémie BUDIN: Quand les bonnes moeurs se meurent: dépravation féerique dans l’imaginaire pour adolescents

Après-midi: Mariella COLIN: La littérature de jeunesse et la formation des “nouveaux Italiens” sous le fascisme;

Laurence OLIVIER-MESSONNIER: Le topos alsacien dans les albums de Guy Arnoux (1917-1918): inculcation du sentiment patriotique

Mardi 25 juin — Journée ouverte aux bibliothécaires de Normandie

Matin: Chantal LAPEYRE-DESMAISON: Roman historique et exemplarité: le cas de la série Les Colombes du Roi-Soleil d’Anne-Marie Desplat-Duc;

Edith PERRY: Voix / voies animales dans la littérature de jeunesse

Après-midi: Sébastien BERTRAND: Adolescence et mythologie: Saint Seiya, manga et “anime” éducatifs —

Table ronde: Travailler ensemble, animée par Catherine GENTILE (enseignante documentaliste, formatrice en littérature de jeunesse et en bande dessinée), avec François DAVID (directeur des Editions MØTUS et auteur) et Olivier THIÉBAUT (plasticien illustrateur)

Mercredi 26 juin

Matin: Max BUTLEN: La récréation morale face à la littérature de jeunesse (1980-2000)

Bilan du colloque et entretien avec les éditeurs

Après-midi: DÉPARTS

Avec le soutien

des Universités d’Artois et de Lorraine,

de la DRAC de Basse-Normandie (jumelage avec le collège de Cerisy),

du Centre régional des Lettres de Basse-Normandie,

du Conseil général de la Manche et de la ville de Saint-Lô

 

La littérature pour la jeunesse du Royaume-Uni

 

Journée d’étude

14eme Journée des livres en V.O. : le Royaume-Uni

La littérature pour la jeunesse du Royaume-Uni a toujours eu une très grande influence en France mais aussi dans le monde. Aujourd’hui encore ce sont les livres britanniques qui arrivent largement en tête des traductions. D’où vient cette hégémonie, qu’est-ce qui fait la force des raconteurs d’histoire d’Outre-Manche ? Comment cette littérature évolue-t-elle ? Quel est le poids des best-sellers, des concentrations éditoriales ? Comment ce patrimoine est-il conservé, valorisé ? Quelles sont les passerelles qui existent entre les deux pays ? L’anglais est la langue la plus enseignée en France mais la lecture de livres pour la jeunesse ne peut-elle pas, en particulier grâce à l’action des bibliothèques, offrir une action originale et efficace ? Comment favoriser cette lecture en V.O. ?

Le programme complet à cette adresse: http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/formation/2013/je_lire_vo_2013.pdf

Journée d’étude organisée par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse

Le dernier numéro de La Revue des livres pour enfants offre un beau dossier à ce propos. Sommaire complet à cette adresse :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/integration/JOIE/statique/pages/13_documents/revues/sommaire269.pdf

Vers une didactique de la culture écrite avec Jean-Louis Chiss : un itinéraire intellectuel

Je suis vraiment heureux de présenter le nouvel ouvrage de Jean-Louis Chiss : L’Ecrit, la lecture et l’écriture. Théories et didactiques, Paris, L’Harmattan, “Enfance & langages”, 2012 (achevé d’imprimer en mars 2013 ?).

Cet ouvrage vient, comme le dit son auteur, composer un itinéraire de plus de vingt-cinq ans d’écriture et de recherche (1980-2005) et ainsi reprend dix-huit études et interventions qui ont construit une démarche de linguiste et de didacticien. Autant de “problèmes” comme “chaque fois une contribution à la grande problématique du langage qui s’énonce dans les principaux thèmes traités” – je viens de citer Benveniste dans son “avant-propos” à ses Problèmes de linguistique générale 1  : les théories de la lecture, de l’écriture et plus généralement de la culture dont la littérature, et les didactiques de ces mêmes activités dans les contextes scolaires de la maternelle à l’université – comme on dit à la revue Le Français aujourd’hui dont Jean-Louis Chiss a été rédacteur en chef au début de la période considérée.

Dans une réciprocité constitutive et une subjectivation singulière qui associent un individu et des communautés, cet itinéraire intellectuel engage un sujet de la recherche et de l’intervention dans les controverses de cette époque tant au niveau des institutions académiques que des débats dits de société, et un objet de la recherche qui peu ou prou s’est constitué comme une démarche heuristique plus qu’un domaine délimité, en regard de bien des “questions” de l’enseignement, de l’apprentissage, de la culture. Un tel itinéraire, pour penser ces pratiques et ces théories, n’a cessé de penser les implications nécessaires à concevoir chaque fois situées, d’une théorie du langage et d’une pensée du continu des langues et des cultures, des théories et des didactiques.

L’ouvrage propose ainsi comme quatre moments de l’itinéraire qui offrent quatre lieux critiques à la fois successifs mais également concomitants et inséparables:

– les typologies textuelles/discursives et la didactique de l’écrit;

– l’oral et l’écrit sous le rapport de leur diversité et de leur qualité;

– la lecture et l’Ecole;

– le passage (voire les passages) des théories de l’écriture à la littératie vers une didactique de la culture écrite dans le contexte français et francophone.

On comprend bien qu’il me faudra revenir sur cet itinéraire, sur les moments et les lieux critiques qui impliquent son lecteur…

En attendant, le souhait est qu’avec la lecture de ce livre s’ouvre dans nos actualités (la création des ESPE, les débats sur les curricula, les fondamentaux, les méthodes, les disciplines et leurs sous-disciplines, les cultures, la mondialisation…) l’indispensable réflexion rétrospective pour que les urgences ne masquent pas les enjeux depuis longtemps au travail et qu’on ne peut esquiver sous peine de répétitions pénibles ou d’engouements trompeurs.

Cet ouvrage est un phare pour aujourd’hui parce qu’il agrandit ses possibles et augmente la réflexion sur ses enjeux.

Présences animales dans la littérature et la culture d’enfance

Journée d’étude

8 février 2013

Textes et cultures, Axe Littérature et culture d’enfance

Maison de la recherche, Salle des colloques. Arras,

Université d’Artois

8 février 2013

Maison de la recherche, Salle des colloques

Université d’Artois 9 rue du Temple, Arras

Organisatrice de la journée : Florence Gaiotti (fgaiotti@yahoo.com)

MATINÉE

9h- 9h15 : Accueil

9h15 : Introduction

9h30-10h05 : Bochra Charnay, L’animal reconnaissant dans les contes.

10h05- 10h40 : Valentine Depauw, La figure de la Bête dans les contes de fées de Madame d’Aulnoy et de Mme

Leprince de Beaumont: d’un lectorat adulte à un public enfantin.

PAUSE

11h-11h40 : Serge Martin, La voix animale : questions à l’anthropomorphisme en littérature enfantine

11h40-12h20 : Eléonore Hamaide, Cabotage et navigation à bord de quelques Arches de Noé.

APRÈS-MIDI

14h15- 14h50 : Christine Prévost , L’animal sauvage dans les feuilletons, programmes et séries télé, livres pour enfants dans les années 60 et 70.

14h50 – 15h30 : Sandrine Le Pors : Qui a peur du loup ? L’animalisation dans le théâtre jeune public.

15h 30- 16h10 : Isabelle Olivier, L’animalité comme miroir dans quelques romans de fantasy pour la jeunesse

16h15 : conclusion et perspectives

Recherches et formations en littérature de jeunesse

Max Butlen et Annick Lorant-Jolly (dir.), Recherches et formations en littérature de jeunesse État des lieux et perspectives, Actes du colloque organisé, le 11 juin 2011, par la Bibliothèque nationale de France/Centre national de la littérature pur la jeunesse – La Joie par les livres, l’Université de Cergy-Pontoise-IUFM/Centre de recherche textes et francophonies, Paris, BNF/CNLJ-JPL, 2012.

“Quelle littérature pour la jeunesse ?” : petit dossier autour d’un livre


Interview de Marie-Claire et Serge Martin par Béatrice Finet à propos de l’ouvrage Quelle littérature pour la jeunesse ? (“50 questions”, Klincksieck, 2009) publiée en avril 2009 sur le blog de Béatrice Finet accessible seulement aux adhérents du club “L’école aujourd’hui” (http://nathan-lea.customers.artful.net/blogs/)

 

1-Vous vous intéressez à la littérature jeunesse depuis une vingtaine d’années. Qu’est ce qui vous a poussé au début à étudier ce domaine auquel peu de monde prêtait attention?

Depuis bien plus de 20 ans ! c’est-à-dire depuis la publication de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak en 1967 en France, 1973 à l’École des loisirs, qui a entraîné une polémique en France. Depuis également les albums d’Enzo et Iela Mari qui étaient de véritables ouvrages d’art sans texte à la portée des enfants : nous parlons dans notre ouvrage bien évidemment de ces livres qui à des titres différents font le socle de notre « entrée » en littérature pour la jeunesse en excluant mais sans les oublier nos propres expériences enfantines…

2-Selon vous, quelles sont les caractéristiques d’un « bon « livre jeunesse ?

Dans notre réponse à la question 49 (« Pourquoi certaines œuvres lues dans l’enfance restent-elles actives toute une vie ? ») , nous y répondons directement mais en ayant auparavant suivi l’itinéraire de 48 questions dans un livre qui en compte 50 – c’est la règle de la collection ! Disons que d’abord, ce sont des livres qu’on ne peut ramener à rien de simple, des livres où les voix s’entremêlent même quand il n’y en a qu’une, et qui laissent la place à la surprise et à la bêtise. Notre livre s’achève ainsi : « Un chef-d’œuvre n’est pas fait pour être célébré mais pour œuvrer à continuer l’humanisation. Cela n’a pas d’âge. Cela demande toujours d’avoir plus d’avenir que de passé ». Les bons livres pour la jeunesse n’ont donc pas de repos…

3- Qu’est-ce qui caractérise la littérature jeunesse par rapport à la littérature « tout court » ou la littérature pour « adultes» ?

Rien si ce n’est qu’un secteur éditorial s’en occupe dans notre culture actuelle – ce qui n’est pas rien, que l’enfance et la jeunesse ont toujours été en littérature au sens où c’est ce qui s’invente dans les arts du langage n’a jamais pu ignorer l’enfance et la jeunesse en les inventant toujours, les rejouant dans des inventions langagières multiples qu’il ne faudrait jamais réduire aux simplismes ou enfantillages. Les comptines sont d’une redoutables difficulté quant à l’analyse et pourtant les enfants les plus petits y sont comme poisson dans l’eau vive ! Bref, l’intérêt de cette littérature c’est comme pour toute littérature de changer la littérature, l’idée qu’on en a… En ce sens, ce qui compte ce n’est pas la littérature mais les œuvres.

4- Vous avez notamment travaillé sur l’œuvre d’auteurs comme Claude Ponti ou Tomi Ungerer. Avez-vous des auteurs ou des œuvres préférés ? Lesquels ? Pourquoi ?

Oui, beaucoup ! Solotareff, Vaugelade, Sendak, Gabriele Vincent, Kitty Crowther pour les plus jeunes. Place, Kästner, Ferdjoukh, Isaac Bashevis Singer, etc. pour les plus grands.

Tout cela dans notre itinéraire et il y en aurait beaucoup d’autres à défendre et illustrer. Il n’y a pas d’histoire littéraire, il y a des parcours de lecteurs.

5- Y a-t-il des ouvrages incontournables en littérature jeunesse ? Lesquels ? Pourquoi ?

Les contes de Perrault, les fables de La Fontaine, les albums du Père Castor, les livres de Sendak et Mark Twain et Henri Bosco. Mais il faudrait discuter la notion d’incontournable : équivaut-elle  à celle de classique, d’indiscutable, d’indispensable… bref, il faut penser son historicité propre à chaque fois : d’où on parle et avec qui et pour qui…

6- En quoi est-ce important pour un enseignant de s’intéresser, de fréquenter la littérature jeunesse?

Voilà ! l’enseignant est avant out un professeur de lecture et il faudrait mettre un s à lecture parce qu’il doit chercher à encourager une pluralité des parcours, des modes, des prises critique sur la lecture, les lectures, toutes les lectures, des unes aux autres. Bref, ça demande une formation critique qui n’en finit pas d’apprendre… à lire !

7- Dans les programmes de juin 2008, les références à l’expression » littérature jeunesse » ont quasiment disparu au profit des expressions suivantes : » patrimoine » et « classiques de l’enfance ». Quelles sont , d’après vous les conséquences de ces différences sémantiques ?

Voilà un malheur mais les œuvres, les lectures et l’école, c’est souvent un défi fait à la fois aux enseignants et aux élèves ! depuis toujours certainement parce que l’école préfère le catéchisme à l’aventure, le modèle à la pluralité, le connu à l’inconnu. Mais il faut bien dire que si la littérature et l’enfance sont condamnées au passé et à la célébration, c’est la fin de la vie ! Ceci dit, il faut penser la tradition non comme du figé : on n’arrête pas d’inventer le passé en lisant, en écrivant, en parlant. Donc, les Programmes peuvent bien dire : on n’empêchera pas les élèves de lire et ils liront toujours au présent sauf quand ils font semblant pour faire plaisir à l’enseignant, aux parents, aux programmes… Mais pendant ce temps, ils font aussi autre chose : ils cherchent le vivant dans leurs lectures et cela il vaut mieux le savoir, l’accompagner, rebondir, résonner… Voilà l’école qui a de l’avenir, quand à celle qui n’a que du passé, on la laisse à ceux qui ne pensent qu’à leur pouvoir d’un jour.

8-Un des aspects essentiels de votre ouvrage semble être l’importance de l’oralité dans la littérature jeunesse. Pourquoi ce parti pris ?

Ce n’est pas un parti pris, c’est un point de vue qui s’oppose à tous ceux qui préfèrent le point de vue du discontinu : l’oral contre l’écrit, la forme à côté du sens, les images en regard du texte… nous préférons engager le point de vue du continu que les œuvres fortes obligent à prendre si on veut les suivre et c’est la voix qui porte ces « racontages » sans rien séparer (les images-le texte ; le langage-la vie…). Parce que ces racontages sont des énonciations qui emportent d’autres énonciations : les lectures deviennent des écritures, des écritures qui n’en finissent pas de faire la vie. Mais il faut aller aux exemples concrets que nous prenons comme avec Leo Lionni et bien d’autres pour comprendre que cette oralité n’est pas une oralisation…

9- Après une exposition à la B.N.F, de nombreux ouvrages de réflexion, de théorisation, dont le vôtre, consacrés à la littérature de jeunesse paraissent ces derniers temps. La littérature de jeunesse serait-elle en train de devenir « adulte », « un genre universitaire » ? Dans ce cas, ne court-elle pas certains risques ?

C’est tout le défi fait à la critique : soit elle est une manière de donner des rides avec du connu à ce qui doit rester vif ! mais les rides sont parfois plus belles que les masques qui cachent ou qui ne servent qu’à éviter la création de pensée. Les bons livres critiques, c’est comme les bons livres de littérature : ils valent par leur force d’interpellation, par l’engagement à poursuivre, à voir autrement, aller ailleurs, à écouter ce qu’on n’entendait pas encore… Il y a beaucoup de mauvaises critiques, de mauvais accompagnements parce que le risque c’est l’instrumentalisation mais quand on cherche à aiguiser l’écoute, alors la critique n’a qu’une conséquence : appeler les chefs-d’œuvre…

 

Notes critiques sur l’ouvrage (les articles en images peuvent être lus à cette adresse: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2009/11/quelle-litterature-pour-la-jeunesse.html) :

Note de Jean Perrot dans La Revue des livres pour enfants n° 247 de juin 2009.

Note de Sylvie Neeman dans Parole 2.09, revue de l’association romande de littérature pour l’enfance et la jeunesse, p. 19:

 

Note de Roger Berthet dans Web-Lettres :

http://www.weblettres.net/lecture/?cat=12&b=105

Parce que certains ouvrages semblent faits n’importe comment, on a envie de les lire n’importe comment. Et on a raison, un peu, au début !
S’agissant de littérature jeunesse, on peut avoir quelques idées et des questions. Justement le livre de Marie-Claire Martin et Serge Martin en proposent cinquante (50 !). On cherche les siennes dans la table des matières et on est surpris par celle-ci : question 20 « Que faire quand un livre vous saute à la figure ? ». Comment résister ? On lit alors une présentation palpitante d’un roman d’Hubert Mingarelli, Vie de sable, qu’on ne connaît pas et qu’on lit donc dans l’urgence. C’est une découverte. Une voix, une présence, une écriture ; on est bien loin d’une définition de la littérature pour la jeunesse convenue.
Il faut revenir à notre étude : dans la réponse à la même question (20) nous sautent aussi à la figure les livres-objets, livres animés qui se déploient en découpures magiques. Mais pourquoi Mingarelli et ces ouvrages-ci ? Ah ! il est aussi fait appel à Mallarmé et à Michaux. Ouf !
On cherche donc sagement une de « nos » questions, les auteurs l’abordent : question 6 « Qu’est-ce qu’un classique en littérature jeunesse ? ». Trois pages plus tard on n’est guère avancé, déconcerté sûrement. Il ne reste plus qu’une chose à faire : reprendre au début : question 1 « La littérature jeunesse est-elle un genre ? »
Alors les questions s’enchaînent et avec elles les réponses dont chacune contient l’analyse d’un ou plusieurs livres connus ou inconnus du lecteur. C’est tout l’enjeu du livre : « Rendre compte de ce qu’on appelle la littérature de jeunesse c’est se situer au carrefour de la rencontre avec tel ou tel livre pris à la production pour la jeunesse qu’on aimerait considérer à chaque fois comme une œuvre vivante, et de l’interrogation qui, partant de cette vie des œuvres, engage une perspective anthropologique, pour le moins interdisciplinaire. »
Les présentations sont claires, les commentaires bien plus touffus. On croit un moment se perdre dans un jargon d’analyse, mais l’ensemble est construit, cohérent alors même que la suite des questions paraît bizarre ou hasardeuse. C’est que les auteurs connaissent la littérature de jeunesse ET ses commentateurs les plus pointus. Ils n’hésitent jamais devant tel ou tel rapprochement avec la et les critiques. Les questions sont de quasi prétextes mais le plan est habile.
Il faut s’efforcer, relire parfois, mais à chaque page ou presque vous naît une envie de lecture, même la lecture d’albums pour les petits qui ne vous auraient jamais arrêtés en librairie (Monsieur le lièvre voulez-vous m’aider ?). La notion d’album est d’ailleurs éclairée, celle d’autofiction aussi, en lien avec les souvenirs d’enfance ; on comprend l’importance du rythme, celle de la voix, des voix comme notion centrale de cette étude, et celle des images, de la moralité, de la construction de l’identité, du racontage et du « Encore ! » à la fin de la lecture du soir…
Quant à savoir si « la littérature est vouée à la scolarisation », la question est évidemment posée (question 11). La réponse (mais ici on simplifie) parle d’une « situation de pédagogisation généralisée » et est en grande partie contenue dans une citation : « Une tendance lourde de la littérature de jeunesse est à une sur-instrumentation pédagogique et éducative. » (Paul Garapon, revue Esprit, 2002). On comprend pourquoi un Dictionnaire de la littérature jeunesse à l’usage des professeurs des écoles paru récemment n’est qu’un catalogue doublé d’un lexique sommaire de linguistique et d’analyse littéraire. Il peut au mieux servir… de catalogue. Mais on se rappelle aussi le numéro 462 (avril 2008) des Cahiers pédagogiques qui propose un ensemble de réflexions fort utiles sur les liens entre littérature pour la jeunesse et l’école. On y trouve en particulier des idées sur l’interdisciplinarité (« Chercher le vrai dans la littérature jeunesse » de Michel Zakhartchouk) et des propositions d’activités très intéressantes et diverses. De belles perspectives donc.
Avouons ! Le lecteur sort un peu étourdi de cette série de cinquante (50 !) réponses mais il est bien décidé à lire Momo, l’intégrale (Nadja) et à (re)lire Blanchot (convoqué entre autres détails pour commenter l’histoire de la souris Abel), à reprendre pour la énième fois Pinocchio et à utiliser à bon escient le numéro 462 des Cahiers pédagogiques.
Une dernière question : on se demande « Pourquoi Perec, pourtant cité, n’apparaît ni dans l’index ni dans la bibliographie ? » Mais cette disparition l’aurait sans doute amusé. Allons, ce qui est dit de lui vient, sauf erreur, de Penser/Classer paru chez Hachette en 1985.

Roger Berthet – 12 février 2009

Note de Livres au trésor (serveur malheureusement fermé depuis lors) :

http://www.livresautresor.net/centre/menuce1.php?page=6

Education enfantine – Juin 2009
Merveilleusement stimulant, le livre insiste sur la porosité d’un genre dont l’album s’est fait l’emblème, tandis que la “transgénéricité” de certaines œuvres, par exemple Les Aventures de Pinocchio, permet aux auteurs de montrer que l’essentiel réside dans une théâtralité relationnelle, celle qui fait passer l’œuvre de « bouche en bouche ».
– Patricia Nicolas

Laurent Mourey dans Europe n° 961, mai 2009p. 364-367.

La question du titre qui chapeaute et introduit les cinquante questions du livre de Marie-Claire et Serge Martin, Quelle littérature pour la jeunesse ?, n’est pas une question pour avoir réponse à tout, c’est un recommencement, au sens où il ne s’agit pas de fabriquer des réponses mais de penser ce que la littérature, l’écriture, la lecture ont d’actif ; la question se définit elle-même comme l’invention de problèmes, une démarche voisine de celle de Benveniste qui pose et examine des « problèmes de linguistique générale »[1]. Parce que, d’une manière profondément analogue à la méthode du linguiste penseur du discours et de « la subjectivité dans le langage », du langage non comme sémiotique mais comme activité, les auteurs de ce livre envisagent une critique de la conception de la littérature et de la lecture au travers de la théorie des genres et de ses avatars que sont la réception et la généricité. Précisons que le discours et la subjectivité ont été, sont, dans l’enseignement de la littérature, objectivés par les genres et la réception, l’apport de la pensée de Benveniste étant passé au filtre du structuralisme et de l’école de Constance, les discours à ceux des formes de discours et de l’intentionnalité. Entre autres Fiction et diction de Genette,Pour Une Esthétique de la réception de Jauss sont les horizons théoriques des programmes d’enseignement, horizons traversés et balisés de fonctions, de formes de discours, de typologies, d’attentes de lectorats plus que de lecteurs. Quelle littérature pour la jeunesse ? met ces scientismes en crise.

Cette question introductive est alors opératoire pour penser la subjectivité dans la littérature et travailler à des problèmes et à leurs enchaînements comme à leurs solidarités. Entre littérature et jeunesse, il y a bien la mise en mouvement (et en œuvre) de quelque chose que la réception aurait tendance à fixer et à barrer. C’est bien ce qui ressort de la trente quatrième question « l’horizon d’attente est-il l’âge de raison de la littérature pour la jeunesse ? » D’un côté, « la relation entre texte et lecteur comme […] procès établissant un rapport entre deux horizons ou opérant une fusion » (Jauss, cité p. 114) conditionne des identitarismes ou essences, de la littérature, de la jeunesse et des publics en général, les auteurs remarquant justement que « la constitution d’un public et donc d’un sujet collectif » (Ibid.) pose une série de problèmes, notamment celui d’empêcher de penser comment une écriture, dans sa spécificité, invente une lecture, ceci différemment chaque fois qu’il y un lecteur. Autrement dit, c’est sans doute la lecture plurielle qui est à penser, une œuvre en étant l’invention parce qu’elle est de l’ordre de valeur et de l’acte éthique (non au sens moral, mais à celui d’une subjectivité dans le langage) ; d’où le double enjeu de l’oralité et de la relation pour définir la lecture comme une « réénonciation, jouant une aventure du sujet, une subjectivation […] de l’ordre de l’inconnu, de l’aventure pleine et entière, d’une intersubjectivité, et encore plus certainement d’une transubjectivité.» (p. 116) Ceci est important pour ne plus faire de l’enseignement une autorité disant ce qu’il faut lire, mais une pédagogie ouvrant les lectures et amenant à se questionner sur la manière dont on lit, sur un comment lire recommencé dans chaque texte.

De fait on ira voir l’importante et suggestive bibliographie en fin de volume, lire chaque question pour s’apercevoir que ce livre est aussi un carnet de lectures montrant comment du sujet s’y construit, poursuivant une aventure de lecteurs. D’où un certain inachèvement appelant à recommencer, à poursuivre, continuer et à ne pas « [oublier] ce que peut un sujet de la lecture dans et par la voix-relation. » (p. 117) Sans aucun doute un livre qu’on lit est-il un livre où l’on met et donne de sa voix. Alors la littérature est telle que la jeunesse la change, comme la jeunesse est celle que permet chaque œuvre littéraire. La citation de l’excipit de Zazie dans le métro qui est certainement aussi un incipit est l’allégorie de ce mouvement de la relation : « – T’as vu le métro ? / Non. / Alors qu’est-ce que t’as fait ? / J’ai vieilli. » Le lecteur n’a lui non plus pas vu le métro : « Voilà bien une vérité d’expérience qui ne renvoie pas à une certaine objectivité ou pour le moins à la mesure exacte des choses… », commentent les auteurs, mais pas seulement : plutôt découvrent les auteurs – la « vérité d’expérience » étant cette expérience dans le langage que donne à penser Queneau et que Marie-Claire Martin et Serge Martin vont explorer.

Le problème des genres, et avec lui celui des traditions, étant posé, c’est celui des œuvres comme discours et activités spécifiques qui permet de déplacer le point de vue de l’objectivation à la subjectivation. Je retiens deux propositions faites au début du livre : « S’il y a mélange des genres avec la littérature de jeunesse, c’est quand elle fait œuvre, c’est-à-dire quand elle n’est plus un genre mais une activité qui fait événement autrement qu’à se retourner vers le passé ou à préparer un futur. » (p. 14) « L’enfant abandonné serait d’abord l’enfant actif dans et par son abandon au langage : voilà une hypothèse qui ne cessera de nourrir nos questions sur la littérature pour la jeunesse. » (p. 19) Où l’abandon ne se confond pas avec une psychologie, mais où il est « à la relation dans le langage, sujet du langage n’advenant que par cet abandon au langage tantôt mis dans la volubilité, tantôt dans la retenue. » (Ibid.) Et tout le livre est traversé par le concept de « racontage », concept heureux pour un bonheur des activités de raconter et d’écouter comme activités de la voix, et qui recommencent quand les enfants réclament « encore ! » au lieu de s’achever de manière tautologique en séparation d’un signifiant et d’un signifié, d’un sens et d’une forme, dans les comptages séquentiel et actanciel des schémas narratifs ou dans les racontars de la narratologie sur le discours narratif.

Ainsi un premier levier est la fable dont il ne faut pas oublier qu’elle est en premier lieu une activité de la parole, comme le conte est activité de « racontage ». Et La Fontaine et Perrault oscillant tous deux entre « les courants de la tradition didactique (fables) ou narratives (conte) » (p. 20), amènent à penser « le récit vivant, disons le conte fabuleux comme théâtre de voix dans une voix de raconteur, [engageant] l’enfant à voir, entendre et ainsi apprendre » (c’est moi qui souligne). Puis d’ajouter : « mais le récit porté par cette voix conteuse, engage aussi l’enfant à demander soit qu’on recommence le « (ra)contage », soit qu’on le récite tout ou partie, de façon à le mémoriser non seulement par cœur mais par corps, c’est-à-dire à son corps accueillant. » (p. 21-22) Voilà qui pousse à définir la fable non comme genre mais comme « mode de dire » et à penser non une moralisation, mais une relation dans et par ce mode de dire qui est transmission d’une transmission, un acte éthique. Mais voilà aussi qui pousse à un programme – non une programmation – d’étude, d’écoute de ce qu’on appelle la littérature jeunesse « comme une conceptualisation critique de tout ce qui engage le mouvement des œuvres et de leur lecture. » (p. 22)

On peut se pencher sur ces trois activités qui se croisent et sont les inséparables du discours ; voir, entendre, apprendre sont bien de l’ordre continu et ce continu engage à son tour une pédagogie, laquelle est relationnelle langagière discursive. C’est même tout le fabuleux de la lecture et de l’écriture. De là il y a à penser ce qu’est un « classique en littérature jeunesse » (question 6) et ce qu’est également un classique de l’école – une jeunesse de la littérature qui n’est pas pour l’école ou pour la jeunesse mais qui, si on la lit, l’entend, porte « à hauteur d’enfance », comme l’écrivent les auteurs. Ainsi chaque œuvre écrit – et non inscrit – chaque lecteur à son école : c’est bien la différence entre l’école des œuvres et les œuvres ou écritures scolaires que permet de penser Quelle Littérature pour la jeunesse ? Alors trois exemples (ceci est une expédition dans le livre) pour ce même continu (qui ne se réduit bien sûr pas à trois « termes »… mais se conçoit dans ces activités langagières ; sinon on arrête tout !). Les termes ne sont plus des termes mais des problèmes, avec souvent le plaisir à déjouer les « questions pièges ». D’abord, voir, avec notamment quatre questions (de 37 à 40 : « Un livre d’art pour enfants apprend-il à mieux se dire ? Comment les textes ont-ils des rapports aux images ? Les albums ont-ils toujours un texte ? Les albums sont-ils réservés aux lecteurs débutants ?) : voir est un rapport au langage quand les albums « obligent chacun à agrandir les oreilles, c’est-à-dire l’écoute de ce que nous font les œuvres » (p. 139). C’est bien ce qui s’insinue de langage, de « racontage » dans les images qui font parler et ne se réduisent pas à une « fonction » d’illustration, comme les auteurs l’écrivent à propos de contes illustrés de Ionesco : « leur force même de conte peut-être vérifiée dans l’édition illustrée et […] leur mouvement de répétition des images au texte et inversement vient comme rejouer ce que Gardaz appelle “un principe d’invention” propre aux contes eux-mêmes. » (p. 130) Ainsi les auteurs déjouent un dualisme entre visuel et textuel pour penser leurs rapports. Nous voilà tous lecteurs débutants dans la mesure où nous débutons notre lecture dans chaque image comme dans chaque texte. Puisqu’il s’agit encore toujours d’un nouveau lire (j’insiste sur l’activité) on entend toujours davantage : entendre, développer l’écoute du langage, des œuvres est bien ce qui se joue : à propos du roman d’Arnaud Cathrine, Mon Démon s’appelle Martin, nous partons « sur l’épaule d’une voix qui nous emporte » (p. 64) ; certainement alors les voix muent (question 17, « l’écriture à haute voix permet-elle aux adolescents de muer ? »), mais aussi les écritures, les lectures, à voix haute ou haute voix silencieuse : lire ensemble est une écoute des mutations de cette « voix pleine de voix » où l’on s’invente lecteur, sujet dans sa lecture ; les salles de classe deviennent alors les espaces de l’utopie. En ce sens il y a toujours à apprendre. Et Quelle littérature pour la jeunesse ? fait de l’apprentissage, des apprentissages, non des totalités de savoirs, mais des expériences, comme celles vécues au travers des documentaires « initiés par le père Castor : un accompagnement par la voix et le regard, l’une dans et par l’autre » (p. 112, question 33 « les documentaires sont-ils les seuls à faire découvrir le monde à leurs jeunes lecteurs ? ») ou avec L’Enfant et la rivière d’Henri Bosco, illustré par Georges Lemoine, roman dans lequel « le lecteur est emporté dans le remous d’une expérience langagière pleine de connaissance […] qui inclurait ici une ressemblance des intériorités entre le monde humain et le monde naturel. » (p. 112-113)

En somme nous nous embarquons, avec ce livre dans une anthropologie historique du langage, qui a beaucoup à apporter à la didactique, voisine aussi de celle de Meschonnic affirmée dans Critique du rythme[2]. La littérature de jeunesse trouve là mieux qu’une didactique, sa poétique, dans l’aventure d’une connaissance en mouvement de langage : si le lecteur « vieillit », c’est au sens où l’entend Zazie, en plein avenir, en pleine jeunesse… Alors si ce livre s’interrompt sur l’avenir, c’est qu’avec la littérature comme il l’envisage « cela n’a pas d’âge ». Et puisqu’ « un chef d’œuvre n’est pas fait pour être célébré mais pour œuvrer à continuer l’humanisation » (p. 171), nous n’avons plus qu’à recommencer ce livre. Son écriture, les lectures et les problèmes qu’il invente ont en eux quelque chose de ce que donne à penser le titre d’un des livres de poèmes de Serge Ritman (alias Serge Martin) : A L’Heure de tes naissances[3]. Alors combien de jeunesses dans quelles littératures ?

Laurent Mourey


[1] Emile Benveniste Problèmes de linguistique générale, vol. 1 & 2, Gallimard, 1966 et 1974.

[2] Henri Meschonnic Critique du rythme, anthropologie historique du langage, éditions Verdier, Lagrasse, 1982 ; réédité en collection Verdier poche en 2009.

[3] Serge Ritman A L’Heure de tes naissances, rimes et résonances, éditions de L’Atelier du Grand Tétras, Mont de Laval, 2007.

 

Philippe Païni dans Le Français aujourd’hui n° 165, juin 2009, p. 127-128.

Oui, mais la question se retourne aussi, et tourne dans tous les sens : quelle jeunesse pour la littérature ? quelle jeunesse de la littérature nous transforme ? Cinquante questions (c’est la règle de la collection) inventent ici une infinité de problèmes. Car il ne suffit pas d’apporter cinquante réponses pour tenir l’ensemble de ce que peut, et peut être, une littérature, des littératures tournées vers la jeunesse, vers les jeunesses. Inventer des problèmes, plutôt qu’apporter des réponses, est déjà porté par, et porteur d’une représentation de la lecture et de l’écriture comme activités critiques, activités de pensée qui entraînent un maintien en chantier des savoirs, en opposant aux vérités admises le développement des points de vue. Si bien que parlant littérature, on parle langage, on parle didactique. Et anthropologie, politique, éthique. Alors de la première à la dernière question (« Le lecteur de littérature de jeunesse a-t-il de l’avenir ? » qui est une façon de ne pas conclure, mais de recommencer), les notions bougent. La première, « La littérature pour la jeunesse est-elle un genre ? », engage aussitôt la question de la littérarité des œuvres littéraires dans leur ensemble, en ce sens qu’elles sont toujours, hors les classifications, une invite à « vivre la voix des œuvres en entendant aussi les voix dans la voix » (question 1, page 13 – par la suite, numéro de question et numéro de page). Une activité plurielle, éthique, plutôt qu’un produit, étiquetable. Alors « s’il est un genre qui peut prétendre emporter toute la littérature de jeunesse avec lui, c’est bien celui de la fable », mais dès lors la fable n’est plus un genre mais « un mode de dire » qui inclut et subordonne tous les genres à « cette force non assignable que réalise n’importe qu’elle fable quand elle fait de la voix son propos et son moyen » (1, 13). Et il y a là de quoi ici transformer radicalement la représentation du littéraire, partout, et d’abord à l’Ecole : puisqu’au discontinu du courant et du littéraire, du réel et de l’imaginaire, du vrai et du fictif, de l’objectif et du subjectif… est substitué le continu corps-langage, qui place le littéraire au cœur même du quotidien, de ce que c’est, quotidiennement, que parler. C’est à entendre dans, par exemple, les « formulettes » (4, 25) de cours de récréation, qui passent habituellement pour être sans écriture, ce qui ne tient que si l’on conserve inchangées les définitions dichotomiques du langage et de la vie, de l’oral et de l’écrit. Mais ici les définitions changent. Car ce livre n’est ni un panorama, ni un ouvrage de vulgarisation de savoirs scientifiques considérés comme acquis. Non, c’est un ouvrage de pensée. Et qui invente les outils de sa pensée. Et l’un des outils de pensée que nous fabriquent les auteurs, et qui sera du meilleur profit pour qui voudra mettre en perspective critique les représentations qui ont cours à l’Ecole, est le « racontage » (15, 57) : « une dramaturgie », celle de la fable, qui excède d’un côté la réduction à une « diction » et, de l’autre, « le fonctionnalisme qui enregistre le discontinu des catégories » (14, 53 et 54). Le « racontage » permet de tenir une des spécificités de la littérature de jeunesse qu’on évacue souvent en séparant ce que les œuvres inventent d’un seul rythme (même lorsque c’est à quatre mains), ce qui, ensemble, invente l’œuvre : « le racontage met l’illustration au régime de l’écoute » (15, 57). C’est-à-dire que la réénonciation – « passage du mouvement de la parole » (15, 59) – qu’est toute lecture fait entendre clairement que le silence du dessin est un plein de langage, tout comme le texte, et avec, est un plein de langage allant transformant qui lit, quand il devient qui parle sa lecture. La fable, comme « universel du langage » (15, 59), engage aussi une réflexion sur les fables du langage, une écoute du « racontage » des théoriciens. C’est un premier pas vers l’enseignement de la théorie du langage dont Henri Meschonnic à récemment rappelé l’urgence (voir : Henri Meschonnic, Dans le bois de la langue, éd. Laurence Teper, 2008). Il s’agit de sauter le pas. « On sait, depuis le mythe de Babel, que ces rêveries [les « hypothèses scientistes sur l’origine du langage » que François Place évoque dans son album Les derniers géants] portent en elles non des vérités mais des fables dont la force est dans le racontage et non dans un quelconque dévoilement d’origine » (28, 97). Parce que les savoirs d’aujourd’hui font les fables de demain, il y a à penser dès maintenant ce que nos représentations portent de fabuleux, vers un plaisir de la théorie, disons un plaisir du langage porté jusque dans la réflexion sur le langage. C’est ouvrir une aventure de sujet. A propos de « Mondo », la nouvelle de Le Clézio, on verra que les « passages de voix » n’autorisent pas à parler seulement de « narrateur ou de personnages : le sujet n’est pas une fonction narrative et encore moins une instance mais une instanciation » (29, 99). Ou bien ce sera la « grammaire des stéréotypes » (« divers schémas narratifs », « types majeurs de discours », « scénarios fondamentaux », « principales galeries de personnages », « motifs clés » – 35, 120) qui, voulant tenir le récit empêche d’entendre le racontage. Les auteurs proposent alors d’écouter « non le thème mais la thématisation comme un mode de dire le monde, les choses, la vie » (36, 122). Une activité de l’œuvre qui définit la reconnaissance non comme l’application de savoirs, un réinvestissemnet ad libitum des acquis, mais comme la connaissance nouvelle qu’entraîne une perte de ce que l’on sait devant, justement, les spécificités irréductibles de chaque œuvre : « ces histoires [celles de Christian Oster] nous demandent de douter qu’elles parlent de quelque chose quand elles ouvrent tout simplement une parole qui fait que nous ne savons plus vraiment de quoi nous parlons en en parlant. » (36, 123) Alors seulement, avec la modernité des œuvres (« leur activité au présent de la lecture » – 43, 149) « l’individuation » se fait « subjectivation » : nous faisant quitter « des représentations pour des inventions » (47, 162), l’éthique d’un lire qui est un vivre-dire contre le moralisme : « une société des loisirs et de la consommation, qui met tout au régime d’une rentabilité, enferme le didactique, y compris scolaire, dans une moralisation obligatoire plus qu’elle n’ouvre à une aventure éthique » (47, 159). Changer les points de vue est une proposition politique forte : Marie-Claire et Serge Martin proposent que l’on recherche, dans la thématisation des relations et dans le fait littéraire lui-même comme relation de relations, de quoi ouvrir le culturel à ce que peuvent les œuvres en leurs spécificités, plutôt que la reproduction et le maintien, par la plasticité des formes affectives, culturelles, sociales, d’un ordre qui met l’activité des œuvres au passé, à son passé, et fait du contemporain la caisse de résonance des catégories anciennes, jusque dans ce que les œuvres semblent porter d’anomique (lire toute la question 47 : « Les pères sont-ils devenus de grands enfants en littérature de jeunesse ? », p. 158 et suivantes, qui claque le bec aussi, incidemment, à qui voudrait encore opposer le littéraire-fictif-divertissement au quotidien-réel-sérieux, car où, mieux que dans les arts du langage, pourraient s’élaborer nos représentations concrètes ?).

En des temps où le passéisme est la dernière vision d’avenir, où le littéraire tourne au patrimonial, au testimonial et au testamentaire pour empailler son activité en produit culturel-cultuel, où les démagogies de toutes rives s’entendent à merveille pour maintenir les lieux communs les plus fréquentés et les plus stériles, « Quelle littérature pour la jeunesse ? » rafraîchit les idées et dans le lourd climat des défaitismes et des cynismes associés ravive le plaisir de penser ce que l’on fait de la littérature et de l’enfance. Plaisir évident des auteurs partis, et nous entraînant, à la découverte d’un continent littéraire encore peu (re)connu, et trop souvent classé dans la para- ou la sous-littérature. Plaisir qui donne envie de le partager, et d’aller voir ce qu’on ne connaît pas, et d’aller retrouver ce qu’on croyait connaître.

Philippe Païni

Note de Francis Marcoin dans Cahiers Robinson n° 27, avril 2010, p. 200-201. 

Quentin Blake sur France Culture

59 minutes d’émission sur France culture (à écouter ou télécharger)

Quentin Blake, le Bon Gros Géant de l’illustration jeunesse

par Catherine Guilyardi

Réalisation Nathalie Salles

Présentation sur le site de France Culture :

Vous ne connaissez peut–être pas son nom mais ses dessins n’ont pas pu vous échapper. A la fin des années 70, Roal Dahl, auteur à succès, décide d’associer Quentin Blake à ses histoires pour enfants. Blake offre à Dahl une identité visuelle devenue indissociable de ses textes. Le trait vif et acéré de l’illustrateur rappelle la caricature. Mais la poésie et la simplicité qui se dégagent du dessin de Quentin Blake évoquent Sempé. Il y a chez Blake ce même esprit d’enfant toujours prêt à jaillir d’un trait de plume. On retrouve cette bienveillance et cette légèreté quand on rencontre l’homme. En Grande-Bretagne, Lord Quentin est un géant tel le Bon Gros Géant de Dahl qui souffle des rêves, la nuit, dans la chambre des enfants. Il fête cette année ces 80 ans et, dans un français parfait, il revient pour les Ateliers de la création sur ses 60 ans de carrière dans l’illustration jeunesse.

Avec la participation exceptionnelle de François Morel qui fait vivre les textes de Roald Dahl et Quentin Blake, de “l’Enorme Crocodile” aux “Cacatoès”. Avec les dessinateurs Joann Sfar et Daniel Maja qui nous éclairent sur la technique et la sensibilité du grand frère anglais. Enregistré à Londres et Paris.

https://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-de-la-creation-quentin-blake-le-bon-gros-geant-de-l-illustration-jeunesse-2012-10

Site internet de Quentin Blake:

http://www.quentinblake.com/

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

Colloque international

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

(20-21e siècles)

Jeudi18 octobre 2012

BnF (Paris)

et

Vendredi 19 octobre 2012

Université de Paris – Nord 13

(Villetaneuse)

Colloque international co-organisé par la Bibliothèque nationale de

France et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand / Centre de

Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)

Avec la collaboration de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

et de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels

de l’enfance (AFRELOCE)

Colloque international

Enfants en temps de guerre

et littératures de jeunesse

(20-21e siècles)

Dans le cadre du programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil

(EVE), la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la

jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand/ Centre

de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) organisent le colloque

international consacré à

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècle)

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris) et

le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris – Nord 13 (Villetaneuse)

Avec le concours de l’Université Paris – Nord 13 (Villetaneuse) et de l’Association française de

recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

Quel champ de recherche ?

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité

qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. À cet

égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires

géographiques et culturelles mettent en scène telle guerre à partir du 20e siècle ou l’état

de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des

guerres.

Quelles questions ?

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges

plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en

particulier ainsi que les migrations contraintes soient très différemment représentées. Le

souci souvent consensuel de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée

même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de

comportements patriotiques? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction

des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi

l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation,

omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle

d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec

l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

Quels objets ?

Ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de

littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons

publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes

dessinées, mangas, documentaires, etc.

Quel contexte ?

Le programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil, élaboré par le

CELIS (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université

d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de

recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil

consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite

des conflits du 20e siècle. Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins,

de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés,

en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. La documentation

exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une

véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant ». Les réalisations de ce programme de

recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Comité scientifique

du colloque

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, CELIS)

Michel Defourny (Université de Liège)

Claude Ganiayre (Enseignante honoraire)

Claudine Hervouët (BnF)

Mathieu Lescuyer (BnF)

Mathilde Levêque (Université Paris Nord 13, CENEL – Afreloce)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand CELIS,

Institut d’Histoire du Temps Présent – CNRS)

Olivier Piffault (BnF)

Jacques Vidal-Naquet (BnF)

Jeudi18 octobre 2012 , BnF (Petit auditorium)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Bruno Racine, Président de la Bibliothèque nationale de France (sous réserve)

Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du CELIS (Université Blaise Pascal)

9h30

Conférence inaugurale

Elzbieta, auteur

matin

Session 1 : Aux sources : enfances dans la Grande Guerre

Présidente de séance : Claude Ganiayre

10h00

La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

Mariella Colin (Université de Caen)

10h30

Les Livres Roses de la Guerre (1915-1919) :

la mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale

Marie Puren (Université Paris 1 Sorbonne, École des Chartes)

11h00

Echanges avec la salle

11h15

Pause

11h30

Romans de guerre pour la jeunesse à travers un roman pour enfants allemands de 1916

Hans-Heino Ewers (Université Johann Wolfgang Goethe, Francfort, Allemagne)

12h00

« Moi aussi j’y étais !” : l’enfant dans les livres d’images allemands de la Grande Guerre

Bérénice Zunino (Université Paris 4-Sorbonne)

12h30

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 2 : Idéologies et représentations

Présidente de séance : Catherine Milkovitch-Rioux

14h30

Enfants en temps de guerre chez Leonid, Panteleev, et Arkadi Gaïda

Laure Thibonnier-Limpek (Université Stendhal, Grenoble 3)

15h00

L’image de la Seconde Guerre mondiale dans la littérature enfantine tchèque

Milena Subrtova (Université Masaryk, Brno, République Tchèque)

15h30

Pause

15h45

Les livres absents d’Elena Fortún : écrire la guerre d’Espagne dans les années 1940

Marie Franco (Université Paris 3-la Sorbonne nouvelle)

16h15

La guerre d’Espagne racontée aux enfants et par les enfants dans les revues enfantines

nationalistes (1936-1939)

Didier Corderot (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2, IUFM Clermont-Ferrand)

16h45

Le petit fedayin : la place de l’enfant dans la lutte pour la cause palestinienne à travers la

littérature de jeunesse arabe

Mathilde Chèvre (IREMAM-IFPO Beyrouth)

17h15

Echanges avec la salle

17h45

Clôture de la journée

Vendredi 19 octobre 2012, Paris – Nord 13,

Campus Villetaneuse (amphi 3)

9h00

Accueil

9h15

Ouverture

Elisabeth Belmas, Vice-Présidente de l’Université Paris Nord 13 (PRES Sorbonne

Paris Cité)

9h30

Conférence inaugurale

Manon Pignot (Université de Picardie Jules-Verne, Institut universitaire de France)

matin

Session 3 : Enfances dans la Seconde Guerre mondiale

Président de séance : Jean-Pierre Azéma

10h00

Les enfants cachés pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers les témoignages

de Régine Soszewicz et Isaac Millman, auteurs de livres pour enfants

Odile Belkeddar (critique et traductrice) et Régine Lilensten (Maison des

illustrateurs/auteurs de livres pour enfants)

10h30

Voir et vivre la Résistance dans l’oeuvre pour la jeunesse de Guido Petter

Sylvie Martin-Mercier (Université Stendhal, Grenoble 3)

11h00

Pause

11h15

Nouveaux regards sur une vieille histoire : la Seconde Guerre mondiale (re)racontée

aux jeunes Britanniques

Rose-May Pham Dinh (Université Paris 13)

11h45

Guerre et teddy bear chez Tomi Ungerer ou l’Autobiographie d’un ours en peluche

Anne Chassagnol (Université Paris 8)

12h15

Echanges avec la salle

12h45

Déjeuner libre

Après-midi

Session 4 : Genre(s) et points de vue

Président de séance : Michel Defourny

14h30

Romans et albums de jeunesse : de nouveaux “lieux de mémoire” ?

Daniel Delbrassine (Université de Liège, Belgique)

15h00

Écrans de fumée dans l’album espagnol : étude de quelques dispositifs qui

médiatisent le regard sur la scène de la guerre

Euriell Gobbé-Mévellec (IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse-Le Mirail)

15h30

Guerre et littérature de jeunesse africaine

Viviana Quiñones (BnF, CNLJ – La Joie par les livres)

16h00

L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau

Patricia Richard-Principalli (IUFM de Créteil/UPEC)

16h30

Echanges avec la salle

17h00

Clôture du colloque

Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse en France de 1970 à 2012

 

Journée d’études

Etre une fille, un garçon dans la littérature 

de jeunesse en France de 1970 à 2012

mercredi 17 octobre 2012

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (M.S.H.A.)

Salle Jean Borde Domaine Universitaire Pessac (Gironde)

– 9 heures 30 : Introduction

Gilles Béhotéguy et Christiane Connan-Pintado, (IUFM d’Aquitaine, Université Bordeaux IV)

– 10 heures :  Sylvie Cromer (Université Lille 2)

“Représentations des sexes dans la littérature de jeunesse en France de 1970 à 2010 : une approche sociologique”

– 10 heures30 :  Jean-François Massol (Université Grenoble 3)

“Filles en série pour aujourd’hui”

– 11 heures : pause

– 11 heures 30 :  Christine Boutevin (IUFM d’Aquitaine, Université Bordeaux IV,

doctorante au CEDILIT de Grenoble 3)

“Féminin / masculin dans deux recueils poétiques pour la jeunesse de David Dumortier”

– 12 heures :  Christine Détrez (ENS Lyon)

“Des shojos pour les filles, des shonens pour les garçons ?”

– 12 heures 30 : Déjeuner

– 14 heures :  Anne Schneider (Université de Caen)

“Figures féminines de l’adolescence maghrébine dans la littérature de jeunesse migrante”

– 14 heures 30 : Mattias Aronsson (Université de Dalarna (Suède)

“Représentations de la masculinité dans les premiers romans de Faîza Guène”

– 15 heures : Laurent Bazin (Univ. de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

“Ni tout à fait le même ni tout à fait une autre : l’androgynie dans le roman contemporain pour adolescents”

– 15 heures 30 :  Pause

– 15 heures 45 :  Emilie Paradossi et Laetitia Perret (Université de Poitiers)

“De Vendredi ou la vie sauvage à The island: castaway. Place des pratiques culturelles sexuées dans les productions écrites de CM2”

– 16 heures 15:  Séverine Ferrière (Université d’Angers) et Christine Morin-Messabel (Université Lyon 2)

“Les albums contre-stéréotypés au stade critique du développement de l’identité de genre. Impacts en contexte scolaire de lectures offertes en fin de maternelle”

– 16 heures 45:  conclusion

Jean-Paul Callède (CNRS, MSHA, responsable programme GENERATIO)

 

responsables scientifiques 

 Gilles Béhotéguy,

MCF IUFM d’Aquitaine – Bordeaux IV – TELEM Bordeaux III

gilles.behoteguy@iufm.u-bordeaux4.fr

Christiane Connan-Pintado,

MCF IUFM d’Aquitaine – Bordeaux IV – TELEM Bordeaux III

christiane.connan-pintado@iufm.u-bordeaux4.fr 

 

Inscription gratuite mais obligatoire à

evenements@iufm.u-bordeaux4.fr

 

jusqu’au 12 octobre 2012