Archives de catégorie : soutenance de thèse

Soutenance de thèse : Tomi Ungerer

Sun Nyeo KIM soutiendra sa thèse de doctorat à l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 le 5 octobre 2017 à 14h à la Maison de la recherche  (4, rue des Irlandais, Paris 5e).

TOMI UNGERER : L’ŒIL ET L’ŒUVRE

Poétique des albums d’un raconteur double

Thèse dirigée par Serge MARTIN

Nombre de pages de la thèse : 392 pages + le cahier des illustrations (52 pages)

Membres du Jury :

Madame Laure HIMY-PIERI, Maître de conférence habilitée à diriger des recherches, Université Caen Normandie

Monsieur Olivier LUMBROSO, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Monsieur Serge MARTIN, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Madame Nathalie PRINCE, Professeur, Université du Maine

Madame Thérèse WILLER, Docteur et Conservatrice du patrimoine, directrice du musée Tomi Ungerer

Rapport de Serge Martin, directeur:

La soutenance de thèse se déroule à la Maison de la Recherche, salle Athéna, 4 rue des Irlandais, 75005, Paris. Elle commence à 14h30 et s’achève à 18h30. Le jury est composé des personnalités suivantes, qui prendront successivement la parole :

-M. Serge MARTIN, Professeur, Université Sorbonne-Nouvelle-Paris3, Directeur de thèse

-Mme Nathalie PRINCE, Professeure, Université du Maine, pré-rapporteure

-Mme Laure HIMY-PIERI, Professeure, Université de Caen Basse Normandie, pré-rapporteure

-Mme Thérèse WILLER, Docteure, Conservatrice du patrimoine, directrice du musée Tomy Ungerer

-M. Olivier LUMBROSO, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, président du jury.

Serge Martin (SM), directeur de la thèse, prend la parole après l’exposé de Mme Kim. Il se réjouit de la venue à soutenance d’un travail qui a mobilisé, pendant quatre années, l’énergie d’une candidate très anxieuse étant donné sa situation de Sud-Coréenne installée en France, souhaitant repartir dans son pays avec une bonne formation en littérature jeunesse pour y jouer un rôle de formatrice et de conseillère dans la traduction des albums. SM atteste que les rencontres avec Mme Kim ont été régulières et sa participation aux manifestations scientifiques fréquente. SM ne limite pas l’insécurité visiblement éprouvée par Mme Kim à quelque dimension psychologique voire linguistique mais préfère la considérer comme une vraie inquiétude intellectuelle posant de beaux problèmes théoriques à partir de l’observation rigoureuse d’une œuvre importante de ce corpus littéraire édité pour l’enfance et la jeunesse, celle de Tomi Ungerer, né en 1931. S. M. ne peut que se féliciter des pistes ouvertes et explorées par ce travail original en regard de ce que Mme Kim appelle « un poème de l’enfance » (p. 240), constitué des vingt-neuf « poèmes visuels » (p. 33) de cet auteur majeur, autant que d’albums recensés en début de bibliographie dans une chronologie bienvenue qui signale sa forte présence internationale.

SM, qui entend laisser aux autres membres du jury le soin de commenter plus avant le travail de Mme Kim, dit se contenter de quelques remarques générales pour rendre compte de ce qui lui semble orienter positivement ce travail de recherche, malgré quelques défauts formels : coquilles et fautes de français. Toutefois, SM souligne combien même les faiblesses de la thèse se doublent au fond de qualités. Il en repère quatre qui lui paraissent donner à cette thèse une orientation forte pour les études littéraires :

1) Si la thèse peut sembler, par bien des aspects, assez sèche ou abrupte dans ses transitions rapides, elle emporte par sa tonalité chaleureuse et une empathie attentive aux moindres détails d’une œuvre qui ne peut se contenter d’approximations ou d’instrumentalisations. SM considère que cette thèse donne les moyens de refuser le réductionnisme moraliste ou ludique de nombreux articles proposés aux enseignants concernant l’œuvre de Ungerer.

2) Reste que SM aperçoit fréquemment une tendance de Mme Kim a revenir à ces lectures moralisatrices parce que les combats pour la paix, pour le respect et plus généralement pour une humanisme universel, la requièrent dans sa situation de sud-coréenne ; toutefois SM relève combien l’exigence critique dont elle fait preuve la remet sur le chemin d’interrogations prudentes voire angoissantes concernant la manière double de Ungerer ; lequel propose régulièrement une matière complexe entre comique et tragique, entre horreur et facétie, entre lumière et ombre, rendant compte ainsi pour un nombreux public de réalités historiques et/ou intimes toujours complexes et jamais simplifiées, ce dont la thèse ne manque pas de rendre compte avec précision.

3) Cette complexité propre à l’œuvre de Ungerer entraîne Mme Kim, malgré son plan en quatre parties et douze chapitres plutôt bien trouvé, dans de nombreux développements qui peuvent prêter à confusion, soit parce que les reprises ne semblent pas toujours justifiées, soit parce que la logique argumentative se perd dans des montages hasardeux ; mais cette vitesse de la pensée à la limite de la catastrophe – thème très cher à Ungerer que Mme Kim ne manque pas de développer – répond avec bonheur à la profusion qu’en aucun cas Ungerer ne voudrait voir se réduire pour des raisons didactiques et encore moins idéologiques. Pour exemple, SM se contente de citer un passage de la thèse (p. 104-105) qui suggère abruptement une comparaison par ailleurs fort judicieuse entre les dadaïstes de Zurich et la bande d’auteurs entourant l’éditrice Ursula Nordstrom à New York à la fin des années cinquante.

4) La profusion dadaïste de Ungerer trouve chez Mme Kim des échos dans les citations parfois inattendues, le jeu des épigraphes nombreuses, exactement comme Ungerer ne cesse d’opérer un montage de fragments culturels dans son racontage ; ce mimétisme de la thèse et de l’œuvre ne va pas sans frôler parfois la cacophonie. Aussi SM en tant que directeur de thèse peut-il avouer combien il est parfois défamiliarisé en regard de ses propres écrits quand Mme Kim les cite mais n’est-ce pas aussi ce que fait Ungerer dans ses albums.

SM conclut en rappelant que le grand poéticien russe Victor Chklovski, dans L’art comme procédé,théorisait justement la défamiliarisation ou le « sentiment d’étrangeté » qui servait selon lui à « obscurcir la forme et à augmenter la difficulté et la durée de la perception ». Il est vrai qu’habituellement on a trop vite fait avec cette littérature dite pour les enfants : Ungerer méritait mieux depuis longtemps et Mme Kim a réussi à nous le présenter en préservant les sentiments d’étrangeté que son œuvre de « raconteur double » engage auprès de tous ses lecteurs. SM conclut en espérant que Mme Kim continuera sa recherche en proposant ici et au public coréen ce grand auteur et beaucoup d’autres, sans jamais altérer la force étrange toujours spécifique de leur « racontage-montage » comme elle y a profondément réussi dans ce travail.

Soutenance de thèse : l’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne

Soutenance de thèse Mme Elodie MALANDA

Pour Serge Martin (SM), cette thèse offre une contribution importante et nécessaire à la littérature comparée. En effet, conçue comme la traversée problématique d’un corpus double, français et allemand, de romans destinés à la jeunesse à travers le prisme des représentations qu’ils construisent de l’Afrique subsaharienne et de leurs habitants, cette thèse lui apparaît ambitieuse concernant des corpus souvent marginalisés si ce n’est délaissés. Pour lui, elle implique dès son premier paragraphe et donc tout du long son auteure et il aime bien cette tenue qui confère aux problèmes de la recherche des enjeux existentiels ou du moins des interrogations qu’il dirait vitales pour la personne, pour la société, pour la littérature. Il félicite Elodie Malanda pour la justesse avec laquelle elle fait part de « l’indéchirable de la vie » (Claudel) et cela lui semble important d’autant que cette thèse cherche à « déracialiser l’esprit ».

Selon SM, la thèse d’Elodie Malanda est une preuve forte que le monde change et que les études littéraires peuvent contribuer aux accompagnements nécessaires à ce changement. Pour aller à l’essentiel, selon lui, cette thèse vient méticuleusement et énergiquement contribuer à ce qu’on peut appeler, après Leonora Miano, la nécessaire décolonisation de la France, de l’Europe, de leurs habitants quels qu’ils soient. Pas meilleur moyen que d’en passer par un examen méticuleux des fictions documentaires, pense-t-il. Il sait bien que celles que la thèse convoque sont loin de viser ce que Arno Schmidt souhaitait : « Mettre à la place de la chère fiction d’autrefois d’un ‘déroulement continu de l’action’ une structure de prose plus conforme aux modes de l’expérience humaine et qui, si elle est plus maigre, est aussi plus nerveuse. » (Arno Schmidt,Roses & Poireau, 1959, trad. fr. Maurice Nadeau 1994). Reste que la thèse considère des ouvrages qui construisent, avec ou le plus souvent pour les enfants et adolescents, les rapports à l’Afrique et surtout aux Africains et, plus précisément en l’occurrence, aux Subsahariens, mais aussi aux Afrodescendants, car, comme le précise la même Leonora Miano dans cet essai récent et puissant qu’est L’impératif transgressif(L’Arche, 2016), les uns et les autres sont les premiers à pouvoir « forger de nouvelles subjectivations ». Aussi un état des lieux est-il nécessaire selon SM, en particulier afin de déterminer ce qui aide ou empêche l’écoute de ce que Miano appelle l’« afrophonie ». Cette thèse construit dans ce sens une mise en garde ou plutôt un appel à l’écoute par-delà les meilleures intentions et SM de reformuler l’interrogation cardinale de cette thèse : comment les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne dans les deux dernières décennies contribuent-ils ou pas à cette écoute ?

A cette fin, précise SM, la thèse d’Elodie Malanda choisit une organisation par genre des romans des 57 auteurs du domaine français et des 38 auteurs du domaine allemand : les romans d’aventure, les romans humanitaires, les romans de la rencontre et les romans historiques. Cette tétralogie correspond pour lui à une reprise des problèmes que l’Afrique, les Subsahariens et les Afrodescendants suscitent : rapport à la tradition coloniale du roman d’aventure, rapport aux multiples problèmes du développement sous l’angle du misérabilisme, rapport à l’altérité souvent réduite à la différence radicale et, enfin, rapport à l’histoire coloniale dans la tension entre essentialisme et relativisme. Pour SM, cette orientation qui paraît décisivement axiologique redonne à la littérature, y compris à celle qu’on pourrait considérer au double sens du terme comme mineure, la littérature de jeunesse, toute sa place, c’est-à-dire toute sa force dans la formation des représentations et presque des choix de vie, au sens des formes de vie, que les jeunes générations se doivent d’effectuer dans un monde globalisé, du moins où les rapports intra et inter-continentaux sont en continuelle reconfiguration, voire en tension d’une grande instabilité. Les quatre parties constituent tant thématiquement que problématiquement une montée en puissance de la thèse jusque dans l’écriture faudrait-il dire puisque les analyse plus englobante de la quatrième partie permettent d’établir des diagnostics décisifs qui font, selon SM, toute l’orientation de la recherche d’Elodie Malanda dans la suite d’un Dipesh Chakrabarty et de son Provincialiser l’Europe. SM relève la notation précise (p. 422-423) sur l’écriture de Catherine Missonnier dans Le goût de la manguequi touche au rythme de l’oralité montre comment s’écrit le décentrement en vue de « mémoires croisées » selon le vœu d’Enzo Traverso. Il souligne le choix du roman de Jean-François Chabas, L’Ange du Namib(p. 434-437) qui lui paraît d’une très grande pertinence pour montrer le conflit toujours à vif des visées colonialistes et de leur critique radicale en suivant les aventures d’un même personnage qui font interférer deux moments de sa vie. SM montre que c’est vers un travail de dés-essentialisation qu’aboutit toute la thèse et il se demande si on ne peut pas rappeler que c’est ce à quoi travaillent toujours les meilleures œuvres littéraires contrairement aux absolutismes des discours unitaires et instrumentaux. Toutefois, pour SM, la notion critique de déconstructionsouvent employée n’est pas forcément la plus heuristique puisque, pour lui, ce serait bien plutôt celles de discussionet de point de vuequi constitueraient des leviers critiques dans et par les œuvres littéraires.

Ce choix du débat axiologique, souligne SM, ne dispense pas d’une heuristique littéraire qui travaille à ne pas oublier que les énoncés sont toujours portés par des rapports d’énonciation ouvrant ou pas à des essayer-dire, à des essais de voix, plus qu’à des jugements de valeurs, hors tout subjectivisme ou collectivisme arc-boutés l’un ou l’autre sur des jugements assurés. SM ajoute que cela demande de tester si les œuvres ouvrent à des connaissances partageables au-delà des cadres discursifs préexistants. Et, du Sanglot de l’homme blancde Pascal Bruckner en 1983, cité p. 164, à celui de l’homme noir d’Alain Mabanckou en 2012, étonnamment non cité, SM ne sait si la distinction entre honte et culpabilité que fait Vincent de Gauléjac sur lequel Elodie Malanda prend appui (note 587), reste suffisante pour relever le défi de la schizophrénie « entre une idéologie largement condamnée et un imaginaire colonial jamais explicitement déconstruit » (p. 167). En effet, la critique fort juste, selon SM, des réductionnismes thématiques et du misérabilisme de certains romans qui souvent en ressort, ne peut engager pour autant un programme d’écriture romanesque permettant autre chose que de la bienfaisance convenue…

SM remarque qu’Elodie Malanda affirme fréquemment que ses corpus répartis en genres romanesques ne sont pas homogènes comme p. 266 à propos des « romans de la rencontre » : « autant au niveau thématique que poétique les différences sont nombreuses ». Cependant quelques lignes plus bas, il relève que la thèse signale « une caractéristique commune » à ces romans, d’ailleurs deux : « le réalisme et une visée didactique » même si leur expression « plus ou moins explicite » (p. 266) atténue cette homogénéisation. Il lui semble en effet que, dans une telle configuration axiomatique, la tentation est souvent forte de réduire la pluralité des singularités romanesques, voire les paradoxes mêmes. Par exemple, se demande SM, peut-on aussi facilement opposer comme en II.1.5 « des conceptions distinctes de la littérature de jeunesse en France et en Allemagne » : « réalisme social allemand » et « mise en avant de la valeur littéraire » en France même si sont évoquées des recherches récentes en France sur l’engagement – il rappelle à ce propos que l’engagement des écrivains et des intellectuels est une notion lancée par Sartre en 1945 puis dans Qu’est-ce que la littérature ?Il ajoute qu’on ne peut pas considérer la scène française aussi homogène, tout comme la scène allemande ne semble pas aussi homogène que la thèse semble le proposer. Il évoque ensuite le titre énigmatique du collectif strasbourgeois évoqué par la thèse, Contre l’innocence Esthétique de l’engagement en littérature de jeunesse, qui maintient un paradoxe et un dualisme que la thèse aimerait dépasser mais qui au fond travaille encore toute sa problématique. SM note qu’Elodie Malanda souligne avec justesse cet aspect quand, d’une part, elle relève la justesse du roman du Béninois Florent Couao-Zotti, Charly en guerre, qui « critique ouvertement la représentation victimaire caractéristique du discours humanitaire » et que, d’autre part, elle signale une série d’autres romans qui « confirment la thèse selon laquelle le misérabilisme dépend moins du sujet traité par un roman que des choix narratologiques – notamment la distribution des personnages – pour lesquels opte l’auteur » (p. 234 – SM corrige ici une petite erreur syntaxique laissée dans la thèse). Reste que, pour SM, la thèse dissocie in finethématique et traitement comme si ce dernier ne modifiait pas la thématique et que, dans l’« autopsie narratologique de l’afropessimisme », la thèse défendait les documentaires qui affichent une thématique unitaire même si la note 865, assez longue, signale l’intérêt de la polyphonie dans quelques romans pour « éviter le manichéisme ». Sm en conclut qu’on peut alors regretter qu’une telle remarque importante pour la thèse soit restée en note de bas de page !

Pour SM, Elodie Malanda sait toutefois construire des objets conceptuels, un peu comme des « personnages conceptuels » au sens de Deleuze, et en l’occurrence il relève que ce sont les chaussures qui, par deux fois (p. 244 et p. 371-374), permettent d’apercevoir les conflits culturels au cœur des romans et ce que l’auteure appelle avec pertinence « la revanche des va-nu-pieds » (p. 371). Une telle approche n’est pas sans rappeler à SM certaines des mythologiesde Roland Barthes et donc sans ouvrir, selon lui, des perspectives critiques intéressantes en littérature. SM espère une publication certainement plus synthétique de la thèse, en souhaitant qu’on y ajoute un index et qu’on améliore le fonctionnement des références bibliographiques dont le classement thématique final est intéressant mais inopérant quand on lit la thèse et dont les références en bas de page multiplie les op. cit. sans mention du titre. Par ailleurs, il demande de corriger les coquilles et plus particulièrement de résoudre l’absence des déterminants et prépositions dans certains passages (un seul exemple p. 167) ou leur doublon (un ex. p. 204 : « sans leur l’analyse »), et de corriger également quelques incorrections (« ce qui » au lieu de « qu’est-ce qui lui est arrivé », p. 217).

En conclusion, SM pose que si cette thèse poursuit des travaux antérieurs réalisés en Allemagne, elle ouvre en France un chantier permettant une décolonisation réelle ici et là-bas, en Europe et en Afrique ; il ajoute qu’elle participe à une réflexion maintenant décisive concernant les transferts culturels par les littératures qui ne ressortit plus d’une conception de type centre et périphérie, mais qui tente de suivre au plus près les les mouvements imaginaires, les dynamiques réflexives, les reconfigurations épistémologiques, et surtout les inventions de paroles et de passages de paroles. SM conclut sur le fait que ces paroles, qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre et d’accueillir jusque dans les études savantes concernant la jeunesse, se font maintenant entendre quand, toute cette thèse l’aurait prouvé, l’afrophonie commence par l’écoute littéraire des subsahariens et des afropéens. Pour SM, c’est un excellent moyen non seulement d’opérer un sauvetage au sens que Benjamin donne au terme Rettung, mais aussi de faire apparaître des virtualités, des formes de vie et de langage, qui ne pouvaient se développer dans les contextes antérieurs, européens ou africains.

 

Enseigner la poésie aujourd’hui ? La thèse d’Isabelle Brun-Lacour

Soutenance de thèse : Enseigner la poésie aujourd’hui ?

Pour préparer cette soutenance, on peut lire les billets de ce carnet dans la catégorie « Expériences » puis « faire poème(s) ».

Le rapport de Serge Martin:

Université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3

Rapport de soutenance de la thèse de doctorat en didactique des langues et des cultures

de Madame Isabelle BRUN LACOUR

Enseigner la poésie aujourd’hui ?

Approches théoriques et didactiques à partir d’un corpus de manuels de l’enseignement secondaire. Enjeux d’éducation et perspectives de formation

Thèse dirigée par le Professeur Jean-Louis Chiss

La soutenance de thèse de Madame Isabelle BRUN LACOUR a eu lieu le 3 novembre 2016, dans la salle Bourjac de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Le jury était composé de Messieurs Jean-Louis CHISS (professeur, Université Sorbonne nouvelle Paris 3, directeur), Jean-Louis DUFAYS (professeur, Université catholique de Louvain, rapporteur), Jean-Michel GOUVARD (professeur, Université Bordeaux 3, rapporteur) et Serge MARTIN (professeur, Université Sorbonne nouvelle Paris 3, président).

(…)

Le président, Serge Martin(SM), prend alors la parole. Selon lui, la thèse présentée par Mme Lacour est un mouvement de pensée à la fois rétrospectif et prospectif dont le moteur est bien constitué par l’aujourd’huidu titre qui n’est pas sans rappeler celui d’une revue dont le directeur de la thèse a été rédacteur en chef : Le Français aujourd’hui. Non seulement la discipline « français » serait convoquée par ce mouvement réflexif mais une de ses composantes, la poésie, non pour réduire l’opération de pensée à une sous-discipline mais pour faire du poème le test de la discipline voire de l’éducation scolaire et de la formation des enseignants du secondaire, en vue d’obtenir un levier de la transformation didactique des moyens de l’enseignement comme théories et pratiques articulées. Ce mouvement de pensée est du point de vue de son orientation, déterminée et continue, une forte contribution à la fois théorique et pratique à la didactique de la littérature voire aux études littéraires et aux finalités et modes opératoires d’enseignement et d’éducation au moment où tous se voient aujourd’hui reconfigurés. Encore fallait-il faire le point au plus près des moyens qui sont proposés aux professeurs du secondaire dès leur formation initiale. Aussi la thèse fait-elle le choix décisif, pour ce test du poème, d’observer scrupuleusement les manuels qui constituent le socle pratique pour les professeurs comme pour les élèves, qu’ils en usent ou en mésusent, que les manuels soient exemplaires ou au contraire qu’ils soient considérés par certains comme des repoussoirs. Par conséquent, cette thèse propose une tentative d’historicisation de l’enseignement du français par le moyen du poème qui est concrètement situé dans des processus de didactisation, lesquels sont eux-mêmes issus de ce que Mme Lacour appelle une poétique renouvelée dont elle commence par donner les linéaments.

Le lecteur de la thèse doit commencer par ce premier levier décisif de la réflexion qui fait du poème le test d’un enseignement des langues, des textes et des cultures. A cette fin, la thèse de Mme Lacour propose plus qu’un panorama des savoirs savants dits de référence, elle s’essaie à l’histoire d’un mouvement théorique que le titre de la première partie tente de rassembler : « D’une approche structuraliste à une approche discursive ». Le mouvement dont rend compte la thèse n’est pas de l’ordre d’une substitution. Recouvrant une longue période des années 70 du XXesiècle à aujourd’hui, la reprise forte par la thèse, dès son premier chapitre puis tout au long de sa réflexion, de l’héritage de l’œuvre de Jakobson, est d’une forte pertinence, d’une part, pour en montrer les enjeux toujours aussi actifs et, d’autre part, pour tenter d’en apercevoir les historicités plurielles dans nombre des travaux et pratiques de la période considérée. Ce n’est pas rien de confier à Jakobson le départ de ce mouvement réflexif sur l’enseignement de la poésie aujourd’hui quand ce dernier déclarait à la fin de son Linguistique et poétique, en 1960, la collaboration indispensable des linguistes et des littéraires. La thèse de Mme Lacour est au cœur de cet inaccomplissement critique jusque dans les manuels qu’elle convoque en passant par une histoire non linéaire, non causaliste, mais feuilletée finement, qu’elle tente de construire pour mieux saisir l’aujourd’hui d’un comment et pourquoi enseigner la poésie.

SM relève des noms qui sont aussi des articulations problématiques, lesquelles guident toute la thèse de Mme Lacour pour toujours faire apparaître les paradoxes des généalogies, des filiations et autres influences. En premier, on peut considérer comment l’auteure relie, situe et relance les propositions de Daniel Delas de Poétique/pratique(1977) à Aimer/enseigner la poésie(1990). Elle trace son parcours en relevant une tension vive entre un éclectisme théorique qui vise une attention à toutes les recherches contemporaines pour que les professeurs s’en emparent, et le souci de la nécessaire finesse d’un entrelacs pragmatique, jusque dans la classe, pour éviter l’impasse techniciste ou applicationniste. On peut apprécier que, parmi d’autres, soient évoqués les noms de Daniel Briolet ou encore de Jean-Yves Debreuille. Aussi la thèse poursuit à sa manière ce qui a conduits ces chercheurs, en regard d’une didactisation des recherches linguistiques et littéraires concernant la poésie, à penser en termes d’articulations problématiques. Au fil de développements toujours conséquents et bien exemplifiés dans la thèse de Mme Lacour, ces articulations tiendraient ensemble une pluralité foncière des textes et des lectures et la nécessité de choix prototypiques, comme les désigne Jean-Louis Dufays, mais encore des incontournables « contournables » selon la formule de Jean-Marie Rosier, et plus largement la tenue d’une technicité et d’une visée expérientielle ou d’un « acte de vivre », comme concluait Nicole Gueunier lors d’une première mise au point de la situation de Jakobson ; enfin la recherche d’une articulation pratique et théorique entre les analyses rhétoriques-métriques et l’approche plus générale que permet la considération du rythme comme trans-subjectivation (p. 195-196) ; ou la proposition d’articuler « approche stylistique et approche discursive du poème » (p. 378) mais aussi de ne pas séparer les « prolongements » ou « ateliers » de la séquence et donc de ne pas en faire une option (p. 394). Par conséquent, en regard des difficultés actuelles d’un enseignement de la poésie, Mme Lacour constate combien « les objectifs que se donne l’enseignement de la littérature peinent à entrer en cohérence » et conclut que « cet enseignement relève plus d’un partageque d’une articulation entre des objectifs divers » (p. 189). C’est pourquoi l’auteure de la thèse ne cesse de rechercher, dans son évaluation des manuels, « une articulation entre explications, mises en voix et réécritures, qui serviraient l’interprétation des poèmes et l’intérêt que les élèves peuvent leur porter » (p. 368). Cette exigence du continu didactique, c’est aussi ce qui construit le critère d’évaluation décisif des activités proposées par les manuels (p. 297). Et très concrètement, l’auteure souligne le fait que tel manuel propose « une avancée majeure » dans l’établissement de « liens entre la biographie de l’auteur et les fables proposées » (p. 296). Auparavant, après avoir résumé en deux pages un article de Dominique Maingueneau, « Problèmes d’ethos » dans Pratiques(2002), comme si la tétralogie aristotélicienne, logos, ethos, pathos, kairos, et pas seulement l’ethos, venait frapper encore à la porte du souci fondamental de la recherche, au fil de développement toujours conséquents dans la thèse de Mme Lacour oriente sa recherche didactique vers ce que Jean-Louis Chiss a nommé le continu « oralité, scripturalité, textualité » (p. 198), afin de ne pas laisser les élèves dans un ou plusieurs grands partages quand il y a à les mobiliser pour chercher comment on sait ce qu’on sait dans l’école.

SM rappelle que la thèse est traversée par la tension entre deux notions qui n’opèrent pas du tout de la même façon : celle de multiplicité ou de diversité et celle de pluralité. Ce problème n’est-il pas au demeurant celui de la discipline de référence convoquée sur cette longue période : de la linguistique, ne sommes-nous pas passés aux sciences du langage, mais avec quelle notion et pour quelle conceptualisation opératoire quand Meschonnic propose celle de théorie du langage. Le passage épistémologique que tente d’effectuer la thèse, de la poésie au poème, relève certainement d’un même enjeu pour lequel la pluralité ne vaut pas la multiplicité… S’apercevrait ce que Mme Lacour signale lorsque, analysant les programmes de 2010 pour la seconde générale et la première littéraire du lycée, elle note que des « textes majeurs » patrimonialisés ne peuvent se voir discuter leur valeur par les élèves (p. 228). C’est bien pourquoi elle souligne l’intérêt qu’aurait telle « discussion fructueuse » (p. 319) concernant l’association de poèmes et d’œuvres picturales. Est-ce ce qu’elle suggère quand elle montre le danger ou l’opportunité d’une « poétisation du politique » (p. 320) ? On peut douter du fait que la remontée obligée vers le contemporain souvent confondu avec l’actualité, ou que les essentialisations qu’opèrent les syntagmes « le poète dans la communauté » ou « la Cité », quand ce n’est pas « la poésie engagée », soient les leviers d’une réénonciation en classe par les élèves. Mme Lacour propose, entre autres, d’historiciser les emplois de la notion de romantisme (p. 346) et par conséquent de pluraliser la notion, ou plus avant d’engager les élèves à tester les notions de musicalité (p. 357), d’échos (n. 483) voire de sujet du poème – ce que ne font pas du tout les manuels de seconde examinés. Il semblerait que tout ce qui favorise ce qu’on peut appeler une « critique de proximité » soit bienvenu : « Pourquoi ne pas développer une intimité plus grande avec des auteurs dont la complexité de la pensée est aussi un enseignement ? » (p. 287). A la conception réductrice de la littérature comme « réservoir d’idées » est préférée l’attention à « la vie des textes et des lecteurs », selon l’expression de Laurent Mourey cité (p. 287). C’est cette vie qu’apporte le poème qui constitue le critère d’évaluation des manuels mais aussi d’utilisation dans et par la critique en actes toujours possible de ce qui constitue d’abord un matériau de travail pour les élèves et les professeurs, pas tellement pour des questionnaires, des repérages ou des vérifications mais pour des reformulations, des comparaisons, des mises en réseau et des écoutes (p. 331). Ceci dit, Mme Lacour rappelle combien l’oubli des historicisations pourrait laisser les élèves dans la seule émotion (p. 336), c’est-à-dire dans un actuel plus que dans un présent, ne serait-ce que par l’orientation réductrice de la performance au spectacle.

SM suggère alors de poursuivre le mouvement réflexif de la thèse de Mme Lacour en articulant l’anthropologique, le poétique et la didactique dans trois questions. (1) Tout le mouvement de la thèse va vers une anthropologisation de la linguistique et de la didactique. On le perçoit très clairement quand par exemple p. 168, elle utilise l’expression de « gestualité du dire ». Aussi, ne faudrait-il pas, didactiquement, au-delà d’une linguistique du discours, engager une anthropologie historique du langage ou ce qu’on peut appeler maintenant une didactique de la relation de voix ? (2) La thèse de Mme Lacour œuvre au déplacement épistémologique et pratique qui orienterait la didactique : du genre, la poésie, dont il est rappelé à la suite de Jean-Louis Chiss et de Henri Meschonnic combien il n’est pas conceptualisable autrement que dans un rapport d’énonciation/situation, à l’activité, le poème, comme discours ou encore mieux épopée de voix. N’y aurait-il pas à engager les élèves à découvrir la théorie du poème dans et par le poème, son activité continuée dans tout ce qui engage son écoute (dans le cadre de la formation des enseignants mais également dans les classes, il semble que la didactique du français et du poème, comme test de la force dans le langage, devrait se nourrir aussi aux écrits théoriques, souvent d’allure expérientielle, des écrivains eux-mêmes) ?(3) Le geste professionnel et tous les gestes scolaires de lecture/écriture/diction, s’ils engagent l’éthique et le politique, sont toujours techniques. Aussi l’attention décisive portée par Mme Lacour aux manuels, donc à des opérateurs techniques de la didactique, vise une signifiance incorporée et partagée. Mais alors comment continuer ce que la thèse a lancé en tentant de rendre opératoire une théorie du langage jusque dans le grain technique de la didactique ? Ne faut-il pas reconfigurer celle de la littérature par les plus simples exemples techniques qui assureraient de réénonciations et non des manipulations – on peut penser au paragraphe qui ouvre une longue parenthèse d’alternatives aux manuels verrouillés par les questionnaires ; parenthèse non fermée p. 361 ? Est-ce qu’une simple « inversion de tendance » ou « de vectorisation » avec des « activités plus concluantes » peut y suffire ? Il semble que l’orientation décisive dans ce domaine consisterait à parier sur l’oralité ou, pour le dire nettement et prioritairement, à parier sur l’intervention du corps dans l’énonciation que ce soit en écriture, en lecture et en diction. A ce propos, la note 589 sur l’anecdotique se conclut sur tout ce qui fait « trajet critique » au sens de Starobinski. Ces rencontres, ce ne sont pas que celles avec les poètes qui viennent dans la classe mais avec tous les poèmes qui vivent dans la classe, dans les tactiques des élèves… et ce goût c’est aussi celui de la vie dans la classe, y compris « la vie des formes », donc leur historicité, leur mouvement, leur rythme et non leurs schéma, intelligibilité ou apparence (pour reprendre les quatre valeurs du mot chez les grecs), que Mme Lacour évoque contre « une stylistique figée et atemporelle » (p. 377-378). SM évoque alors son souhait de voir une ou plusieurs publications à venir reprenant cette thèse qu’un travail d’édition (corrections et mises aux normes, coquilles et erreurs sur les noms propres – Bancquartet non Blancquart,Lucaet non Lucas, etc.) rendra plus accessible aux didacticiens, aux littéraires et aux linguistes ainsi qu’à tous les enseignants de français.

Un échange s’ensuit pendant lequel Mme Lacour montre des directions de recherche à venir qui, selon SM, répondront à des demandes fortes des enseignants. Le président la remercie.