François Place : archéologie et cartographie dans et par le racontage

Arrivé depuis peu, et tout à fait ignorant des langues de l’Orient, Marco Polo ne pouvait s’exprimer autrement qu’en sortant des objets de ses valises : tambours, poissons salés, colliers de dents de phacochères, et les montrant par des gestes, des sauts, des cris d’émerveillement ou d’horreur, ou bien en imitant l’aboiement du chacal et le hululement du hibou.

[…] Mais ce qui rendait précieux à Kublai chaque fait ou nouvelle rapporté par son informateur muet, c’était l’espace qui restait autour, un vide que ne remplissaient pas des paroles. Les descriptions des villes visitées par Marco Polo avaient cette qualité : qu’on pouvait s’y promener par la pensée, s’y perdre, s’y arrêter pour prendre le frais, ou s’en échapper en courant.

Italo Calvino (1974 : 49-50)

 

Continuer la lecture de François Place : archéologie et cartographie dans et par le racontage

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention

« Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention »

Jeudi 27 novembre et vendredi 28 novembre 2014

Université Paris 13-SPC (Laboratoire Pléiade, axe 4) et Institut International Charles Perrault, Eaubonne, France

Continuer la lecture de Histoires de famille : filiation, transmission, réinvention

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

L’image au cœur de la culture d’enfance ?

afreloce association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance

L’image au cœur de la culture d’enfance ?

Séminaire de recherche «Littérature et culture d’enfance» organisé en collaboration avec le département LiLa (littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2014-2015

L’association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance (Afreloce) organise depuis octobre 2010 un séminaire de recherche à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, en partenariat avec le département Littérature et Langages. Des rencontres régulières autour de la littérature et de la culture d’enfance ont permis de créer un espace de réflexion et de discussion.

En 2014-2015, le séminaire propose d’interroger l’image dans sa relation censément privilégiée avec l’enfance. Il abordera l’illustration, l’album, les films d’animation, le cinéma, la télévision, la publicité, les jeux vidéos, etc., notamment sous les aspects suivants : techniques d’impression, histoire de l’illustration, pédagogie de l’image, psychologie, neurosciences. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés. Le séminaire est ouvert à tous.

Samedi 18 octobre 2014
Sophie Jehel (Université de Paris 8) : La culture médiatique des préadolescents : entre transmission parentale et normes des pairs

Samedi 22 novembre 2014
atelier doctoral :
Julien Baudry (Paris 7) : Alain Saint-Ogan : du dessin de presse à la culture enfantine
Céline Meulien (EHESS) : Images d’enfants dans le maga- zine Femina autour de 1900-1902

Samedi 13 décembre 2014
Annie Renonciat (ENS Lyon) : La pédagogie par l’image

Samedi 24 janvier 2015
Arnaud Cachia (Université Paris Descartes – IUF) : L’image à l’épreuve des neurosciences : l’enfant, le cerveau et les processus cognitifs

Samedi 14 mars 2015

L’enfant et les images : séance « hors les murs » à la Biblio- thèque des Arts Décoratifs (111 rue de Rivoli), avec Laure Haberschill (responsable des fonds patrimoniaux) et Lysiane Allinieu (responsable des périodiques et éphémères)

Samedi 11 avril 2015
Cécile Boulaire (Université François-Rabelais, Tours) : Les Pe- tits Livres d’or: des images américaines pour des albums français en pleine guerre froide

Samedi 16 mai 2015
Bérénice Bonhomme (Toulouse 2 Le Mirail) : Réflexions sur le cinéma d’animation

Séminaire mensuel organisé par Mathilde Lévêque (Université Paris 13) & Déborah Lévy-Bertherat (ENS) 10h-13h salle Beckett École normale supérieure 45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Les albums : un genre ?

Les albums, les genres : une précellence

En formation, quand je propose de déterminer et justifier le genre de tel album, il arrive fréquemment que la réponse faite, si elle n’est pas thématique (« c’est un livre qui parle de… »), soit tautologique : « c’est un album » ! Et le formateur en didactique du français et de la littérature d’en appeler aux catégories génériques qui font d’un côté l’histoire du livre et de l’autre celle de la littérature – mais déjà il y aurait chez lui une confusion entre l’histoire, celle des faits, et la représentation de l’histoire que l’enseignement produit d’autant qu’il veut d’abord s’assurer une pérennité plus qu’il ne s’intéresse à ce qui pourrait bien la lui contester… Donc le formateur rétablit « la vérité » en rattachant avec un peu de condescendance cet album à la catégorie éditoriale de l’album en vue de relancer la question générique du point de vue plus distancié à son goût de l’histoire littéraire. Mais le formateur s’épuise… car les formations se suivent et se ressemblent. La désignation tautologique insiste de formation en formation : « cet album est un album » un peu comme chez Gertrude Stein (1999) : « A rose is a rose is a rose ». Aussi le formateur commence à douter de sa démarche et se met à écouter la pertinence de cette réponse : cet album est comme toute œuvre, il invente le genre comme l’art recommence avec et dans chaque œuvre, ainsi que Charles Péguy le signalait fortement : « Une voix qui manque, nulle autre ne la peut remplacer » (1961 : 659). Alors le formateur recommence tout à partir de tel album. Il ouvre Rien faire de Magali Bonniol (2000) et engage chaque lecteur à construire la notion de genre en testant tous les genres possibles, en associant recherche « sauvage » de catégories génériques parfois incongrues et suggestion de genres académiques. Et voilà ce qu’il en advient…

Ce livre, Rien faire, semble offrir un théâtre de la relation dans sa force enfantine la plus critique : que d’activités quand on ne « fait rien » ! Que de genres dans un seul livre alors qu’on était persuadé qu’un album comme n’importe quel livre de littérature actualise forcément la réalisation d’un genre ! Ce livre pose la question de l’ennui, du faire quand on est un enfant et, par conséquent, constitue une propédeutique à l’essai si ce n’est au conte philosophique. Car il la pose, la question, en racontant un moment que tous les enfants connaissent : seul, avec leur « objet transitionnel » (Winnicott, 2010), ils se mettent à se raconter des histoires et alors ce livre devient un conte réaliste qui implique l’auditeur presque gestuellement ; aussi pourrions-nous rattacher ce conte à la randonnée puisque la déclinaison corporelle relance la même question : « sais-tu, peux-tu faire quelque chose avec telle partie de ton corps ? » puisque les orteils, doigts, bouche, oreilles sont pour le moins convoqués. C’est que l’anecdote est élevée au rang du cas exemplaire qui permet ainsi d’instruire en divertissant, bref, il s’agirait d’une fable dont la morale implicite pourrait se formuler ainsi : « Ne rien faire à deux, c’est s’occuper au moins à faire connaissance ! » Parce que la connaissance est aussi la finalité de ce récit, on pourrait le considérer comme un petit poème didactique à l’intention de très jeunes enfants, un peu comme les comptines l’engagent à jouer avec son corps, à se découvrir ; sans compter que ce poème didactique est une leçon pour tout enseignant ou éducateur… Mais, n’aurions-nous pas oublié que tout l’album est d’abord une voix incorporée par deux personnages, un enfant monologuant avec son alter ego muet exactement entre cour et jardin, sur les marches qui séparent le giron familial ou familier du vaste monde, la culture de la nature forcément verte ; bref, cet album « fait » théâtre, du moins joue magistralement la théâtralité de la voix s’occupant à ne rien faire…

Essai philosophique, conte en randonnée et fable, poème didactique et théâtre de voix ou pièce monologique pour deux personnages dont un automate, cet album se conclut sur une association inventant le singulier pluriel en français : « En tout cas, pour ne rien faire, on est doués tous les deux ! » Tout cela dans un album d’une modestie exemplaire ! Que dirions-nous d’œuvres, d’albums bien plus ambitieux, du moins plus étoffés dans leurs dispositifs ! Cette œuvre est donc le défi en acte fait à tous les genres et, par là-même, leur déni. Du moins engage-t-il la critique du point de vue des œuvres, c’est-à-dire du point de vue nominaliste contre le réalisme des genres, des catégories qui obligent les œuvres à se plier à des critères qui mettent le langage au régime de l’exemplification d’essences préexistantes, ignorant la vie du langage et imposant une représentation du langage en lieu et place d’une théorie du langage qui fait toujours la critique des représentations, alors que celles-ci veulent passer pour la vérité.

Aussi, du point de vue de la formation, le gain avec les œuvres, de telles œuvres, est-il double quand le genre est mis à la question :

– elles permettent de vérifier que les œuvres portent les genres et non l’inverse et ainsi de tester, si ce n’est de connaître et de construire, les critères génériques tout en les situant dans des instrumentalismes ou des réalismes logiques culturels, institutionnels et d’époque qui ne permettent pas de construire la valeur et l’historicité des œuvres dans et par la lecture ;

– une fois réglé son compte au réalisme et donc à tous les dangers que constituent les taxinomies, alors on peut vraiment construire la force de telle œuvre, ici de tel album[1].

J’ai simplement voulu montrer qu’avec les albums, la bévue première de beaucoup (« Un album est un album ») peut être féconde, à condition qu’on l’entende, c’est-à-dire qu’on entende le problème qu’elle met à jour.

Les albums, les textes et les images : où est l’unité ?

Mais les lecteurs d’album, passé la porte générique, tombent dans le labyrinthe des rapports texte-image comme si l’album, tel album, commençait par disposer d’un texte et d’images et que son travail, donc celui de son lecteur, consistait à construire ces rapports à partir de termes établis d’avance. Isabelle Nières (2005), à propos de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak (1971), n’évoque-t-elle pas immédiatement « la double activité créatrice – textuelle et iconographique », suggérant que, chez les plus grands, « les deux inventions sont intimement liées ». Par quoi, elle pose d’emblée un problème que refusent souvent d’apercevoir les tenants de « deux langages » forcément naturalisés par l’évidence de « deux codes » et donc de « deux lectures » avec tout ce qui s’ensuit pour les apprentissages considérés comme autant de pré-requis. Mais l’album offrirait ce qu’un de ses initiateurs, Rodolphe Töpffer, désignait, dans une préface à sa fameuse bande dessinée de 1837, L’Histoire de Monsieur Jabot, comme « une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose », en ajoutant à propos de son travail, et donc de l’album en général, une remarque fort pertinente :

Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose d’une série de dessins au trait ; chacun de ces dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout forme une sorte de roman, d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. (Töpffer dans Groensteen T. Peeters B., 1994 : 161)

C’est très précisément dans et par cette indétermination que les albums, dans leur multiplicité, offrent autant d’occasions pour une critique de cette naturalisation qui pose un texte et des images avant toute relation et donc par conséquent une lecture forcément « double ». Quand chaque fois, chaque album demande d’inventer une lecture et non d’additionner deux lectures et ainsi de situer les catégories « texte » et « image » comme autant de points de vue dont la critique est chaque fois à faire.

Il suffit de revenir à cet album de Sendak pour lequel Isabelle Nières voulait proposer « une analyse de [la] cohérence […] des images entre elles et [de] la pertinence de leurs relations avec le texte ». Son analyse est pleine de pertinence et de modestie mais je ne pense pas qu’elle atteigne le problème que fait cet album au « texte » et aux « images ». Il me semble en effet que le chemin de fer de cet album est non seulement éloquent par la modification que les gravures colorées de Sendak opèrent dans l’occupation de l’espace des doubles-pages, mais qu’il l’est surtout parce que la narration faisant silence pendant trois doubles-pages, il nous oblige à penser le texte et les images autrement qu’on le fait habituellement. Disons-le franchement : il n’y a pas disparition du texte quand la « fête épouvantable » est justement la suggestion d’une cacophonie. C’est d’un trop plein discursif dont seule l’expérience d’un voir peut faire entendre la force. Aussi ne peut-on en déduire, pour autant une assomption de l’image, sa victoire sur le texte. Car ces trois doubles pleines pages font une « fête » de la fête et il faudrait même proposer qu’elles font une critique de l’image qui alors n’est pas de l’ordre de l’imitation mais de la conception. Certes, on peut dire que Sendak se situe dans le prolongement des représentations carnavalesques, mais alors on oublie qu’il invente un théâtre dont les trois moments déclinent non la reproduction d’un rituel ou d’une tradition quelconque mais bien la transformation de ce qui fait la fête des yeux.

La fête de ces monstres poilus est d’abord nocturne, ensuite elle se fait griffue au point de grimper dans les arbres en pleine lumière pour enfin se faire dans une promiscuité des bras dessus bras dessous qui rendent notre héros satisfait sous les fourrés épais. Régressive, certainement, la « fête » du voir  (« vous allez voir ce que vous allez voir », semblent nous dire Max et ses terribles monstres) est une fête de l’écoute. Je dirais justement tout le contraire de ce qu’écrit Isabelle Nières : « La Fête n’a pas besoin de mots » ! C’est parce qu’il y a trop à dire, à hurler, à faire, à explorer – ce que Nières rappelle alors fort judicieusement, ce « voyage vers les profondeurs », qu’on n’est pas obligé d’associer trop vite à l’inconscient ou alors ce serait l’inconscient du langage, du sujet du langage qui avait tellement fait rouler les /r / qu’il s’en était fait un costume terrible. Car voilà où je veux en venir : le graphisme, les traits, les couleurs de ces trois doubles-pages qui bien évidemment poursuivent et préfigurent les autres, ne font qu’inventer autant de peaux, de costumes, d’épaisseurs et donc de matières qui augmentent une corporéité de ces « profondeurs ». Et alors l’expérience illustrative, qu’elle soit celle de l’auteur ou du lecteur, est une transformation continue et du texte et des images puisque le texte dans ses silences est plein de ce que les images, dans leur systématique hors cadre font hors représentation : du rythme, rien que du rythme, c’est-à-dire un mode de dire et de vivre dans son continu.

Si le regard rétrospectif de Max est bien celui d’un qui a eu chaud, comme « son dîner qui l’attendait / tout chaud » in fine, c’est d’abord le regard de qui est à l’écoute du rythme d’une aventure. Aventure d’une lecture qui ne peut que s’engager avec le rythme d’une œuvre pleine d’un sujet cherchant ce que dit Sendak, cité par Nières : « D’abord, toujours, je dois atteindre et ne pas lâcher l’enfant qui est en moi ». Alors Sendak ne leur parle pas de leurs problèmes, comme conclut Nières mais il vit avec eux une aventure où il n’y a pas à séparer  texte et images, ni à assigner le texte à un récit et les images à une représentation même imaginaire. Avec cet album, Sendak nous met au cœur de ce que Claudel signalait magistralement – il faudrait également évoquer les accompagnements graphiques de Sendak aux contes de Grimm (1979) :

Cette atmosphère spéciale qui s’exhale des tableaux et de la gravure de Rembrandt, celle du songe, quelque chose d’assoupi, de confiné et de taciturne, une espèce de corruption de la nuit, une espèce d’acidité mentale aux prises avec les ténèbres et qui sous nos yeux continue indéfiniment sa rongeante activité. (Claudel, 1990 : 39)

Les rêves ici, avec cet album, ne sont pas couchés sur le papier ou dessinés par le contour, ils sont « pour de vrai » comme disent les enfants, ils sont « dans la vibration », comme dit Claudel, comme autant « d’explorations en profondeur » : ils sont du rythme. J’y arrive. Parce que comme Nières le reprend à Lewis Carroll : il faut bel et bien se poser la question : « Qui rêve ? qui est rêvé ? » Et on osera dire que c’est l’album qui l’est, parce qu’il est le rythme même.

Dans Les Arts du 20 juin 1924, Apollinaire disait à propos des « écoles » qu’« il y a bien longtemps déjà qu’elles ne signifient plus rien », que par contre il y a « des peintres de tempéraments et de talents divers, s’efforçant de réaliser plastiquement ce qu’ils ressentent de la vie » et il ajoutait, après avoir parlé de « métier nouveau »,  qu’il « n’y a plus aujourd’hui de dessin, de peinture à l’huile, d’aquarelle, etc., il y a de la peinture, et les enseignes lumineuses en font plus partie, sans aucun doute, que la plupart des tableaux exposés à la “Nationale” » (1993 : 494-495). Donc, après Apollinaire, osons dire qu’il n’y a plus de texte, plus d’images, il y a de l’album. Et cela demande d’aller au rythme de l’album que seul le racontage continue.


[1]. Concernant l’album de Magali Bonniol, j’ai tenté de le faire de mon point de vue dans Les Actes de lecture (Martin, 2001a). Voir ce billet: http://littecol.hypotheses.org/101

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Sur les traces de la grande panthère noire : rythmes du racontage

La Grande Panthère noire : rythme de l’album, rythme du racontage

9782081601215
Je prends La Grande panthère noire[1] (Butel, François, 1968) pour tenter de montrer comment cet album emporte. Il est vrai que dynamisme et statisme semblent alterner : la panthère qui crève la première page puis, repue, nous regarde sur la deuxième répète cette sortie de la jungle pour quatre rencontres successives qui s’arrêtent sur le constat final : « elle le mange ». Mais il faudrait aussitôt préciser que la statique est minée de dynamisme ou que la répétition est rythme : deux fois « elle le mange » et deux fois « elle la mange » suivent l’augmentatif de la liste tout comme l’illustration qui laisse les contours statiques des quatre animaux en détourant leur chair, premier dynamisme, pour toutefois y laisser un reste que la panthère n’a pas mangé, deuxième dynamisme… Et le tourne page montre ces restes vus par un villageois les bras au ciel, colère extatique que la page suivante de droite met en branle avec le défilé des six villageois à la file indienne (fusils et doigt pointés à droite).

Tout l’album va poursuivre cette séquentialité d’une dynamique avancée vers la droite – dans le sens de la lecture, c’est-à-dire du tourne-page – et de pauses qui, loin d’être statiques, vont s’avérer comme autant d’enroulements, de rondes et donc de mouvements circulaires qui viendront accélérer ou pour le moins résonner la dynamique linéaire. Il faudrait alors observer que la mise en page, jusque dans la ponctuation noire et blanche, typographique et prosodique, des éléments textuels et des illustrations s’emmêlant, construit très exactement le rythme de l’album. Centré ou justifié, le texte vient résonner avec les illustrations qui elles-mêmes font texte quand, par exemple, on suit sur la carte de l’Asie la liste des lieux géographiques traversés par la grande panthère noire puis par les braves chasseurs. Ce rythme est donc bien plus qu’une mise en forme puisqu’il est la construction d’un sujet anthropologique : la grande panthère noire qui apparaît-disparaît dans l’album, que ce soit sur la couverture ou en pages intérieures ou encore dans le blanc du papier, fait la réciproque de la vie mouvementée des villageois et ainsi construit la relation au double sens du terme, celle qui est racontée et celle qui est vécue tant par « les hindous de l’Inde » que par le lecteur. Le rythme est ici le continu d’un sujet anthropologique par le mouvement d’une parole dont l’oralité graphique est magistrale.

Les albums, le langage : la voix-relation du vivre-livre

Car voilà au fond le fin mot de l’histoire et le mot de la signifiance que tel album engage s’agissant de vie et de théorie du langage : accompagner ou encore mieux, être emporté par le rythme de tel album, c’est écouter l’oralité graphique de cet album, son racontage. Quand je dis graphique, je ne dissocie plus du tout texte et illustration, et quand je dis oralité, je ne dissocie encore moins la matérialité du livre de la corporalité du lire. Cet album souple et simple du Père Castor est pour moi, après celui de Sendak et avant celui de Bonniol, un opérateur puissant pour une poétique des albums, de leurs lectures, de leurs lecteurs. Ce que Philippe Dumas proposait comme « la meilleure définition », « quelque chose où l’on tourne les pages » mais en ajoutant aussitôt que « le bon livre d’enfant, c’est revenir au départ » (Chapuis, 2005 : 134), c’est exactement la définition de ce qui fait la valeur d’une œuvre : qu’elle transforme le vivre de telle manière que ça recommence. C’est alors qu’un tel continu-sujet engage un sujet-relation. C’est tout l’enjeu des albums et de leur présence dans l’école : comment échapper à une certaine hâte didactique pour mettre du sens quand il y a à laisser agir le rythme, la relation ? J’ai tenté de montrer qu’il y a à inventer une didactique critique qui s’attache non aux apparences, aux genres ou aux thèmes, aux formes ou aux codes, bref à tous ces répertoires qui balisent la lecture avant toute expérience, mais aux expériences, aux rythmes et aux relations, aux inventivités et aux libertés que seules les œuvres obligent à conquérir, à entretenir, à poursuivre.

Avec les albums, la chance est à saisir pour transformer toute la didactique des textes et de la littérature, de la lecture et de l’écriture, de la maternelle à l’Université où s’inventent toujours en pleine historicité un sujet-relation plein d’oralité et de modernité dans et par l’aventure de ce qui fait album, ce qui fait recommencement infini. C’était, si je ne me trompe, ce que Jean Starobinski en plein structuralisme, proposait avec ce qu’il appelait la relation critique (1970). Parce que oui, comme le souhaitait en conclusion Sophie Van der Linden, « l’album invente sa critique » (2006), je dirais plus précisément que chaque album demande de transformer sa critique : c’est le défi fait à chaque lecture pour faire vivre le plus possible la vie et la théorie du langage avec les albums et leurs lecteurs.


[1]. Mon choix est aussi un clin d’œil au rapport souvent confus entre tradition et modernité où le contemporain est confondu avec l’avant-gardisme. Qu’un album paru en 1968 soit ici convoqué pour sa modernité n’est pas sans contester à la fois la bêtise arrogante et cynique des réactionnaires et l’aveuglement ironique des post-modernes sans éthique ni sens du langage.

—————————————————————————–

Autour de la notion de racontage, on peut lire ces billets :  http://ver.hypotheses.org/1203 ; http://littecol.hypotheses.org/501

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Le 15 octobre 2014 à Paris 3 : Paroles possibles

 

Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures

 

le 15 octobre 2014

 

01.jpg
Journée d’EtudesLieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5e
 
Organisateurs : Olivier Lumbroso & Serge Martin 

EA 2288 – DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures)
groupe “Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques” (LAPAD)
Présentation :
Cette journée d’études fera un état des lieux des questions que soulèvent les pratiques d’enseignement des littératures en didactique des langues et des cultures.A l’ère du tournant mondial, des nouveaux médias et du marché des langues, quelles sont les forces des littératures exposées à la crise des humanités et à la marchandisation des objets culturels ? A côté des idéologies de la communication rentable, à l’œuvre dans certaines offres de formations aux langues cultures, d’autres pratiques valorisent la réflexion sur les « détours » (Julien, 1995), les « bricolages » (Lévi-Strauss, 1962), les « tactiques » et « braconnages » (De Certeau, 1980) que les apprenants comme les enseignants convoquent pour faire du texte reçu un espace de transaction entre des identités et des altérités.

L’épine dorsale de cette journée d’études résidera dans l’examen d’une hypothèse forte en lien avec ces pratiques : ne serait-il pas profitable de repenser les « relations d’expérience » aux littératures ? Expériences plurielles, singulières et en partage qui créent le questionnement fertile de l’apprenant. En effet, éclairer les expériences sociales et artistiques des littératures engage à réinterroger les usages de notions critiques pensées séparément, qui, en pratique, résistent pourtant aux cloisonnements : langues et énonciations ; textes et façons de lire ; écritures et manières de dire ; traces et arts de la parole… Cette hypothèse directrice pourrait être débattue à partir des pistes suivantes :

  • Comment les expériences problématisent-elles la transmission, en nourrissant une tension entre acquisition et exploration, reconfiguration et identification ?
  • Quelles sont les relations entre l’expérience et la créativité littéraires à la fois comme distance réflexive et essai d’une réalisation ?
  • Quelles sont les relations de l’expérience et de la performance littéraire organisant le lien entre corps et langage, implication et réflexivité ?
  • Le geste littéraire, en tant qu’expérience de l’actio, ne défait-il pas les oppositions entre mémoire et désir, oralité et écriture ?

Ces questionnements viseront à dessiner un univers expérientiel définissant notre réflexion théorique à la croisée de plusieurs domaines : historique et comparatistes anthropologiques et sociopolitiques, poétiques enfin au sens où l’expérience artistique renouvelle la relation du sujet à lui-même, aux autres cultures et aux autres langues du monde.

La journée croisera des communications dans lesquelles les membres de l’équipe et des invités extérieurs tenteront de formuler les perspectives d’un chantier pour l’avenir, pouvant prendre la forme d’un projet ANR : celui d’un enseignement/apprentissage des littératures au cœur des formations aux langues et cultures. Les doctorants et les étudiants seront conviés à assister à la journée d’étude. Plus largement, cette journée d’études est aussi ouverte aux professeurs de français s’interrogeant sur leurs pratiques et leurs disciplines.

PROGRAMMEpage2image848

-9h00 : Accueil du public
-9h10 : Ouverture par Olivier LUMBROSO & Serge MARTIN (organisateurs)

-9h15 : Introduction par Valérie SPAETH (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle), directrice du DILTEC

                        ________________________________

Modérateur : Ève-Marie ROLLINAT-LEVASSEUR

-9h30 : Emmanuel FRAISSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Les humanités en crise: une affaire française ou une tendance mondiale ? »

-10h10 : Serge MARTIN (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Histoires de voix : poétique de la relation et didactique des réénonciations »

-10h50 : Olivier LUMBROSO (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) et Fabrice POLI (IGEN, Groupe des Lettres): «Manuels de français dans le monde et contextes locaux. Les exemples de la Chine et de Djibouti »

-11h30 : Pause café _______________

-11h45 : Synthèse du premier grand témoin : Dominique RABATÉ (Université Paris Diderot Paris-7 et IUF)

      _______________

-12h30-14h00 : Déjeuner _______________

Modérateur : François VANOOSTHUYSE

-14h15 : Anne GODARD (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Compétence littéraire, langue, réflexivité : enjeux de la littérature dans l’enseignement du FLE »

-15h00 : Table ronde : « Quelles approches des littératures en didactique des langues et des cultures ? » avec Aline BERGÉ, Jean-Christophe SAMPIERI et François VANOOSTHUYSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) – Débat animé par È.-M. ROLLINAT-LEVASSEUR

-16h00: Cécile LEGUY (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle): «Quelle place pour la littérature orale dans l’apprentissage des langues/cultures du monde ? »page2image14752page2image14912

-16h40-16h50 : Pause ________________

-16h50-17h30 : Synthèse du second grand témoin : Violaine HOUDART-MEROT (Université de Cergy-Pontoise)

-17h30-17h45 : échanges et clôture _________________________

Comité scientifique : Emmanuel Fraisse, Violaine Houdard-Merot, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Dominique Rabaté, Valérie Spaëth.

Captation filmique de la journée par le service TICE de l’ENEAD.
La participation des doctorant(e)s est validable au titre de la formation doctorale.

Illustration de couverture : Jean-Luc Parant, Les mots et les mains, 1992, brouillons, tapuscrits, cire à cacheter et filasse sur bois. (Avec l’aimable autorisation de l’auteur)

http://www.univ-paris3.fr/paroles-possibles-pratiques-des-litteratures-en-didactique-des-langues-et-des-cultures-287858.kjsp?RH=1233068248160

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Programme du séminaire M2 Littérature de jeunesse en FLE

Serge Martin

Séminaire M2 : N9TC04

 Master 2 Didactique des langues et du FLE, Sorbonne nouvelle Paris 3

Littérature de jeunesse et FLE/S : poétique et didactique du racontage

Nom et prénom de l’enseignant : MARTIN Serge, Professeur, serge.martin@univ-paris3.fr

Objectifs et contenu

– Concevoir les enjeux et la place de la littérature de jeunesse dans l’enseignement/apprentissage en FLES ;

– Montrer l’intérêt de cette production éditoriale dans la formation en langue et culture étrangères ;

– Découvrir un répertoire d’albums et de romans classiques et contemporains de divers horizons en littérature de jeunesse ;

– Privilégier un corpus de récits de voyage où l’écriture et souvent le dessin mêlent espace et histoire ;

– Proposer des accompagnements didactiques en FLES en réalisant soi-même quelques carnets-albums.

 

Programmation :

  1. L’album : les mouvements du racontage (La Grande Panthère noire)
  2. Louis Joos et Rascal : le fil rouge du racontage
  3. Tomi Ungerer : la force du racontage d’une langue à l’autre (séance assurée par SunNyeo KIM, doctorante)
  4. Marjane Satrapi : Persepolis une ethnobiographie
  5. L’atlas : le racontage comme archéologie et cartographie (François Place)
  6. L’atlas (suite)
  7. L’atlas (suite)
  8. Gisèle Pineau : trois générations de femmes fortes
  9. Le Clézio, Michaux : passage de racontage
  10. Michel Chaillou : le phrasé du romanesque
  11. Poétique et didactique du racontage (1)
  12. Poétique et didactique du racontage (2)

 

Œuvres littéraires au programme :

Joos Louis, Rascal, Oregon, Pastel, 1993

Joos Louis, Rascal, Escales, Pastel, Carnet de croquis, 1992.

Joos Louis, Rascal, Eva ou le pays des fleurs, Pastel, 1994.

Le Clézio J.-M.-G., Mydriase suivi de Vers les icebergs, Mercure de France, 2014.

François Paul, Butel Lucile, La Grande Panthère noire, Flammarion, Père Castor, 1968.

Chaillou Michel, La Vindicte du sourd, Gallimard, folio junior, 2000.

Pineau Gisèle, Un Papillon dans la cité, Sepia, 1992.

Place François, Les Derniers Géants, Casterman, 1992, rééd. 2008.

Place François, Atlas des géographes d’Orbae (trilogie), Tome 1 : Du pays des amazones aux îles Indigo, Casterman, 1996.

Place François, Atlas des géographes d’Orbae (trilogie), Tome 2 : Du pays de Jade à l’Île Quinookta, Casterman, 1998.

Place François, Atlas des géographes d’Orbae (trilogie), Tome 3 : De la Rivière rouge au pays des Zizotls, Casterman, 2000.

Ungerer Tomi, Les Trois Brigands, l’école des loisirs, 1968.

Satrapi Marjane, Persepolis, L’Association, 2003.

 

Œuvres critiques au programme :

Butor Michel, « Lectures de l’enfance » dans Répertoire III, Paris, Minuit, 1968, p. 259-262.

Freud Sigmund, L’inquiétante étrangeté et autres essais, Paris, Gallimard, 1985.

Marin Louis, « Préface-image : le frontispice des contes-de-Perrault » dans Europe n° 739-740, nov./déc. 1990, p. 114-122. Voir également du même: Le Récit est un piège, Paris, Minuit, 1978 ; Des Pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Seuil, 1993.

Martin Marie-Claire et Martin Serge, Quelle Littérature pour la jeunesse ?, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2009.

Martin Serge, Le Racontage, Poétique et didactique de la voix en littérature de jeunesse de la maternelle à l’Université, L’Harmattan, Enfance et langage, 2014.

Martin Serge (dir.), Ici et ailleurs avec François Place, L’Atelier du grand tétras, Résonance générale-les essais, 2012.

Martin Serge (dir.), Strenae n° 5 (« Les fables de la voix en littérature enfantine »), septembre 2013, revue en ligne, URL : http://strenae.revues.org/953

Martin Serge et Païni Philippe, « Présentation. Ces choses qui sont dans la voix », Le Français aujourd’hui 3/2005 (n° 150, « Voix. Oralité de l’écriture »), p. 5-6.

Meschonnic Henri, Vivre poème, Liancourt/Reims, éd. Dumerchez, 2006.

 

Modalités d’évaluation :

Rédaction d’un dossier didactique et critique accompagnant un choix de pages des carnets-albums réalisés dans le cadre du séminaire en deux temps : fin de la séance 7 (envoi d’un brouillon du dossier) puis fin de la séance 12 (envoi du dossier définitif).

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Actes de la journée d’études Reims 16/11/2010 : enseigner la littérature aujourd’hui

On peut lire les actes en ligne à l’adresse suivante :

http://oblit.hypotheses.org/communications-ell

L’argumentaire est ici:

http://oblit.hypotheses.org/argumentaire-ell

Remarques rapides à partir de cet argumentaire – il faudrait ouvrir des discussions bien plus larges :

1. Choisir la notion d’ “objet littérature” (de “littérature” au singulier) constitue une orientation faible et réductrice (la notion de “discipline” est ainsi évoquée) puisqu’elle renouvelle les opérations traditionnelles de “défense” et “repli” au lieu de penser des reconfigurations nécessaires:

le cinéma, le théâtre, le performances et autres “faits littéraires” nombreux et pluriels, traditionnels et contemporains, lointains et proches, indus voire infimes et commercialisés… demanderaient de repenser non en termes d’objet qui, plus est, au singulier : il en manque toujours (d’où la schizophrénie entre empilement dans des programmes inapplicables et le réductionnisme sourd se repliant sur un conservatisme) ; par ailleurs, on présuppose alors une maîtrise possible qui ouvre à fou sels scientistes et technicisées pédagogiques… Je préfèrerais qu’on parle donc de faits littéraires comme relation sujets, au pluriel, car il faudrait observer les constellations de subjectivations à l’oeuvre entre sujets du savoir, sujets de l’apprentissage, sujets de l’institution littéraire, sujets du langage… Du moins, parlons de littératures…

2. La pédagogie est toujours aperçue comme “approche” et non comme pratique ou mieux “expérience” au sens de John Dewey. On suppose donc toujours qu’il y a discontinuité et non continuum entre des points de vue dont l’enjeu reste le “pouvoir” (pour ne pas voir les points de vue, les conflits, les hétérogénéités, les singularités…) et non le “pour voir” et donc l’expérience des relations qui engagerait alors les transmissions dans une relation de relations.

Notes trop rapides mais je reviendrai sur quelques pistes de réflexion offertes par ce travail de réflexion tout à fait bienvenu à condition qu’il historicise bien d’autres réflexions déjà conduites dans le passé ici et là – un peu gêné par la seule référence à Genette dans cet argumentaire…

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Le Clézio : deux nouvelles enfin disponibles

Le Mercure de France réédite le 3 avril 2014 «”Mydriase” suivi de “Vers les icebergs”», deux courts textes qui relèvent, selon Le Clézio, de sa «période Michaux». (voir l’entretien  de Le Clézio dans Libération du 26 avril 2014 : http://www.liberation.fr/livres/2014/03/26/ecrire-ajoute-des-jours-a-ma-vie_990470)

J’ai écrit un article à propos d’une de ces deux nouvelles initialement publiées dans la revue de Georges Lambrichs, les Cahiers du Chemin : « Une relation critique : la voix du poème (Vers les icebergs de J.M.G. Le Clézio) », Roman 20-50 n° 55 (« J.-M. G. Le Clézio »), Presses universitaires Septentrion, juin 2013, p. 103-111. On peut le lire ici: http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/search/label/Le%20Clézio

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Oralité du poème et situations didactiques

Journée d’étude internationale

Oralité du poème et situations didactiques

Enseigner la poésie de la maternelle à l’université : corpus, modalités, oralisation

Organisation : Traverses 19-21, composante CEDILIT (Centre de recherche en didactique de la littérature), séminaire ETPA (Enseigner le théâtre et la poésie d’aujourd’hui)

Présentation

Qu’est-ce qui de l’expérience poétique du langage et de l’imaginaire s’enseigne, se transmet, se modélise, se construit? Quelles compétences transférables s’acquièrent en lisant des poèmes à l’école? Faut-il cultiver des postures spéci- fiques à la réception de la poésie? Quelle peut et doit être la part de l’oral dans cet enseignement?

Cette journée vise à questionner des pratiques réelles, de la maternelle au lycée, au regard des corpus poétiques contemporains, et en compagnie d’auteurs. La question directrice est celle de l’oral : comment reconnaître la voix du poème, l’actualiser, la partager? Qu’est-ce qui en poésie s’écoute, s’entend, se déclame, se dit? Dire le poème ou l’expliquer, est-ce révéler son oralité?

Des chercheurs en didactique venus de Bordeaux, Arras, Chambéry, Toulouse, et du Brésil, se questionnent sur l’enseignement actuel de la poésie. Ils examinent en particulier comment est considérée la voix du poème et jusqu’à quel point la didactisation de l’oral se saisit du fait poétique. En matinée, la parole est donnée notamment à Françoise Morvan, poète, traductrice de poésie, engagée aux édi- tions Mémo. La journée se veut ponctuée de poèmes, en particulier à 14 h, quand le poète Fred Griot présente son point de vue sur la question de la voix.

Contact : nathalie.rannou@u-grenoble3.fr
Inscriptions : magali.brunelventur@free.fr
Valorisation : stephanie-ludivine.raimondo@u-grenoble3.fr

Mercredi 19 mars 2014 de 9h à 18h

Maison des Sciences de l’Homme-Alpes

Toutes informations à cette adresse : http://w3.u-grenoble3.fr/traverses

On a hâte de lire les comptes rendus de cette journée et en attendant on peut relire les billets de ce carnet de recherche ici : http://littecol.hypotheses.org/category/experiences/faire-poeme

page1image57656 page1image57816 page1image57976 page1image58136 page1image58296 page1image58456 page1image58616 page1image58776 page1image58936 page1image59096 page1image59256 page1image59416 page1image59576 page1image59736 page1image59896 page1image60056

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Contes et théâtre de jeunesse : des réécritures spécifiques ?

 

8h45 : Accueil

9h : Isabelle De Peretti et Béatrice Ferrier, « Introduction »

Relectures contemporaines

9h15 : Sylviane Ahr, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université de Cergy- Pontoise, « Du conte au théâtre : quelles valeurs transmises par la lecture scolaire ? »

9h45 : Florence Gaiotti, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université d’Artois, « Quand le conte devient un « album théâtre » : études de quelques belles au bois dormant. »

10h15 : discussion 10h30 : pause

Perspectives historiques

10h45 : Evelyne Jacquelin, maitre de conférences en études germaniques, université d’Artois, « Blanche Neige sur la scène du pédagogue : une réécriture d’Albert Ludwig Grimm (1809) dans le contexte du Romantisme allemand. »

11h15 : Béatrice Ferrier, maitre de conférences en littérature française, ESPE/université d’Artois, « Cendrillon en scène : de Perrault à Pommerat. »

11h45 : discussion 12h15-13h45 : déjeuner

Mises en scène de l’oralité

14h : Bochra Charnay, docteure en littérature française, université d’Artois, « Reconfigurations dialogiques de Barbe Bleue : du dicible au visible. »

14h 30 : Françoise Heulot-Petit, maitre de conférences en arts du spectacle, université d’Artois, « Si la guerre m’était contée… »

15h : Stanka Pavlova, docteure en arts du spectacle, université d’Artois, « “J’ai une soif de baleine dans mon ventre”, réécrire le chant des sirènes d’après La Petite Sirène d’Andersen. »

15h30-16h : Discussion et synthèse

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Albums – Bande dessinée et immigration. 1913-2013

Une très belle et importante exposition. Je reprends ci-dessous l’essentiel des éléments donnés par le Musée de l’histoire de l’immigration. Des documents passionnants complètent ces premiers éléments en allant sur le site dont l’adresse figure ci-dessous. Il va sans dire que cette exposition s’inscrit dans nos préoccupations concernant les carnets et les relations (voir Ici et ailleurs. Avec François Place, L’atelier du grand tétras, 2012, ainsi que ces billets : http://ver.hypotheses.org/777  ; http://littecol.hypotheses.org/343). Je reviendrai ultérieurement sur cette exposition.

À travers plus de 500 pièces et documents originaux, planches de bande dessinée, esquisses et croquis préparatoires, films d’animation, entretiens filmés et autres photographies et documents d’archives, l’exposition se propose d’envisager le phénomène migratoire dans la bande dessinée. Elle est présentée du mercredi 16 Octobre 2013 au dimanche 27 Avril 2014.

Trois séquences rythment le parcours :

  • La première étudie, au regard de l’histoire des migrations depuis le début du XXe siècle, les trajectoires spectaculaires de certains auteurs. De Georges McManus à Marguerite Abouet et Clément Oubrerie en passant par René Goscinny et Albert Uderzo, Enki Bilal, Farid Boudjellal, Clément Baloup ou Marjane Satrapi…
  • La deuxième envisage les enjeux de la représentation d’une question sensible et le choix des genres utilisés : de l’auto-fiction à la BD-reportage. Elle détaille les sources de documentation, les références visuelles et les différentes ébauches nécessaires à l’élaboration de la planche de bande dessinée.
  • La troisième enfin, envisage images et archétypes de la figure du migrant et analyse les constantes de représentation des différentes phases migratoires.
  • La conclusion est donnée par l’œuvre de Shaun Tan, Là où vont nos pères, récit onirique et métaphore universelle du parcours du migrant.

Le catalogue est une co-édition Musée de l’immigration/ Futuropolis, octobre 2013, 26€

Coordination scientifique : Vincent Marie et Gilles Ollivier • Avant propos de Pascal Ory
Très richement illustré, le catalogue de l’exposition Albums. Bande dessinée et immigration 1913-2013 constitue une première tentative d’établir une chronologie precise, didactique et richement illustrée de la manière dont la bande déssinée s’est emparée du thème de l’immigration, les parcours des auteurs personnellement liés ou non à l’immigration, les mécanismes et caractéristiques de la “fabrique” du sujet “immigration” dans la BD, et les représentations et imaginaires que ce corpus véhicule, suggère, invente etc.

  • Lire l’introduction du catalogue de Vincent Marie et Gilles ollivier (commissaires de l’exposition), BD et immigration, une histoire de contacts Télécharger
  • Lire l’article de Vincent Marie, Quand la bande dessinée témoigne des migrations : entre autobiographie et reportage Télécharger

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Entretenir l’attention avec le linge

Ce sont vingt-cinq légendes, petites histoires au présent des sensations, racontées par Amandine Marembert qu’accompagnent les encres bleues de Valérie Linder. Le titre met les gestes du côté du linge : on le sait, il “sèche” et il a  une “peau” mordue par les pinces qui “sont lèvres”. Mais il faut aussi mettre les gestes du côté du livre – ce qu’il nous fait à nous lecteurs, lectrices :  gestes d’écoute à ce qui l’est si rarement. Alors ce livre est une attention à celle qui “trie”, “détache” puis à toutes “les mains des mères” qui “viennent plier repasser”. Ce livre est aussi une attention à des gestes continués : de mère à fille, de grand-mère à petite fille et de mère à mère dans des gestes qui “se superposent”. Ce livre touche par tous ses plis aux corps qui touchent au linge pas seulement pour s’en vêtir ou y dormir mais aussi pour l’entretenir : ce livre touche juste et on espère qu’il touchera aussi ceux qui ne touchent au linge qu’une fois lavé, repassé, rangé… Ce livre est un livre d’entretien : une voix nous tient dans les voix de celles qui font “le ménage du linge” ou “une heure de repassage”. Et le livre nous dit de répondre aux gestes du linge : il demande à toutes les mains de le lire en relation. C’est un poème parce qu’un poème ça sert à vivre mieux.

 

Amandine Marembert, Valérie Linder, Les gestes du linge, Esperluette éditions, 2013.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Présences animales dans les mondes de l’enfance

1521501_585128434869780_2046442599_n

Le n° 34 des Cahiers Robinson (deuxième semestre 2013), Présences animales dans les mondes de l’enfance, sous la direction de Florence Gaiotti, est paru.

Quatrième de couverture :

La présence de l’animal dans la culture d’enfance s’impose comme une évidence, qui ne saurait empêcher une véritable réflexion sur la signification et les enjeux de cette permanence. Figure de l’homme ou du petit homme, véhicule de transmission morale, objet transitionnel, l’animal assume de multiples fonctions.
A partir d’exemples multiples – des contes traditionnels au théâtre contemporain, des mémoires d’animaux à la fantasy, du roman scolaire au documentaire animalier – ce numéro pose des jalons pour de nouvelles interrogations. Les réflexions rassemblées ici prennent aussi appui sur les études contemporaines concernant la question animale pour tenter de définir la manière dont l’enfant est invité à se construire à travers l’animal ou avec lui, dans une proximité qui interroge sa part fondamentale d’animalité.

Sommaire :

Florence Gaiotti : Présences animales dans les mondes de l’enfance

Bochra Charnay : Les animaux reconnaissants dans le conte oral traditionnel

Valentine Depauw : La figure de la bête dans les contes des XVIIe et XVIIIe siècles

Guillemette Tison : Le bestiaire des écoliers de la IIIe République

Michel Manson : Quand les animaux écrivent pour les enfants

Eléonore Haimade : A bord de quelques arches de Noé

Laurence Messionnier : La Grande Guerre et l’exploitation de l’animal

Eric Bartatay : Vivre la Grande Guerre avec le chien Flambeau

Jlie Saint-Hillier : L’enfant et la bête chez Kessel

Serge Martin : La voix animale, une reprise d’oralité (on peut lire une version de cet article ici : http://martin-ritman-biblio.blogspot.fr/2013/12/la-voix-animale-une-reprise-doralite.html)

Sandrine Le Pors : Le théâtre jeune public à l’épreuve de l’animal

Marie Garre-Nicoara : L’animal dans la marionnette contemporaine

Isabelle Casta : L’animalité métaphorique en dark fantasy

Isabelle Olivier : Animaux philosophiques chez Philip Pullman

Christine Prevost : Le discours éthologique à hauteur d’enfant

Varia

Roland Carrée : L’enfant, le regard et l’eau dans le cinéma italien (1990-2000)

 

n°ISSN 1253-6806
prix: 16 euros
vente et abonnement au:
Secrétariat Recherche Lettres, Cahiers Robinson
Université d’Artois
9 rue du Temple, 62030 Arras Cedex
tél : 03 21 60 38 26/ fax : 03 21 60 37 29
la revue paraît deux fois par an

tarifs
16 euros franco (18 euros hors U.E.) à partir du n°23
14 euros (16 euros hors U.E.) du n°1 au n°22
abonnement (deux numéros) : 30 euros (34 euros hors U.E.)
tarif réduit pour les particuliers : 28 euros (30 euros hors U.E.)
règlement par chèque bancaire ou postal libellé à l’ordre de l’agent comptable de l’Université d’Artois

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Rires en francophonie

Rires en franco couv 2

 

Dans cet ensemble Rires en francophonie rassemblé par Violaine Houdart-Mérot dans la collection CRTF des éditions Encrage Université, on peut lire quelques contributions qui concernent plus particulièrement la littérature de jeunesse:

– Anne-Marie Petitjean y analyse “l’humour anglais pour enfants français” ;

– Serge Martin y associer “Benjamin Rabier et Philippe Corentin” autour d’une “vache qui rit jaune” ;

– Patrick Joole associe “rire et lire” pour observer “le rire réflexif dans la littérature francophone pour la jeunesse” ;

– Pierre-Louis Fort observe “le rire au service du conte dans le théâtre jeunesse de Jean-Claude Grumberg”.

Mais c’est vers l’ensemble de ce collectif qu’il faut s’adresser pour concevoir des définitions problématiques et évolutives du rire, penser la fonction insurrectionnelle et la fonction cathartique et enfin associer rire et coopération du lecteur.

Un très bel ensemble qui affiche un détail de “l’intrigue” de James Ensor en couverture pour mieux y aller voir…

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website - Facebook - LinkedIn - Google Plus

Fables et voix, livres et lecteurs