Archives par mot-clé : expérience

Les albums : une expérience de lecture

Voilà un travail de synthèse alors même que le séminaire n’est pas terminé mais comme bien des problèmes ont vu le jour et ont engagé chaque participant à les formuler à sa manière dans sa situation propre, il est un témoin précieux de la dynamique ouverte par nos travaux. Ce travail de Coline Rosdahl est vraiment remarquable ! Tout d’abord aucune distinction forme et fond puisque c’est un album qui nous est offert ! Aucune distinction non plus entre poétique et didactique puisque les lignes de force de la poétique sont celles de la didactique ! Et puis le bonheur des relations qui, avec les livres évoqués dans le séminaire, tissent des liens au-delà avec ceux du parcours personnel… Certes, d’autres, beaucoup d’autres auraient pu être convoqués, mais ce « bord du monde, bord du temps » que Maurice Carême évoque en épigraphe de ce travail est infini ; aussi, s’agissait-il non de tout dire, tout maîtriser, mais de garder la force des commencements dès que racontage. Encore merci à Coline Rosdahl ! Continuer la lecture de Les albums : une expérience de lecture

« Look again » avec Tana Hoban : lire c’est vivre une expérience (photographique)

Inutile de présenter Tana Hoban (1917-2006) qui a introduit et exploré la photographie dans l’album pour les petits. On trouve un beau dossier chez son éditeur français : http://www.editions-kaleidoscope.com/AUTEURS-ET-LES-ILLUSTRATEURS/Hommages/tana-hoban.htm.

L’album Que vois-tu? (2003) est un bon exemple de son travail. Pour mieux comprendre sa poétique à l’oeuvre, autant partir de son titre en anglais, Look Again (1971).  C’est qu’il s’agit en effet d’apprendre à revoir pour apprendre à voir.

Le dispositif est simple : une page blanche montre en son centre un carré détouré qui laisse voir le détail d’une photographie noir et blanc. On tourne la page et on aperçoit la photographie dans son ensemble : un pissenlit, une tête de zèbre, un coquillage, une tortue, un paon, une poire coupée en deux, un poisson, un tournesol, une étoile de mer. Mais en tournant la page, la photographie initiale s’agrandit ou se contextualise, bref, prolonge la première découverte.

Le principe du tourne page est donc simple et en même temps extrêmement intéressant: du détail à « l’objet », on a la première surprise qui rebondit ensuite par l’imagination, la réflexion, la vérification puisque le verso photographique oblige à retourner au recto tout comme auparavant on aime revenir de l’ensemble au détail. Mais le jeu semblerait répétitif, c’est-à-dire installer neuf fois le même dispositif au risque d’habituer ou d’ennuyer si la page blanche au carré détouré n’offrait une fois tournée un détail de la dernière photo de chacune des neuf séries : c’est alors qu’on découvre que le livre peut se lire dans l’autre sens avec une problème maintenant nouveau et qui permet des associations d’idées encore plus riches : le détail n’est pas sans évoquer à chaque fois la matière ou les formes de la photographie du dispositif suivant…

On aura compris qu’un tel album permet de participer à une véritable aventure visuelle pratique et intellectuelle c’est-à-dire de « vivre une expérience » au sens où John Dewey en propose la conceptualisation que je résume en trois points :

1. le dispositif qui se reprend neuf fois est non seulement cumulatif mais également synthétique puisqu’il commence par les aigrettes d’un pissenlit pour finir sur une étoile de mer où les formes stellaires se concentrent (Walter Benjamin au début de son texte fameux – voir ci-dessous – cite Arago qui parlait de la possibilité de photographier les étoiles…) :

« L’expérience est celle d’une situation chargée de suspense qui progresse vers son propre achèvement par le biais d’une série d’incidents variés et reliés entre eux » (L’art comme expérience, Paris, Gallimard, « folio/essais », 2005, p. 93);

2.Le lecteur est non seulement récepteur des photographies mais également acteur puisqu’il est obligé d’incorporer le rythme du dispositif de découverte des photographies et d’aventure visuelle :

« la conception de l’expérience consciente comme relation entre phase d’action et phase de réception nous permet de comprendre la relation réciproque qu’entretient l’art en tant que production avec la perception et l’évaluation en tant que facteurs de plaisir » (Ibid, p. 98) ;

3. Lire est ici accompagner une création artistique et donc par là-même recréer l’oeuvre – la lecture si elle engage le plaisir est forcément à hauteur d’oeuvre et d’expérience un travail :

« En effet, pour percevoir, un spectateur doit créer sa propre expérience qui, une fois créée, doit inclure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’œuvre. Celles-ci ne sont pas littéralement semblables. Mais avec la personne qui perçoit, comme avec l’artiste, il doit y avoir un agencement des éléments de l’ensemble qui est, dans sa forme générale mais pas dans le détail, identique au processus d’organisation expérimenté de manière    consciente par le créateur de l’œuvre. L’artiste a sé­lectionné, simplifié, clarifié, abrégé et condensé en fonction de son intérêt. Le spectateur doit passer par toutes ces étapes en fonction de son point de vue et de son intérêt propre. Chez l’un et l’autre, il se produit un acte d’abstraction, c’est-à-dire d’extraction de la signification. Chez l’un et l’autre, il y a compréhension au sens littéral, c’est-à-dire regroupement de détails éparpillés physiquement visant à former un tout qui est vécu comme une expérience. La personne qui perçoit accomplit un certain travail tout comme l’artiste. Si elle est trop fainéante, indolente ou engluée dans les conventions pour faire ce travail, elle ne verra pas et n’en tendra pas. Son « appréciation » de l’œuvre sera un mélange de bribes de savoir et de réactions confor­mes à des normes d’admiration conventionnelle, additionné d’une excitation émotionnelle confuse même si elle est authentique » (p. 110)

 

Conclusion:

Ce livre permet de vivre une expérience, celle que tous les photographes artistes ont su explorer, réinventer à chaque photographie: comment cadrer le monde, voir dans la vue.

Pour aller plus loin sur ces questions : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/02/06/624-le-complexe-de-gradiva#pnote-624-0 autour du texte de Walter Benjamin, « Petite histoire de la photographie » traduit par André Gunthert (à cette adresse, le texte intégral: http://etudesphotographiques.revues.org/index99.html)

Sur la notion de dispositif, je renvoie à http://ir.lib.uwo.ca/cgi/viewcontent.cgi?article=1036&context=symposium&sei-redir=1&referer : « QU’EST-CE QU’UN DISPOSITIF? L’ANALYTIQUE SOCIALE DE MICHEL FOUCAULT » par Sverre Raffnsøe (Copenhagen Business School) à l’adresse suivante: